5 aventures pour te convaincre de partir en voyage

Jessyca est blogueuse-invitée chez Flytrippers. Suis-la sur Instagram et lis sa bio au bas de cet article.


Vietnam, Salvador, Londres, Tanzanie: peu importe où tu voyageras dans le monde, tu reviendras de ta destination avec des souvenirs. Certains bons et d’autres mauvais constitueront de merveilleuses anecdotes qui, dans mon cas, sont ma motivation pour partir à l’aventure.

Depuis que je voyage, des aventures j’en ai récolté des tonnes et si l’une d’entre elles peut te motiver à profiter d’un des deals de vols pas chers de Flytrippers et partir, alors ma bonne action sera faite.

Mais, on va se dire les vraies choses, ma mère va lire cet article. Donc, voici le top 5 de mes plus-belles-aventures-de-voyage-que-maman-peut-savoir !

#5 Destination : Hawaii                

Salut ! Moi, c’est Jessyca. Petite voyageuse qui, un jour, décida d’acheter un billet pour partir seule à Hawaii la semaine suivante. «C’est juste ça ton histoire ?» me direz-vous. Chut ! Je t’arrête tout de suite. Es-tu déjà parti seul ? Si oui, tu comprends parfaitement toutes les émotions qui te submergent lorsque tu entames ton premier «solo trip». Sinon, laisse-moi t’expliquer.

C’est un amalgame d’émotions qui t’envahissent de plein fouet : joie, inquiétude, appréhension, anxiété, euphorie… Ces émotions ne partent pas tant que tu n’as pas mis le pied dans ta destination. Le simple fait d’expérimenter cette situation est une aventure en soit. Je te rassure, les voyages suivants sont beaucoup moins difficiles émotionnellement.

Mon premier voyage seule a été mon plus beau voyage jusqu’à maintenant. J’y ai rencontré des amis pour la vie. Veux-tu savoir ce qu’est «être libre» ? Essaie ça au moins une fois.

#4 Destination : Espagne                            

Ma magnifique amie et moi sommes sur notre chemin vers la Croatie. On profite néanmoins d’une escale longue durée à Barcelone pour explorer un peu la ville (tu peux lire sur les longues escales ICI).

Trois heures avant notre prochain vol, on retourne à la gare. «Ligne 9 ou 10 pour l’aéroport», nous dit la dame à l’information. Quelle joie ! La ligne 9 est sur le point de partir. L’aéroport est à 10 minutes de train. Or, ça fait 20 minutes qu’on roule. Mon amie ne comprend pas ; c’est sa première fois en Europe et dans un train.

Au loin, je vois le contrôleur de billets. Purée ! La blondie vient de comprendre que nous sommes montées dans un train de ville et non dans une navette. J’essaie de parler avec le contrôleur qui parle espagnol avec un accent incompréhensible et pas un mot d’anglais. Un héros allemand vient à notre rescousse et à force de baragouiner, on obtient un plan plutôt vague pour aller à l’aéroport.

  1. Le train arrive à Sant Vicenç dels Horts dans 15 minutes (on va avoir roulé 45 minutes dans le train). Sur le chemin, on peut admirer des plages désertes, des plages bondées et des plages nudistes. L’émerveillement et la panique sont deux émotions difficiles à gérer en même temps.
  2. On débarque à Sant Vicenç dels Horts et reprend un train en direction de Barcelone. Il n’y a aucune indication sur place et personne à bord du train qu’on croit être le bon ne semble savoir où il se dirige. Génial! (Est-ce que tu sens le sarcasme?) «Is this train going to Barcelona?», «I don’t know», se fait-on répondre. Tant pis ! On tente le coup et c’est le bon. Alléluia ! (Encore 30 minutes de train à faire).
  3. On doit débarquer à une petite station et prendre un taxi. Ne surtout pas se rendre jusqu’à Barcelone, car c’est certain que nous allons rater notre vol.
  4. Notre taxi nous débarque à l’aéroport juste à temps. On passe les douanes 15 minutes avant le décollage… Décollage qui est retardé d’une heure trente.

Mon amie et moi sommes soulagées et particulièrement heureuses de constater qu’au lieu de nous disputer nous avons fait des blagues tout au long de cette péripétie. +1 pour notre amitié !

Sagrada Familia
La Sagrada Familia lors de notre arrêt à Barcelone.

#3 Destination : Costa Rica                         

OK, tu dois comprendre qu’une partie de moi a toujours rêvé d’être Dr Dolittle (tu sais, celui qui parle aux animaux). Je les adore et j’avais toujours rêvé d’avoir des contacts avec des animaux sauvages. Nous marchions dans la jungle, près de Manzanillo lorsque deux capucins se sont mis à nous suivre.

Touristes que nous sommes, on s’est arrêtés pour prendre quelques photos. Un des deux singes pose ces deux pattes sur mes fesses. Ah le coquin ! J’imagine que je ressemblais à un arbre à l’époque, car il décida de grimper sur mes épaules, non sans baisser mon maillot en premier.

C’est donc les fesses semi-dénudées que j’appréciai le moment où un singe enroula sa queue autour de mon cou et se pendit à ma queue de cheval. Je capotais de joie ! J’étais LA chanceuse qui vivait ça. J’ai commencé à désenchanter lorsque j’ai pensé qu’il avait peut-être des puces et qu’il crachait lorsque mes amis tentaient de le faire descendre de son promontoire, aka moi. Finalement, je suis revenue au Québec sans puces et avec un rêve réalisé.

#2 Destination : Hawaii                

Eh bien oui, encore Hawaii. Donc, avec mes nouveaux amis fabuleux, on décide de faire l’ascension de la randonnée très connue qu’est le Stairways to Heaven. Le problème c’est que cette randonnée est désormais illégale à cause du piètre état de la structure et du nombre de décès. Ceci étant dit, on prend un Uber à 3 heures du matin. Ainsi, nous serons cachés des gardiens par l’obscurité (l’amende est salée !). En arrivant à destination, le chauffeur nous demande s’il peut venir avec nous. En échange, on a le Uber gratuit. Why not coconut ?

Première entrée, le gardien nous voit. On fuit. La seconde est un succès. Alors on marche dans le noir total espérant trouver rapidement le début des marches pour grimper. Constat après une heure : nous sommes perdus.  La lumière des premiers rayons du soleil nous montre que nous étions à deux mètres du sentier (ouin, bof !).

Bref, on grimpe pendant une heure trente. Le sommet est incroyable ; ça vaut le risque. Puis, à leur rythme, tout le monde rebrousse chemin. Une fois en bas, je n’y vois personne et ceux qui traînaient de la patte ont pris un autre chemin puisqu’ils n’arrivent pas. Je commence à paniquer parce que, vois-tu, je n’ai ni cellulaire ni repère visuel puisque :

  1. On s’était perdu en arrivant. Remember ?
  2. Pensez-vous vraiment que j’ai pris la peine de me rappeler où nous avions caché la voiture à 3 heures du matin ?

Finalement, une heure à errer et à me demander si ma mort sera pénible, je tombe sur le chauffeur d’Uber blessé, mais pas en danger. Comble du bonheur, sa voiture est reliée à son cellulaire avec le GPS. Nous sommes sauvés. Merci technologie !

#1 Destination : Maroc                               

J’étais à Ouarzazate, hébergée dans le palais de mon ami marocain (oui, oui, tu as bien lu, dans un palais) et nous avons pris la route vers Merzouga. L’objectif est simple : nous allons faire du dromadaire et dormir dans le Sahara. Or, toute la route se déroule sous les orages. Je suis déçue ; je voulais vivre cela avec le beau soleil, comme tout le monde.

Vers la fin de notre parcours d’environ 4 heures (nous étions en retard de 2 heures), notre chauffeur de taxi me remercie. Vois-tu, c’est que les locaux croyaient que j’amenais la pluie avec moi (ils devaient avoir eu vent de notre météo pluvieuse du Québec). Il m’a expliqué qu’aucune goutte d’eau n’était tombée dans cette région du désert depuis un an et demi.

Ma vision de l’orage a changé ; j’étais témoin d’un orage, dans le désert, en pleine saison sèche. Je pris rapidement conscience de la chance que j’avais. Arrivés à destination, le guide nous avait attendus malgré notre retard. Nous sommes donc partis, à dos de dromadaire, durant la nuit dans le désert avec comme seule lumière la lune et les éclairs au loin (il ne pleuvait plus à notre arrivée). Le lendemain, le soleil a brillé toute la journée. J’ai donc vu deux côtés du Sahara. La gratitude envers la vie que j’aie d’avoir pu vivre ce petit miracle est infinie.

(Bonus) Destination : Les Escoumins                       

Il n’est pas nécessaire d’aller à l’autre bout de la planète pour voyager. Cette journée-là, nous faisions du kayak double de mer. Magnifique journée ! Nous avons vu des phoques, des rorquals et même des baleines à bosse.

Le soleil est sur le point de se coucher et il fait froid ; on doit rebrousser chemin. Mon copain et moi on se détache de notre groupe ; on ramait trop vite. Puis, sortie de nulle part, une baleine à bosse a jailli exactement à l’avant de notre kayak. J’aurais pu la toucher avec ma pagaie. Évidemment, j’ai crié. Nos cœurs battaient la chamade.

Le guide, super excité, vient nous trouver et nous explique qu’en 15 ans de carrière, il n’a jamais vu ni entendu parler de gens ayant été si proches d’une baleine sans le vouloir (certaines personnes cherchent à être proches d’elle ce qui n’est pas éthiquement correct). Encore une fois, la vie s’est chargée de me rappeler à quel point elle est belle.

Sommaire

Tu vois, même mes aventures plus négatives sur le moment ont été des souvenirs incroyables. Alors, qu’est-ce que tu attends ? Pars !

Quelles aventures mémorables gardes-tu de tes voyages? Dis-nous le dans les commentaires.

À lire également sur les destinations mentionnées:

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous voulez voir toutes les astuces?
Cliquez ici pour aller à la page de la catégorie des astuces
Vous aimerez sûrement cet article:
Comment trouver l’hébergement à bas prix

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Photo de couverture: Red Rock State Park lors de notre traversée des États-Unis en VR (crédit photo: Jessyca, auteure du blog)

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-même, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non-négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tierce parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

Jessyca Gagnon

À 17 ans, je suis partie seule faire une immersion anglaise. Dès lors, j'ai pris goût à cette sensation de liberté et à ces aventures incroyables. Ces éléments sont tellement importants dans ma vie que j'ai récemment abandonné ma carrière d'enseignante afin de retourner aux études en tourisme. «Jamais trop tard pour être heureux!» comme ils disent. C'est qui «ils» d'ailleurs? Bref, j'ai choisi le verre à moitié plein, et toi?

Laisser un commentaire

×

Cart