Graphiques trompeurs sur la croissance des cas de coronavirus au Québec vs. au Canada

La pandémie de coronavirus s’est accélérée massivement, et la désinformation sur le sujet ne ralentit pas elle non plus, malheureusement. Par exemple, plusieurs qui partagent un graphique trompeur depuis quelques jours n’ont certainement pas de mauvaises intentions, mais ça reste qu’ils interprètent faussement les chiffres et on voulait t’expliquer la raison très simple pourquoi ça n’a pas de sens. Et pourquoi c’est important.

Bien que oui, on est un site de voyages, le coronavirus a justement grandement affecté les voyages.

Et surtout, en tant que personnes faisant preuve de grande curiosité intellectuelle nous-mêmes, le fait d’apprendre et de s’instruire est notre motivation principale de voyager. Alors on espère que vous êtes plusieurs pour qui c’est aussi le cas. (Sans être LA raison #1 que vous voyagez; qu’au moins vous ayez cet intérêt à en apprendre plus sur notre monde à travers les voyages.)

Pour comprendre quelque chose, quoi que ce soit, il n’y a rien de mieux que les chiffres, c’est indéniable. Autant que les chiffres de taux de croissance du coronavirus étaient en baisse hors-Chine il n’y a pas si longtemps, autant que depuis, les chiffres ont drastiquement changé et il faut prendre ça au sérieux comme on te l’a dit.

Mais il faut bien les interpréter aussi les chiffres, et ne pas se fier à des graphiques qui faussent la donne, surtout quand ils donnent l’impression qu’il faut se réjouir (et que ce n’est pas le cas).

 

Le graphique très trompeur sur le taux de croissance des cas

Plusieurs partagent depuis quelques jours ce graphique (ou d’autre similaires) et se réjouissent que l’augmentation des cas serait plus lente au Québec (divulgâcheur: elle ne l’est pas).

 

On ne peut pas comparer des taux de croissance dans deux régions de taille différente avec un graphique dont l’axe Y (vertical) est une valeur absolue (le nombre de cas).

Ça n’a pas de sens.

Ce n’est pas pour rien que le graphique initial n’avait pas de ligne pour montrer de tendance et que quelqu’un a dû en ajouter une par-dessus de manière très moche avec Photoshop (ou Microsoft Paint?) car l’échelle ne permet pas de faire ça.

C’est aussi pourquoi le titre est seulement «évolution du nombre de cas» et pas «comparaison des taux de croissance de cas».

Un autre similaire qui circule est celui-ci (qui est bien pire parce qu’il semble avoir pour seul but de donner l’impression que ça monte moins vite au Québec):

 

Juste pour être bien clair: ces graphiques sont entièrement trompeurs, du moins pour comparer le taux de croissance des cas au Québec et au Canada.

Ça donne l’impression que l’augmentation est moindre au Québec, et plein de gens l’interprètent ainsi, et ce n’est absolument pas le cas. On va te le montrer avec notre propre graphique extrême qui va te le démontrer visuellement, mais avant regardons les chiffres des graphiques que je viens de te montrer différemment juste pour montrer à quel point ce n’est pas comme les lignes de tendances trompeuses.

Sur la même période…

Avec les chiffres du premier graphique:

  • 17 à 139 = 7 fois plus de cas au Québec
  • 174 à 913 = seulement 4 fois plus de cas dans le reste du Canada

Avec les chiffres du deuxième graphique:

  • 4 à 94 = 22 fois plus de cas au Québec
  • 66 à 648 = seulement 9 fois plus de cas au Canada

La morale: les deux graphiques ont l’air de montrer que notre taux d’augmentation des cas est plus bas au Québec qu’au Canada… et c’est tout le contraire (voir un autre graphique avec les taux de croissance plus bas).

C’est logique aussi!

N’importe quelle courbe d’augmentation des cas mesurée en nombre de cas va donner l’impression d’augmenter moins vite dans la population où le nombre d’habitants est le moins élevé (et où il y a donc moins de cas au total)!!! Ça n’a rien à voir avec la tendance ou l’augmentation, rien du tout.

Les graphiques montrent que le nombre de nouveaux cas est plus élevé au Canada… ce qui est logique puisque la population du reste du Canada est environ 4 fois plus élevée que celle du Québec. Donc il y a plus de cas, et surtout plus de nouveaux à chaque jour en nombre de cas absolus… ce qui ne veut pas dire que ça augmente plus vite au Canada.

En d’autres mots, utiliser le nombre de cas comme axe vertical, ça aplatit faussement la courbe du Québec, qui a moins d’habitants, donc moins de cas.

Quand on parle de l’importance d’aplatir la courbe du coronavirus, ce n’est pas en l’aplatissant artificiellement avec des graphiques douteux!

Pour donner un exemple plus visuel, se réjouir du graphique précédent et dire «le Québec fait mieux que le Canada, on augmente moins vite», c’est l’équivalent de si quelqu’un se réjouirait de ce graphique-ci vu que notre courbe est plate:

 

«Wow! La ligne augmente pas du tout au Québec et au Canada, notre taux de croissance des cas est aussi bon que celui de la province d’Hubei, en Chine».

Tu comprends qu’avec le nombre de cas comme échelle verticale c’est trompeur. C’est facile à voir avec cet exemple plus extrême.

Bref, ça n’a aucun sens.

Si on veut comparer le taux de croissance… surprise, il faut regarder le taux de croissance. Pas le nombre total de cas.

Par exemple, le taux de croissance des cas par jour, et son évolution.

Là ce serait représentatif pour une comparaison.

Je l’ai fait pour toi, avec les mêmes données que le premier graphique ci-dessus, pour montrer ce dont la vraie comparaison devrait avoir l’air:

 

Complètement différent comme tendance. Le taux de croissance des cas au Québec a été plus élevé qu’au Canada 5 des 7 derniers jours.

Le taux de croissance quotidien moyen des cas:

  • 36% au Québec
  • 27% dans le reste du Canada

Donc, en moyenne sur la période du premier graphique, le nombre de cas a augmenté 33% plus rapidement au Québec que dans le reste du Canada (36 c’est 133% de 27).

Mais ceux qui regardent rapidement les graphiques qui sont le plus partagés voient exactement le contraire! C’est fou quand même non? (presqu’aussi fou que nos maps qui donnent l’impression que le Canada est bien plus grand qu’il ne l’est vraiment)

AJOUT: ceux qui parlent du nombre de tests a une influence, bien sûr que c’est vrai. Mais les graphiques trompeurs ci-dessus qu’on dénonce ne mentionnent aucunement le nombre de tests et n’ont absolument rien à voir avec ça… ils tentent de donner l’impression que maintenant, le nombre de cas augmente moins vite. Pas que le nombre de test ait quoi que ce soit comme rôle à joué. Et le but de cet article c’est expliquer pourquoi ces graphiques-là sont trompeurs.

Il y a plein d’autres types de graphiques qui pourraient être encore plus pertinent que celui que je viens de faire en 5 minutes, c’est certain. Comme par exemple celui-ci sur la progression dans le temps, qui est populaire pour comparer les différents pays depuis le début de la crise, qui au moins compare des nombres de cas avec un axe ajusté à chacun, au lieu de dates qui sont les mêmes alors que le virus ne va évidemment pas progresser de la même façon dans des pays avec une population différente.

 

Mais une chose est sûre, c’est difficile de faire pire que les premiers graphiques qui se propagent sur les réseaux sociaux.

Car avec leurs chiffres, non le taux de croissance des cas au Québec n’est pas mieux qu’au Canada.

Et le Canada… ne fait pas trop bonne figure pour le taux de croissance des cas comparativement à tout le reste du monde (excluant la Chine):

 

C’est un peu dur à lire sur ce graphique de source inconnue, mais essentiellement, le taux de croissance des cas au Canada (rouge) est plus élevé que celui du reste du monde (bleu) à chaque jour depuis le 9 mars. Sauf que ça inclus tout le reste du monde, même où l’éclosion ne fait que commencer… donc encore, il faut faire attention à l’interprétation des chiffres.

Pour revenir au Québec, il y a quand même beaucoup de positif même si ce n’est pas notre taux de croissance des cas. Car il n’y a pas que la tendance qui compte.

Il faut aussi regarder les proportions.

Le Québec a 23% de la population du Canada, mais a seulement 15% des cas du Canada. Ça c’est un chiffre encourageant et positif!

Mais ça ne veut pas dire que le nombre de cas augmente plus lentement au Québec.

La proportion et l’augmentation relative des cas au Québec vs. au Canada, ça n’a complètement rien à voir et ce sont deux choses entièrement séparées.

Donc oui, on s’en tire assez bien pour l’instant, mais il ne faut surtout pas baisser la garde.

C’est pourquoi ces graphiques trompeurs sont frustrants.

Parce que les coûts énormes de cette crise, l’économie qui en sera décimée, et tout le reste…. ça ne vaut la peine que si ça fonctionne et que ça sauve des vies, alors il ne faut surtout pas se réjouir trop vite et faire moins attention.

Surtout pas à cause d’un graphique bien viral qui semble faussement montrer que ça monte moins vite qu’ailleurs au pays. Ce n’est pas le cas.

Et aussi surtout parce que les experts disent que les effets des mesures de confinement prennent possiblement jusqu’à 10 jours avant de se faire sentir, étant donnée la longue durée d’incubation du virus. Donc il faut être patient. Et ne pas réduire les précautions.

Plus vite, on freine la propagation, plus vite on peut voyager à nouveau!

 

Sommaire

Plusieurs interprètent faussement que les graphiques montrent une augmentation plus lente au Québec. Ce n’est pas le cas.

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 62/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Cet article a 4 commentaires

  1. Dan

    Exactement style, nombre de cas par 100 000 habitants. Faut comparer des pommes avec des pommes. Avoir la meme base partout.

  2. Stéphane

    Merci pour cet article éclairant

  3. Bertrand Lavoie

    Les statistiques, c’est toujours trompeur. Je pense qu’il faut comparer le nombre de cas au Québec versus la population, et le nombre de cas versus la population dans le reste du Canada. On compare alors des proportions, ce qui me semble juste. A l’œil, en comparant ces deux chiffres, la proportion de cas au Québec est moindre qu’au reste du Canada.

    1. Andrew D'Amours

      Oui effectivement, beaucoup mieux de regarder par capita. Je le fais à la fin de l’article brièvement, mais gardons en tête qu’encore une fois, ça ne montre pas une comparaison des taux de croissance ça non plus 🙂

Leave a Reply