La 1ère collision entre un drone et un avion commercial en Amérique du Nord a eu lieu à Québec… et la CSeries vendue à Airbus
Crédit photo : CTV News

Le monde de l’aviation du Canada – et plus spécifiquement du Québec – est dans l’actualité internationale ces jours-ci. Et deux fois plutôt qu’une.

En effet, je suis présentement en Californie après un roadtrip mémorable en Oregon, et en regardant les nouvelles dans le lobby de mon hostel, j’ai pu constater qu’il y a non seulement une nouvelle, mais bien deux nouvelles du monde de l’aviation québécoise qui ont fait le tour des médias nationaux aux États-Unis.

Voici brièvement ce qui est dans l’actualité et pourquoi.

 

Collision entre drone et un avion commercial

Pour la première fois en Amérique du Nord, une collision est survenue entre un drone et un avion commercial, à l’aéroport de Québec (YQB). Dans ce cas-ci, c’était un petit avion de la compagnie de vols nolisés Skyjet, un Beech King Air 100, un modèle de très petits avions, qui transportait 8 personnes au moment de l’incident.

C’est arrivé à 1500 pieds d’altitude, soit 500 pieds de plus que la limite autorisée pour les drones, tout près de l’aéroport de Québec alors que l’appareil atterrissait. Le drone est entré en collision avec l’aile de l’avion et le propriétaire du drone n’a d’ailleurs toujours pas été retrouvé.

Crédit photo : CTV News

 

L’appareil a subi des dommages très mineurs heureusement, mais c’est tout de même important de réitérer que c’est très dangereux de piloter des drones autour des aéroports. Il sera intéressant de voir les mesures qui seront prises pour empêcher que de tels incidents se reproduisent.

 

La CSeries vendue à Airbus

Coup de tonnerre dans le monde très compétitif de la manufacture d’avions commerciaux, alors que le fabricant québécois Bombardier a “vendu” sa division CSeries à Airbus, le géant européen. Je dis “vendu” entre guillemets parce que Bombardier a en fait céder 50,01% tout à fait gratuitement, ce qui est assez fascinant!

 

Bombardier avait reçu une douche froide de la part des autorités gouvernementales, qui imposait une pénalité de 300% (!!!) sur le prix des appareils de la CSeries vendus aux États-Unis (la compagnie américaine Delta a commandé 75 appareils).

L’entente avec Airbus devrait permettre de contourner cet obstacle, en sécurisant l’avenir du programme, car une deuxième usine d’assemblage finale sera mise en place à Mobile, en Alabama.

Pour ceux qui sont intéressés, il y a trois types d’avions principaux.

Les avions long-courrier (widebody), qui desservent les trajets les plus longs. Airbus et Boeing sont les deux seuls joueurs dans ce domaine avec le A330, A350, A380 et le 747, 777 et 787 respectivement par exemple. Ce sont les plus gros avions qui existent, avec 9 à 10 sièges de largeur en économie (3-3-3 ou 3-4-3).

LIRE AUSSI: Une nouvelle classe de siège: après “Économie Plus”, voici “Économie MOINS”

Il y a ensuite les avions moyen-courrier (narrowbody), principalement le Airbus A320 et le Boeing 737, qui sont deux des appareils les plus utilisés au monde. La plupart des vols de moins de 5 heures sont opérés par ces deux types d’avion, qui ont habituellement 6 sièges de largeur (3-3). Encore là, aucun autre manufacturier que les deux géants ne sont dans ce créneau.

Ensuite, il y a ce qu’on appelle les jets régionaux (regional jets), des plus petits avions qui font évidemment des liaisons un peu plus courtes, souvent pour connecter les aéroports aux hubs. Souvent ce sont des avions qui ont 4 sièges de largeur en économie (2-2), parfois seulement 3 même (2-1). C’est là qu’Airbus et Boeing ont enfin de la compétition, avec le fabricant brésilien Embraer qui est très présent avec les E195, E190 et E175 et finalement Bombardier, qui n’offrait que des plus petits modèles CRJ, et ce, pendant des années. Ça a changé récemment, quand Bombardier a lancé le programme CSeries, qui se classe encore dans cette catégorie de jets régionaux, mais parmi les plus larges de la catégorie, comparativement aux CRJ qui étaient parmi les plus petits.

L’enjeu qui rendait Boeing nerveux, c’est que le CSeries est assez gros, selon eux, pour compétitionner avec leurs plus petits avions moyen-courrier.

Bref, une dispute qui est loin d’être terminée, ce sera intéressant à voir.

D’ailleurs, parlant de jets régionaux, mon vol vers San Francisco était d’ailleurs sur un Embraer E175 de Delta, un modèle très commun chez les compagnies aériennes américaines. J’ai eu la chance de pouvoir m’aventurer dans le cockpit après mon vol, ma première expérience du genre. En tant que AvGeek, j’ai bien aimé ça évidemment! Voici une photo en attendant l’article de blog plus détaillé.

Mon passage dans le cockpit d’un Embraer Delta.

 

Sommaire

Un drone qui frappe un avion, c’est loin d’être une nouvelle qu’on veut voir. En espérant que ce soit la dernière fois… et en espérant que l’aventure Bombardier/Airbus soit aussi positive que les deux parties espèrent.

Que pensez-vous de ces nouvelles?

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous aimerez sûrement cet article:
Soyez certain de bien écrire votre nom en réservant votre billet

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-même, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non-négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tierce parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Passionné de voyage, et de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion, il veut partager son expérience et vous aider à économiser sur vos voyages. En tant voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce au Travel Hacking... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 45/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Laisser un commentaire

×
×

Cart