Pourquoi on est présentement en voyage de l’autre côté de l’Atlantique encore une fois

On sait que ce n’est pas tout le monde qui est d’accord avec les voyages internationaux en ce moment et c’est bien correct. On s’est dit qu’on allait au moins partager notre raisonnement, parce que cela peut être bien logique dans certaines situations bien spécifiques (mais pas pour presque tout le monde, bien sûr) et Flytrippers offre du contenu de voyage après tout.

Ce n’est pas assez de juste être absolument passionné de voyages comme on l’est… c’est vraiment qu’on est:

  • en mesure de prendre toutes les précautions nécessaires
  • à l’aise avec les nombreux risques de voyager en pandémie

(les 2 éléments vitaux et importants pour tout voyage, que ce soit près ou loin… comme on le répète depuis juillet).

Donc nous sommes présentement en Europe suite à notre agréable voyage cet été.

Voici pourquoi.

 

Notre responsabilité en tant qu’experts du voyage

Mais d’abord…

Honnêtement, on n’était même pas certain de vouloir parler de ce voyage-ci, on a hésité pendant les plus de 2 semaines depuis notre départ en fait… (on était bien contents de juste voyager pour notre plaisir personnel).

On veut être soucieux de ne pas banaliser les voyages en pandémie pour ceux qui ne sont pas assez sensés pour:

  • suivre nos nombreux nombreux avertissements
  • prendre la décision de voyager très au sérieux
  • comprendre que c’est primordial de voyager de manière sécuritaire et responsable si on voyage
  • réaliser que même si les voyages sont possibles, ce n’est vraiment pas pour tout le monde

Mais ça peut être très pernicieux ce nivellement par le bas…

Alors en fin de compte, on a décidé qu’on aime mieux:

  • continuer à bien t’informer sur les voyages, comme on le fait depuis 3 ans
  • ne pas priver les voyageurs intelligents et responsables à cause de quelques irresponsables
  • ne pas censurer les faits et plutôt aider ceux qui doivent/veulent voyager à le faire en sécurité
  • persister à répéter très clairement qu’il y a évidemment plusieurs plusieurs risques, comme on le fait depuis des mois

Évidemment, personne ne devrait voyager là où il y a un confinement… tous devraient respecter les confinements et on respecte les confinements.

Mais plein d’endroits ne sont pas en confinement.

(Bien qu’honnêtement il y en a de moins en moins et ça a beaucoup empiré depuis notre départ au début novembre — on ne pense pas repartir avant janvier au plus tôt, pour voir l’évolution des choses partout).

Aussi, même si ça n’a pas de sens pour la vaste majorité des gens, c’est absolument possible de voyager de manière sécuritaire et responsable. Et en tant qu’experts du voyage, c’est un peu frustrant de voir tous les propos ailleurs dire uniquement le contraire même si c’est simplement trompeur.

Bien sûr que la majorité des gens ne devraient pas voyager. Mais ce n’est pas parce que la majorité ne devrait pas que les voyages sont le démon, à la grandeur, sans le moindre regard rationnel.

Le fait est qu’il y a:

  • des gens irresponsables qui propagent le virus sans voyager
  • … comme il y a des gens responsables qui ne le propagent pas même en voyageant

C’est franchement absurde de dire que:

  • tout voyage est bon et que tout le monde devrait voyager
  • … mais aussi que tout voyage est mauvais et que personne ne devrait voyager

On doit:

  • respecter ceux qui ne sont pas prêts à voyager
  • … mais le contraire est aussi vrai

Il y a plein de facteurs qui entrent en jeu:

  • chaque voyageur est différent
  • chaque situation est différente
  • chaque destination est différente

Alors allons-y avec la nôtre…

 

Notre décision personnelle de voyager

Premièrement, je tiens à réitérer les prémisses de notre décision:

  • On ne met personne à risque au Canada
  • On ne met personne à risque à destination
  • On fait très attention avec toutes les règles d’hygiène
  • On visite seulement des pays qui ne sont pas en confinement
  • On visite seulement des pays qui courtisent ouvertement les voyageurs
  • On respecte toutes les règles dans chaque pays

Le titre de l’article promet les raisons pourquoi on voyage, alors les voici:

  • On veut t’informer sur la nouvelle réalité du voyage
  • On adore voyager
  • On adore voyager à l’international
  • On a eu des bons deals sur l’avion
  • On a eu des bons deals sur les hôtels
  • On veut encourager ceux qui dépendent du tourisme

Et bien que ce ne sont pas des raisons comme telles, il y a de nombreux risques avec lesquels il faut être à l’aise:

  • On est à l’aise avec le risque que nos vols soient annulés
  • On est à l’aise avec le risque de rester pris dans un pays
  • On est à l’aise avec l’incertitude et les changements
  • On est à l’aise avec le risque d’infection

Finalement, il y a 3 “risques” qui ne font pas partie de l’équation:

  • Le risque d’infection dans l’avion
  • Le risque de ne pas avoir d’assurance voyage médicale pour la COVID-19
  • Le risque de ne pas avoir le droit de rentrer au Canada

C’est la version courte.

Si tu veux plus de détails, voici chaque point en 1 ou 2 phrases chacun.

 

Pourquoi on voyage

On voyage parce qu’on est confiant qu’on peut le faire de manière sécuritaire et responsable, pour nous-mêmes et les autres. C’est pas mal ça.

Le fait est qu’on était prêt à voyager cet été quand les choses allaient bien dans plusieurs endroits et notre propre situation n’a simplement pas changé depuis.

Alors on devait simplement choisir des destinations différentes, où les choses vont mieux qu’à la maison. Et on a décidé de prendre une précaution additionnelle avant de partir.

 

On ne met personne à risque au Canada

Nous ne mettons personne en danger au Canada à notre retour: nous avons décidé de ne pas revenir par l’Alberta et nous allons donc faire la quarantaine obligatoire de 14 jours (malgré le processus très déficient que nous avons vécu la dernière fois; article détaillé à venir).

Nous sommes donc même moins un risque pour nos concitoyens canadiens que ceux qui ne sortent qu’une fois par semaine pour faire l’épicerie, puisque nous n’aurons aucun (zéro) contact avec qui que ce soit pour des semaines. Le confinement au Canada a pour but de limiter les contacts: on réduit nos contacts à zéro en partant et en restant à la maison après.

 

On ne met personne à risque à destination

Je me suis mis en isolement pour 14 jours avant de partir, par abondance de précaution. C’est un excellent moyen de protéger les autres à destination et on le recommande. J’aurais aussi pu me faire tester à la place, mais rester à la maison n’était pas un enjeu pour moi (je le fais pas mal depuis mars pour faire ma part).

Alors ainsi je n’ai pas accaparé des ressources de dépistage dans notre système de santé pas très difficle à faire déborder. En passant, aucun des 8 pays européens qu’on a visité (incluant cet été) ne demandait de tests: ce ne sont pas tous les pays qui en exigent, contrairement au mythe commun.

 

On fait très attention avec toutes les règles d’hygiène

On ne met pas nos masques à l’intérieur seulement, on les mets dehors aussi, en tout temps. On garde notre distanciation physique en tout temps. On ne touche jamais notre visage. On passe le moins de temps possible à l’intérieur (sauf dans les avions, qui ont une qualité d’air meilleure que dans tous les édifices au sol).

On ne fait simplement rien du tout qui est prouvé à être un risque pour la transmission du coronavirus, comme à la maison. On aime vraiment pas dire aux autres quoi faire, mais je vais faire une seule exception: si tu ne vas pas au moins prendre les mesures pour protéger les autres, ne voyage juste pas.

 

On visite seulement des pays qui ne sont pas en confinement

On a choisi 3 des pays en Europe qui ont les taux d’infection les plus bas. Bien sûr, tel que mentionné, personne ne devrait voyager pour des raisons non-essentielles à un endroit qui est en confinement.

Mais s’il n’y a pas de confinement et que tout est ouvert, pour nous, il n’y a pas grand différence de faire les activités que les locaux font. En autant que c’est fait avec toutes les précautions, ce qui est notre cas.

 

On visite des pays qui courtisent ouvertement les voyageurs

De nombreux pays n’ont pas de restriction d’entrée mais n’encouragent pas ou ne courtisent pas activement les voyageurs.

On a fait nos recherches et on a choisi 3 destinations qui disaient explicitement aux voyageurs de venir et qui nous acceuillent chaleureusement et à bras (distancés) ouverts.

 

On respecte toutes les règles dans chaque pays

C’est très important pour nous: peu importe les règles en place, on les respecte, point final. Comme on l’a fait cet été. Quand un pays où nous étions a imposé un couvre-feu de nuit, on a décidé de passer au prochain pays plus tôt que prévu.

Ce n’est pas que le couvre-feu nous dérangeait (on ne va pas vraiment jamais dans les bars ou boîtes de nuit en voyageant) mais par abondance de précaution, comme ils voulaient limiter les contacts pour la première fois, on a aidé en s’en allant.

 

Pourquoi on veut voyager

Plus globablement, il y a évidemment beaucoup de raisons de vouloir voyager. Ça ne veut veut pas dire que tu devrais voyager.

(Considérer attentivement les nombreux risques est la seule chose qui devrait déterminer ça.)

Mais ces raisons ont fait en sorte que ça valait au moins la peine de considérer les risques qui suivent plus bas, en fonction de notre propre situation.

 

On veut t’informer sur la nouvelle réalité du voyage

Celle-ci est juste pour nous, mais une des raisons pour laquelle on voyage, c’est de t’informer de la nouvelle réalité du voyage, tout comme cet été. Nous avons passé le mois d’août en Europe, ce qui s’est avéré être le «timing» idéal entre les deux vagues de la pandémie de coronavirus.

Et honnêtement, il n’y avait presque rien de différent des voyages habituels: tout était ouvert, il y avait beaucoup de voyageurs, et la vie était normale sauf pour les masques et la distanciation physique.

Donc c’était presque trop facile parce que tout était si bien. Nous voulions voyager lorsque les choses sont encore plus incertaines, car cela pourrait être la nouvelle réalité pendant un certain temps. Nous pourrons ainsi mieux t’informer et t’aider comme nous le faisons depuis le lancement de Flytrippers.

C’est sans doute plus important que jamais étant donné que les voyages n’ont jamais été aussi compliqués. Impossible d’aider les voyageurs si on ne sait pas de quoi on parle ou si on ne l’a pas vécu nous-mêmes.

 

On adore voyager

Évidemment, on adore voyager. On a quitté nos bons emplois corporatifs pour voyager plus. Le voyage fait partie de notre identité. On s’ennuie de voyager.

De nombreux pays sont heureux d’accueillir des voyageurs, ne sont pas confinés comme le Québec et ont également un taux d’infection plus faible… alors nous avons décidé d’y aller.

Notre voyage d’été était super, donc nous étions optimistes. Mais on était même ouvert au fait que ça pourrait être différent cette fois, car en tant que voyageurs passionnés… pour nous, même le pire voyage est mieux que pas de voyage.

Comme beaucoup de voyageurs passionnés, notre but dans la vie est de voyager plus. Notre plus gros obstacle est le manque de temps, et comme pour beaucoup de voyageurs, les voyages que nous ne faisons pas en 2020 ne pourront jamais être récupérés.

 

On adore voyager à l’international

Ce que j’aime dans les voyages, c’est découvrir une nouvelle culture et être le plus dépaysé possible, donc j’ai personnellement très peu d’appétit pour les voyages domestiques. Même si le Canada est bel et bien très beau, une pandémie n’est pas assez pour me faire choisir le Canada plutôt qu’un endroit plus différent, surtout quand certains pays sont ouverts (et sont dans une meilleure situation du coronavirus dans bien des cas).

Finalement, dans ma quête de découvrir tous les pays du monde, juste l’an dernier j’ai visité 19 nouveaux pays lors de mes 12 voyages internationaux. Jusqu’à présent, en 2020, je n’avais visité qu’un seul nouveau pays… et il y en a un que je n’ai jamais visité et qui était ouvert, qui n’était pas confiné et qui accueillait les voyageurs à bras ouverts.

 

On a eu des bons deals sur l’avion

Il y a aussi le fait que j’ai eu un deal encore mieux que d’habitude avec mes points Aéroplan sur mon vol de retour transatlantique, qui avait été annulé en raison de la pandémie plus tôt cette année… et j’ai pu le reprogrammer gratuitement à la fin novembre.

Possiblement même mon meilleur deal à vie en fait (et j’en ai eu plusieurs en tant qu’expert des deals de vols haha), du moins en termes de valeur (ce sera un sujet pour un autre article).

Pour mon aller, comme tu le sais peut-être, les prix de certains vols sont pas mal bas en ce moment: seulement 226$ de Montréal à l’Europe (et ça c’était un habituellement-très-cher vol de dernière minute, car j’ai décidé et acheté le billet seulement quelques jours avant de quitter le Canada… c’est la nouvelle réalité des voyages).

 

On a eu des bons deals sur les hôtels… et tout le reste

On a été en mesure d’aller dans un pays où il y a des hôtels Marriott de catégorie 1, ce qui veut dire qu’on a pu obtenir 5 nuits complètement gratuites dans un hôtel 5-étoiles pour seulement 20 000 points (pour contexte, la carte Marriott Bonvoy donne 50 000 points juste comme prime de bienvenue).

On adore les bons deals; c’est pourquoi on a parti un site de deals pour voyageurs.

Pour tout le reste, les choses sont pas mal plus abordables que d’habitude, comme tu peux t’y attendre. Un rare côté positif de la pandémie pour nous les «budget-travelers».

 

On veut encourager ceux qui dépendent du tourisme

Un autre côté positif pour ceux qui comme nous n’aiment pas les endroits avec des hordes de touristes… c’est qu’il n’y a pas de hordes de touristes. Mais ça fait en sorte que plusieurs endroits qui dépendent des voyageurs en arrachent en ce moment, comme tant d’autres.

C’est aussi bon d’aller les encourager.

 

Les nombreux risques avec lesquels on est à l’aise personnellement

On le répète sans arrêt depuis des mois: il y a de nombreux nombreux nombreux risques impliqués si tu décides de voyager maintenant.

Il y a une pandémie.

Chaque voyageur devrait tous les considérer très attentivement. On les a couvert dans notre guide détaillé sur les 15 risques à considérer si tu veux voyager (qui sera mis à jour bientôt avec des risques additionnels, soit dit en passant), mais je vais mettre en évidence les principaux ici.

 

On est à l’aise avec le risque que nos vols soient annulés

Une des raisons qu’on a choisi l’Europe c’est que même en mars, plusieurs vols transatlantiques n’ont litéralement jamais cesser d’opérer et n’ont essentiellement jamais bannis ou annulés.

C’est l’avantage de ne pas visiter des pays en développement ou des pays isolés où seuls les touristes vont. La demande pour les voyages essentiels stable et constante en Europe veut dire que le risque de rester pris est assez bas. Mais on est à l’aise avec ça, dans l’éventualité peu probable où ça arriverait (on a plein de différentes devises de points pour acheter des vols si les prix en argent devenaient trop chers).

 

On est à l’aise avec le risque de rester pris dans un pays

Encore une fois, en Europe, c’est assez peu probable de rester pris dans un pays si la situation se déteriore. Mais on est aussi à l’aise avec ce faible risque pour pouvoir voyager. En fait franchement, on ne soucie pas du tout de se retrouver coincés… ça aide que Flytrippers soit une entreprise 100% à distance, et l’a toujours été.

Ce n’est pas tout le monde qui a été en mesure de façonner sa vie en fonction des voyages, alors il est compréhensible de ne pas vouloir rester coincé, mais pour nous, ce n’est tout simplement pas un problème du tout. On peut juste travailler d’où on est pris (le plus gros enjeu serait d’annoncer ça à ma conjointe!).

 

On est à l’aise avec l’incertitude et les changements

La seule chose qui est certaine à propos des voyages en pandémie c’est que rien n’est certain. Les exigences d’entrée, les règles et la situation sur le terrain changent constamment. Un pays pourrait décider de ne plus laisser entrer les Canadiens (fait vécu), mais on change simplement nos plans.

On s’était dit que si un pays où on se trouvait décidait d’entrer en confinement, nous en trouverions simplement un nouveau. Nous n’avons jamais été trop pointilleux sur les destinations (étant guidés principalement par les deals de vols et le faible coût de la vie — c’est pourquoi on voyage plus que la majorité des gens d’ailleurs) donc nous pouvons nous adapter à la situation.

(Être «relax» ou «easygoing» a toujours été un atout pour les voyageurs, mais c’est encore plus vrai que d’habitude.)

 

On est à l’aise avec le risque d’infection

La science dit que je ne suis pas personnellement à haut risque de mort ni même d’hospitalisation si je contracte le virus. Évidemment, ce virus a d’autres effets néfastes et il y a encore beaucoup de variables inconnues, donc je vais certainement tout faire pour ne pas l’attraper. Mais personnellement, c’est un faible risque que je suis tout à fait disposé à prendre pour les bienfaits du voyage.

Encore une fois, c’est basé sur les grandes quantités de données dans le monde au sujet de l’effet du virus sur les gens de mon âge. Si j’étais plus âgé ou si j’avais des facteurs aggravants, ma décision serait sûrement différente. Je préfère que mes parents, fumeurs tous les deux, ne voyagent pas… pas parce que c’est un voyage, mais parce que je veux aussi qu’ils limitent leurs contacts bien plus que moi j’aurais besoin de le faire à la maison, parce que leur situation est différente de la mienne.

Ce risque est une décision très personnelle et ne devrait pas être prise à la légère, c’est encore plus vrai que les autres risques.

 

Les 3 “risques”… à pas mal mettre de côté

Je veux terminer avec 3 “risques” souvent mentionnés qui méritent d’être démystifiés encore une fois.

Il y a beaucoup de risques réels et de très bonnes raisons de ne pas voyager en ce moment comme on vient de le dire, tu devrais te concentrer sur ceux-là. Pas ces 3 risques inexistants (ou quasi-inexistants dans le cas du 1er).

 

Le risque d’infection dans l’avion

Tout d’abord, les faits sont assez clairs: étude après étude, c’est démontré que la qualité de l’air à bord des avions est meilleure que dans les immeubles au sol, y compris des études de Harvard et du MIT. Après avoir pris 20 vols depuis la fin juillet, je peux dire que tout le monde respecte les règles aussi.

Le risque à bord d’un avion est simplement très petit avec les filtres HEPA qui captent 99,97% des particules, l’air entièrement renouvelé aux quelques minutes, et le fait que tout le monde porte des masques. Ou plutôt «infinitésimalement petit» selon le Ministre des Transports du Gouvernement du Canada. Plus petit que de manger à l’intérieur d’un restaurant ou d’aller au gym selon les études.

 

Le risque de ne pas avoir d’assurance voyage médicale pour la COVID-19

Plusieurs qui aiment dire des choses sans preuve à l’appui n’arrêtaient pas de dire que la COVID-19 ne serait jamais couverte par l’assurance voyage médicale, ce qui, nous l’avons dit très tôt, n’avait aucun sens.

Depuis juillet, de nombreux assureurs offrent maintenant une assurance voyage médicale pour la COVID-19, ce n’est donc plus un problème. On va bientôt mettre à jour cet article avec les nombreuses autres options qui sont maintenant disponibles aussi. Certains transporteurs l’offrent aussi, mais leur assurance ne couvre rien d’autre que la COVID-19 donc ce n’est pas très sage considérant que les assurances incluses avec bien des cartes de crédits sont invalidées en ce moment dans bien des cas.

 

Le risque de ne pas avoir le droit de rentrer au Canada

Finalement, à ce stade-ci je crois que la plupart d’entre vous comprenez la base des restrictions d’entrée, mais non: les Canadiens n’ont tout simplement jamais été bannis de quitter le Canada ou de rentrer au Canada, même en mars.

C’est juste un des nombreux concepts qui sont mal compris, comme le fait que tu peux bel et bien aller aux États-Unis en avion malgré la fermeture de la frontière Canada–États-Unis.

Tu peux aussi lire nos 3 mythes sur les fermetures de frontières ou un guide sur les 4 mesures reliées aux voyages du Canada.

 

«Attends… l’Europe n’est pas fermée?»

Ce sera un sujet pour le prochain article, avec notre itinéraire si tu es intéressé.

Mais non, l’«Europe» n’est pas fermée aux voyageurs canadiens, malgré les nombreux grands titres que tu pourrais avoir vu passer sur le sujet récemment.

 

Tu veux recevoir plus de contenu pour recommencer à voyager, peu importe quand tu seras prêt?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

Nous sommes maintenant de retour en Europe pour t’informer de la nouvelle réalité des voyages pendant la pandémie de coronavirus.

Que veux-tu savoir? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous..

 

Explore des destinations géniales: inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: récompenses voyage

 

Photo de couverture: Malte (crédit photo: Matheus Frade)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 62/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Leave a Reply