Visite à Istanbul, une des plus incroyables villes au monde

Istanbul, ville à la croisée de deux continents, vieille de 3000 ans (oui, 3000!!!), est un des endroits les plus uniques au monde. Voici le récit de nos quelques jours dans la métropole turque.

Sur notre page d’aubaines de vols, nous avons souvent des aubaines de transporteurs ULCC vers des destinations en Europe qui permettent de se rendre ensuite à Istanbul à bas prix, ce que nous avons fait à la fin avril, avec WOW air. Cette aubaine à 300$ aller-retour nous a permis de se rendre à bas prix à Amsterdam et ensuite à Istanbul.

La ville d’Istanbul est située sur deux continents, un fait unique à travers le monde. Autrefois appelée Byzance et Constantinople, elle fut la capitale et le siège de nombreux empires majeurs au cours des siècles. À la croisée de l’Europe et de l’Asie, la cité à joué un rôle majeur dans l’Histoire de la civilisation et aujourd’hui est une métropole de plus de 15 millions d’habitants (quatre fois Montréal pour saisir l’échelle de grandeur).

Voici donc ci-dessous le récit de notre périple, plusieurs autres articles de notre voyage en Turquie seront ajoutés régulièrement. Vous pouvez égalment vous abonnez à notre Instagram pour plus d’inspiration voyage.

Où est Istanbul?

Située sur le détroit de Bosphore, qui sépare l’Europe de l’Asie, Istanbul est le centre financier, commercial, industriel et culturel de la Turquie, un pays de 80 millions d’habitants. Avec Athènes et Rome, Istanbul est considérée une des trois capitales antiques majeures (ironiquement, Istanbul n’est même plus la capitale de la Turquie, c’est maintenant Ankara au centre du pays depuis moins de 100 ans). La vieille ville et les monuments historiques sont majoritairement situés du côté européen, mais la majorité de la population habite du côté asiatique. Deux ponts, un tunnel routier et un tunnel ferroviaire unissent les deux rives. Nous avons donc d’ailleurs pu passer d’un continent à un autre en métro (trois fois plutôt qu’une), quelque chose qui est assez inusité et qui ne peut être fait ailleurs dans le monde.

Emplacement d’Istanbul (tiré de Google, il n’y a pas de carte à prendre en photo là-bas: ils savent où ils sont)

Comment se rendre à bas prix à Istanbul

Le moyen le moins cher d’aller en Turquie est souvent de combiner des vols ULCC tel qu’expliqué dans notre article d’astuce sur les vols vers les destinations moins communes. Réserver un vol de Montréal vers Istanbul coûterait entre 1200$ et 1500$, alors qu’avec notre vol WOW air Montréal-Amsterdam à 300$ aller-retour et nos vols intérieurs européens à environ 200$ aller-retour, on a économisé presque 2000$ à deux. Plus long certes, mais presque trois fois moins cher. Vous devez prévoir également 80$ pour un visa d’entrée, qui est facilement obtenable en ligne en quelques minutes.

Si vous faites partie de ceux qui boudez les ULCC ou qui ont suffisamment d’argent pour ne pas vouloir en sauver (chanceux!), Turkish Airlines est une des compagnies aériennes les mieux cotées et offrent un vol direct Montréal-Istanbul, mais évidemment le prix est élevé. Turkish est d’ailleurs un partenaire Aéroplan alors vous pouvez commencer à faire du travel hacking et y aller gratuitement dans le futur.

Le coût de la vie

La Turquie ayant été le théâtre d’une tentative de coup d’état en juillet 2016, la valeur de leur monnaie a donc chuté depuis, ce qui est avantageux pour les dépenses sur place. De plus, le tourisme semble en avoir souffert grandement également, donc tout est extrêmement pas cher. Des hôtels avec 80 % et plus de reviews positives sur les sites d’hôtels sont à 24$ la nuit. Des tavuk durum, soit des wraps au poulet shawarma assez bien garnis (et délicieux), sont à 2$, les repas en restaurant à moins de 10$, une bouteille d’eau c’est 38 sous, etc. Kevin a été en Thaïlande en janvier (un des endroits les plus réputés pour le faible coût sur place) et Istanbul est similaire en terme de prix. Sérieusement, c’est vraiment pas cher. Si vous voulez en avoir pour votre argent, c’est vraiment un endroit où votre dollar va très loin, particulièrement en ce moment plus que jamais.

Coucher de soleil à Istanbul

En fait, c’est même assez triste. En 2012, Istanbul était la 5ième ville la plus visitée dans le monde, donc une bonne part de l’économie dépend de ce secteur. Il y a définitivement eu une baisse cette année et plusieurs en souffrent. Un propriétaire d’hôtel nous a littéralement dit qu’il n’avait plus de clients et qu’on était pratiquement seuls dans l’hôtel (quand est-ce que vous avez entendu un hôtel vous dire ça… ils ne veulent jamais avoir l’air vide). Pire que ça, on s’est fait offrir des rabais par les restaurateurs en passant devant leurs terrasses dans les rues. C’est une première pour nous deux, se faire dire «allez venez, je vais vous faire un rabais sur les prix du menu». Jamais les restaurants sont désespérés à ce point. Un autre restaurant nous a offert un baklava et un thé gratuit après le repas si on choisissait ce restaurant. Bref, ça ne vous coûtera vraiment pas cher sur place.

La sécurité

Une des raisons que le tourisme a souffert, c’est que les gens n’aiment habituellement pas l’instabilité politique, mais honnêtement après plusieurs jours à Istanbul, nous n’avons absolument aucun problème de vous recommander d’y aller. Oui, le gouvernement de la Turquie a déclaré l’état d’urgence dans le pays, mais juste pour mettre en perspective, la France aussi est sous l’état d’urgence actuellement. Le gouvernement canadien ne suggère d’ailleurs aucunement d’éviter Istanbul, qui est très près de l’Europe, à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière Turquie-Syrie.

On s’est promené de nombreuses fois dans toutes sortes de rues sombres le soir dans le centre de la ville sans aucun problème. Le premier jour, ne sachant pas vraiment à quoi s’attendre et n’ayant jamais été en solo dans des pays dans ce coin du monde assez mouvementé, on se demandait comment on se sentirait la nuit. Surtout que notre première impression de la Turquie, ça a été d’être témoin d’une bagarre de rue impliquant une dizaine de gars par la fenêtre de l’autobus lorsqu’on roulait vers le centre de la ville. Mais bon, j’ai déjà vu des choses similaires aux États-Unis alors ce n’est pas tant une indication, car finalement, c’était un cas isolé et Istanbul nous a semblé vraiment sécuritaire.

Il y a eu cette fois où des enfants pointaient un fusil jouet (on espère!) d’une fenêtre où on a un peu sursauté sur le premier coup, la fois où un spectacle de feux d’artifices qui sonnait comme des coups de fusil est parti par hasard tout près de nous et finalement quand on a croisé un groupe de 30 hommes tard le soir dans une rue mal illuminée alors que les 10 derniers coins de rue étaient complètement vides (finalement, c’était la sortie arrière d’un hôpital donc c’est moins louche), mais tout ça n’était en aucun cas dangereux, et nous nous sentions pas du tout en danger à aucun moment du voyage.

L’Asie, vue de l’Europe (rare comme concept)

Istanbul en bref

L’attraction principale est la vieille ville, située sur la péninsule au coin sud-ouest du continent européen. L’atmosphère y est d’ailleurs totalement différente des autres quartiers de la ville. Il y a honnêtement tellement de choses à voir dans cette ville, tellement de siècles d’histoire, que nous avons déjà décidé de revenir plus longtemps bientôt. Il faut vraiment passer au moins une semaine à Istanbul et comme nous travaillons une partie de la journée et que nous ne sommes pas partis longtemps, on a clairement pas le temps de tout voir et on veut se rendre dans le reste de la Turquie avant de revenir, donc cet article vous aidera à savoir l’essentiel, mais il y a beaucoup beaucoup plus.

La Mosquée Bleue, symbole d’Istanbul, du côté européen

La Mosquée Bleue

De loin l’attraction la plus reconnue d’Istanbul, la Mosquée Sultan Ahmed, surnommée la Mosquée Bleue, est un édifice majestueux qui date de 1616 et qui est réellement époustouflant. De l’extérieur aussi, mais surtout de l’intérieur.

L’intérieur de la Mosquée Bleue

Les mosaïques et le niveau de détail de l’architecture intérieure est grandiose. C’est vraiment impressionnant de penser qu’il y a 400 ans, ils ont été en mesure de bâtir des dômes et des immeubles aussi majestueux.

La cathédrale Hagia Sophia

Hagia Sophia

À quelques mètres de la Mosquée Bleue (à l’autre bout d’une grande place publique, l’hippodrome de l’Empire Byzantin) on retrouve Hagia Sophia, une autre énorme mosquée, encore plus vieille: construite en 532 (!!!), elle date de bientôt 1500 ans!

Hagia Sophia vue de l’Hippodrome (place centrale)

Celle-ci a la particularité d’avoir été initialement une église pendant des siècles avant d’être convertie en mosquée lors de la conquête par l’empire Ottoman en 1453. Contrairement à la Mosquée Bleue, elle n’est plus fonctionnelle et sert maintenant uniquement de musée.

Une des dizaines d’allées du Bazaar

Le Grand Bazar

Selon certaines mesures, le Grand Bazar a apparemment déjà été l’attraction touristique la plus visitée dans le monde. Le plus grand marché couvert au monde, des dizaines de passages forment un labyrinthe complexe ligné de centaines de petits marchands locaux qui vendent de tout sous un même toit.

Palais de Topkapi – seule photo tirée de Google, il est plus beau vu de l’eau

Le palais de Topkapi

Le siège de nombreux sultans ottomans depuis le 15ième siècle, le palais surplombe l’endroit le plus stratégique d’Istanbul en plein dans la vieille ville.

Grand jardin du palais

Il est entouré de 5 kilomètres de remparts, occupe un immense espace et possède un jardin intérieur qui sert de parc public depuis des centaines d’années au cœur de la ville.

Les obélisques vieux de 3500 ans

Les obélisques de l’Hippodrome de Constantinople

Près des deux mosquées principales, il y a trois obélisques extrêmement anciens. Un qui date de 3500 ans et a été préservé depuis dans un relativement bon état. C’est tout simplement incroyable! Il y a également des centaines de mosquées dans la ville, dont plusieurs énormes. Il y en a vraiment partout et à chaque fois on se disait «encore une qui est aussi massive que les autres», au risque de se répéter, c’est vraiment des choses qui sont fascinantes et hors du commun qu’on ne peut faire autrement qu’être émerveillés.

Le boulevard à travers l’Aqueduc vieux de 1700 ans

Aqueduc de Valens

Un aqueduc romain à double arches vieux de 1700 ans, le monument est impressionnant en soi. Ce qui est comique et unique est que maintenant il est traversé par une artère majeure, où les voies se séparent pour passer au travers des colonnes.

Le point de départ de la route de soie

Les ruines variées

La ville est aussi parsemée de centaines de sites où des ruines datant de centaines d’années survivent au travers d’édifices modernes. La liste et longue et il y en a vraiment pour tous les goûts. Parfois vous en croiserez tout à fait au hasard en pleine rue commerciale entre deux immeubles. Il y a plein d’autres monuments quelconques comme le mur ci-haut qui commémore l’extrémité ouest de la route de soie qui reliait l’Europe à la Chine, situé à coté d’une tourelle de château qui surplombe le côté asiatique de la ville.

Rue moderne dans Taksim, sous haute sécurité

Taksim Square

Une grande place publique, Taksim Square est la culmination d’une longue rue piétonne et commerciale moderne où vous trouverez toutes les boutiques de bannière mondiale et vous vous sentirez tout à fait comme en Europe de l’Ouest ou dans toute grande métropole globale. On ne peut définitivement pas en dire autant des autres quartiers. C’est vraiment l’endroit où nous avons vu le plus grand nombre de touristes et où le style de vie moderne est le plus visible.

Le quartier Kadikoy

Du côté asiatique, nous avons exploré le quartier Kadikoy, qui a un vibe assez différent. Presque exclusivement des locaux s’y trouvent, donc on se sent beaucoup plus imprégné par le vrai Istanbul. Un autre endroit populaire en Asie est le Camlica Hill, une colline qui donne une vue sur tout le côté européen et les endroits clés d’Istanbul. Comme c’était notre première visite éclair d’Istanbul, nous avons surtout exploré le côté européen historique mais de nombreux palais et monuments apparemment magnifiques se retrouvent un peu partout dans la ville.

Un Tavuk Durum

La nourriture turque

Nous ferons un article complet sur la nourriture turque sous peu, mais en attendant voici un survol des quelques mets iconiques d’Istanbul et de la Turquie. Le shawarma, les doners, les tavuk durum, les kebab, la pizza turque, la crème glacée turque, le thé turc, les baklava, les bagels turcs, etc. Plein de bons plats inspirés par la Méditerranée, et tout est à bas prix tel que mentionné précédemment.

Les appels à la prière

Quand on pense à une scène typique du Moyen-Orient, on entend les appels à la prière en arrière-plan. C’est tout à fait dépaysant et unique à vivre. De mon côté, j’avais en fait déjà eu la chance de visiter Israël en 2012 donc j’avais déjà expérimenté ça, mais Kevin a trouvé ça très spécial que plusieurs fois par jour, des bruyants cris retentissent partout au travers d’une métropole moderne, alors que les haut-parleurs des mosquées se font aller. Dépaysant. Vidéos à venir sous peu sur notre chaîne Youtube.

Drapeau turc grand format et affiche grand format du président Erdogan

Les drapeaux turcs partout

Ceux qui voyagent souvent aux États-Unis savent que la fierté des américains envers leur pays se traduit par la présence très fréquente des drapeaux américains. Et bien ce n’est rien comparativement au drapeau turc à Istanbul pendant notre visite, une semaine après le référendum majeur sur l’avenir du pays. C’est fort probablement un phénomène plutôt éphémère causé par les récents évènements politiques et la tenue d’un référendum constitutionnel majeur, mais c’était quand même assez intense, surtout le long des routes majeurs dans les banlieues de la ville, autant du côté européen qu’asiatique, où des drapeaux gigantesques de plusieurs étages de hauteur sont accrochés sur plein d’édifices.

Rue typiquement Istanbulaise/Istanbulienne/etc.

Les rues commerciales

Un côté vraiment comique d’Istanbul c’est à quel point des rues thématiques de boutiques sont nombreuses. Par exemple, près de notre premier hôtel, il y avait près d’une dizaine de rues adjacentes qui contenaient uniquement des boutiques de souliers. Des centaines de boutiques de souliers, toutes dans le même périmètre. Même chose pour des vêtements pour enfants, un quartier complet avec plein plein de boutiques différentes de linge pour enfants. C’est assez spécial. On ne sait pas en fait si c’est quelque chose de commun dans les grandes villes de pays moins développés en termes de bannières de commerce de détail, car on a pas encore visité autant de pays qu’on le voudrait, mais dans tous les cas c’était impressionnant.

Rue du vieux Istanbul et la mer de Marmara en arrière plan

Se déplacer dans Istanbul

Istanbul est gigantesque, ne l’oubliez pas. Ses 15 millions d’habitants représentent environs 4 fois la population de la région métropolitaine de Montréal. Il y a beaucoup à voir dans le centre et à proximité, qui se fait tout à pied, mais plusieurs lignes de métro et tramways permettent aussi de se déplacer dans les quartiers un peu plus éloignés, et ils sont modernes et fiables. Apparemment les gens ici ne comprennent pas très bien le concept de laisser les gens sortir avant d’entrer dans le métro, les machines de vente de billets nous ont volé une pièce de 2 lira (moins d’un dollar) et un chauffeur d’autobus nous a taxé pour 10 lira (4$), mais ce sont des trucs assez mineurs. Plusieurs tours organisés existent pour à peu près toutes les attractions populaires si vous préférez de l’encadrement et les traversiers à faible coût sont très nombreux pour voir les choses qui sont le long des côtes.

Le sommaire

Bref, Istanbul n’est pas la destination la plus populaire des Québécois mais elle gagne définitivement à se faire connaître. C’est un endroit unique dans le monde qui est franchement très impressionnant.

Ne manquez pas la suite du voyage en Turquie, dans les régions où les paysages semblent tout à fait magnifiques!

Vous préférez l’Amérique Centrale? Lisez le récit de notre nouvelle collaboratrice Amanda Bilodeau en cliquant ici !

Vous voulez voir nos vols à rabais? Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix

Vous voulez d’autres astuces? Cliquez ici pour aller à la page principale du blogue

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers.com à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Vous aimerez sûrement cet article:

Review de Air China et d’un vol vers l’Asie à 499$ aller-retour!

Review de WOW Air et d’un vol Montréal-Europe à 300$ aller-retour!

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Passionné de voyage, et de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion, il veut partager son expérience et vous aider à économiser sur vos voyages. En tant voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce au Travel Hacking... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 41/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

This Post Has 2 Comments

  1. Très beau texte sur Istanbul. Tout ces commentaires sont très appréciés. Nous projetons de se rendre en Turquie au mois septembre mon épouse et moi.
    Merci pour ton aide à rassurer ma conjointe au sujet de la sécurité.
    François Isabelle
    P/S: On s’est déjà rencontré pour question d’affaires Andrews. Félicitations pour ton choix de carrière.

    1. Salut François! Merci des commentaires, j’espère que vous allez passer un beau voyage (je n’en doute pas, j’ai déjà hâte de retourner en Turquie).

Laisser un commentaire

×
×

Cart