You are currently viewing Mise à jour pour faire honorer le «error fare»: aide de l’OPC… et (très) mauvais signe

Tel que promis, je te fais une mise à jour du processus pour faire honorer le «error fare» d’il y a quelques semaines. Je voulais évidemment tout faire pour pouvoir t’aider à aller en Europe pour 175$ ou 250$ aller-retour, mais plusieurs sont plus vites que moi et ont déjà fait la prochaine étape… et je crois que vous avez fait peur aux gens du site de réservation!

Premièrement, pour le contexte de tout ça, si ce n’est pas encore fait, tu peux lire notre article sur le fait que c’est illégal de ne pas honorer un «error fare», du moins au Québec selon l’OPC (l’Office de la protection du consommateur).

Mais il y a un très mauvais signe. Malheureusement, je crois que mes chances de pouvoir ajouter à mes 9 voyages déjà réservés pour le restant de l’année 2022 sont peu élevées à ce stade-ci, mais on va s’essayer quand même.

Aujourd’hui c’est juste pour te garder au courant de l’évolution des choses sans te faire attendre davantage et pour te donner une étape intermédiaire. Je te reviens ce vendredi matin avec la vraie prochaine partie, étape par étape.

Alors voici la mise à jour.

 

Le (très) mauvais signe

Commençons avec la mauvaise nouvelle avant toute chose.

Je me suis adonné à aller sur le site de réservation qui a fait l’erreur.

Je voulais valider qu’il n’y avait bel et bien pas de version française de leur site pour cet article-ci… et leur site a essentiellement disparu.

Oops… (crédit image: Farestore.com)

 

Je crois que tous les lecteurs de Flytrippers qui ont été plus rapides que moi à faire la prochaine étape et qui ont envoyé des mises en demeure ont fait peur aux gens derrière ce site!

(Ou bien l’OPC a communiqué avec eux directement peut-être, je vais valider ça auprès de leurs relations médias!)

Alors ça revient à ce que je disais dans l’article précédent, je ne pensais pas que c’était un site assez gros ou connu pour que ça soit facile. Je ne sais pas ce que ça veut dire exactement cette page bizarre, on va tenter d’en savoir plus… mais je voulais au moins de garder au courant.

La phrase la plus intriguante c’est celle au bas de leur nouveau site simplifié et épuré qui ne permet plus de réservations (ni rien en fait):

«D’ici à la fin de juin 2022, Farestore.com est opéré et licensé sous (…)»

On recommande quand même de s’essayer — c’est ce que je vais faire — et dès ce weekend, parce que la fin juin 2022 va arriver vite.

Ça ne peut pas vraiment nuire d’essayer et ça va se faire assez rapidement avec nos guides étape par étape. Cette nouvelle page ne veut certainement pas dire que nos chances sont nulles. Mais peut-être que tu devrais ajuster tes attentes à la baisse à tout le moins!

En tout cas, pour le 1er de mes nombreux «error fares» achetés qui n’est pas honoré, ça ne s’enligne vraiment pas pour être simple de le faire honorer même si la loi québécoise est de notre côté!

Espérons que le prochain «error fare» soit honoré ou bien à tout le moins qu’il soit sur un site qui est assez établi pour ne pas juste fermer pour éviter d’avoir à l’honorer (ça ne veut pas dire avec certitude que c’est ce que celui-là fait, mais ça ressemble drôlement à ça).

 

La réponse de l’OPC

Alors pour s’essayer quand même maintenant.

Après avoir envoyé le formulaire à l’OPC, j’ai reçu assez rapidement le courriel qu’ils ont envoyé pour aider.

Mais honnêtement, après ma lecture, je crois que leur assistance est pas mal moins directe que je l’aurais espéré (le domaine légal, ça en est bien un où l’expertise est assez pointue).

Bref, il faut envoyer une mise en demeure au site de réservation Farestore et pas mal tout faire les démarches par nous-mêmes, dans le fond, même si l’OPC a au moins gentiment fourni le formulaire de mise en demeure (parmi d’autres documents et instructions).

Si tu as suivi les 1res étapes, tu as tout reçu ça toi aussi, donc je n’ai pas besoin de réexpliquer.

Ce que j’ai fait par contre, c’est de prendre une initiative de plus: je voulais avoir le formulaire de mise en demeure en anglais, au lieu d’en français.

 

Le formulaire de mise en demeure en anglais

Selon moi, ça va faciliter le processus vu qu’il s’agit d’une entreprise ontarienne (même s’ils ne sont pas unilingues et qu’ils sont bien polyglottes, je ne suis pas certain que le français soit nécessairement une des langues qu’ils utilisent vu que leur site n’avait même pas de version française).

Ce n’est qu’une supposition. Mais ma stratégie, c’est de toujours mettre le plus de chances de mon côté. Et le français, c’est pas mal moins pratique que l’anglais en dehors du Québec, c’est juste un fait.

J’ai donc fait mes recherches moi-même pour commencer, mais comme c’est un site gouvernemental après tout, ce n’était pas facile de trouver ce formulaire.

J’ai fini par trouver la page du site où se trouve le lien pour le téléchargement du formulaire de mise en demeure en anglais.

Mais en cliquant, voilà ce qui m’est apparu…

Erreur «page not found» (OPC)

 

Alors je n’avais pas le choix de les recontacter, même si j’aurais aimé mieux m’arranger tout seul pour ça (parce que je déteste dépendre de qui que ce soit et parce que je suis un grand fan de la responsabilisation et du concept qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même — je vais devoir malheureusement le tester en faisant toute la mise en demeure moi-même aussi, il semble 😅).

Au lieu de perdre encore plus de temps à chercher les bonnes coordonnées, c’était plus simple de juste remplir à nouveau le même formulaire que j’avais rempli initialement. Je n’ai pas tout refait, j’ai juste écrit que j’aimerais la documentation en anglais. 

J’ai fait ça vendredi matin.

Samedi matin à 9h, j’avais reçu le tout.

(Considérant que le gouvernement du Québec a des sites Internet qui ferment parfois la nuit — oui, des sites Internet qui ferment, je ne crois pas déjà avoir vu ça ailleurs — je suis agréablement surpris d’avoir reçu une réponse le week-end, je leur donne avec plaisir le crédit quand ils le méritent!)

Dans le fond, ce qu’ils m’ont renvoyé, c’est le même courriel que la 1re fois, mais tout en anglais.

 

Lien pour télécharger le formulaire en anglais

Alors pour t’éviter d’avoir à faire tout ça, tu peux télécharger le formulaire de mise en demeure en anglais!

Si jamais tu veux voir le courriel complet que j’ai reçu en anglais, je te l’ai mis en PDF aussi, si tu veux le télécharger.

Il se peut que tu aies déjà envoyé la mise en demeure en français, si tu es plus vite que moi (j’avais oublié que plusieurs ont réservé l’«error fare» pour cet été, donc pour vous, ça pressait plus que le mien en octobre).

Désolé pour ça, je viens de revenir du Maroc le 19 mai et je repars ce jeudi 2 juin pour un voyage très unique de 2 semaines qui ne me permettra pas de travailler beaucoup, contrairement à tous mes autres voyages. Donc j’étais dans le rush à te préparer plein de contenu pour cette période (un des articles va t’expliquer en quoi consiste ce voyage unique justement).

Bref, je ne crois pas que ça change grand-chose, même si tu l’as déjà envoyé en français. Surtout avec le nouveau développement.

Mais si tu es des gens qui attendent mon guide étape par étape pour le suivre et continuer les démarches, je vais tout te montrer quoi écrire en anglais quand même. Je n’abandonne pas si facilement.

Reviens vendredi matin pour tout le processus d’envoi de la mise en demeure que je vais «m’amuser» à faire dans les prochains jours avant de partir.

 

Tu veux recevoir toutes les astuces pour voyager plus?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

À la suite de la réponse de l’OPC et en attendant mon guide étape par étape pour faire honorer le «error fare» à 175$ ou 250$ aller-retour pour l’Europe, tu peux commencer à télécharger la documentation en anglais pour la mise en demeure. Mais tempère tes attentes parce que le site de réservation qui a fait l’erreur est essentiellement fermé…

Que veux-tu savoir à propos des «error fares»? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Vois les deals qu’on repère: Vols pas chers

Explore des destinations géniales: Inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: Astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: Récompenses-voyage

 

Photo de couverture: Voyageuse en Suisse (crédit photo: Paola Chaaya)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 64/193 pays, 47/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Cet article a 3 commentaires

  1. Mario

    Ils ont refusé la mise en demeure. Mais je l’ai envoyé en créant un billet sur leur site.

    1. Andrew D'Amours

      En effet ils ne semblent pas connaître la loi québécoise du tout 😛

    2. David

      J’imagine que vous avez envoyé votre mise en demeure à Farestore par courriel? Mais à quelle adresse?

Leave a Reply