6 randonnées à Hawaï (sur 3 îles): marcher sur des volcans

Nancy est blogueuse-invitée chez Flytrippers. Suivez-la sur Instagram et Facebook et lisez sa bio au bas de cette page.


 

Le Mauna Kea, volcan hawaïen situé sur Big Island, culmine à 4207 mètres. Le Haleakala, sur l’île de Maui, fait plus de 3000 mètres. Le Kilauea fait parler de lui depuis plusieurs mois dans les médias et est connu pour ses éruptions fréquentes. Visiter Hawaï, ce n’est donc pas uniquement découvrir de belles plages, mais aussi marcher sur des coulées de lave durcies, écouter la météo volcan à la radio, grimper de hautes montagnes et voir des couchers de soleil aux dessus des nuages.

Les bas prix sur les billets d’avion pour les îles hawaïennes sont fréquents sur la page de deals de vols pas chers de Flytrippers. Souvent pour à peine 500$, il est possible d’aller visiter ces magnifiques îles. Ça vaut la peine! Hawaï regorge de beautés naturelles à couper le souffle!

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de profiter d’un de ces deals. Et sans hésiter, je me suis lancée sur les routes d’Oahu, de Maui et de Big Island.

Je suis une randonneuse dans l’âme. Donc, mon premier réflexe a été de trouver des sentiers à marcher et des montagnes (majoritairement des volcans là-bas!) à grimper dès que j’ai atterri à Honolulu. Et je n’ai pas été déçue! Faire de la randonnée à Hawaï, ça n’a rien à voir avec la randonnée dans nos beaux sentiers balisés et aménagés du Canada. Une chance que j’avais un téléphone avec GPS, parce que sinon, je me serais déclarée perdue à plusieurs reprises!

La plupart du temps, il est facile de trouver l’entrée du sentier ou les indications vers le sommet des volcans. J’utilise beaucoup les applications pour les randonneurs, comme All Trails par exemple, pour les localiser. Mais à Hawaï, la plupart du temps, la suite n’est pas tout à fait prévisible, même si un beau tracé tout droit, indiquant les distances, apparaît dans votre application!

 

Oahu

Pour débuter, mieux vaut tenter l’aventure tout d’abord sur Oahu. La plupart des sites sont davantage touristiques et créés en conséquence.

Diamond Head

À l’intérieur du cratère de Diamond Head

 

Dès l’atterrissage à Honolulu, j’ai pu apercevoir Diamond Head de mon hublot. Un immense cratère qui surplombe la ville, ça attire l’œil! La visite de Diamond Head est un incontournable, surtout si vous n’avez pas l’intention de sortir d’Honolulu.

La pente est plutôt facile, bien dégagée. Il y a des escaliers, des rampes et tout le tralala pour vous faciliter la montée. Bref, elle se fait très bien en gougoune et en petite robe d’été! Rendue au sommet, la vue sur la ville et la mer est totalement incroyable!

Vue du sommet de Diamond Head

 

En plus, il y a plusieurs anciennes installations militaires et des bunkers cachés dans la montagne. Je suis toujours étonnée par le fait qu’ils sont invisibles de l’extérieur et de la surprise de découvrir leur superficie une fois sous terre.

Sentier de Diamond Head et entrée des bunkers

 

J’étais en sueur une fois revenue en bas, mais le kiosque de pina colada, fait de jus d’ananas et de noix de coco frais, me l’a vite fait oublier.

Lulumahu Falls Trail

L’aventurière en moi avait toutefois le goût de sortir ses bottes de randonnée, donc j’ai ensuite trouvé un sentier un peu moins fréquenté. J’ai pris la voiture et je me suis dirigée vers les montagnes au nord de Honolulu.

C’est vraiment féerique. Les différents quartiers résidentiels en banlieue forment des escaliers dans la vallée, disparaissant momentanément sous la brume et la bruine, réapparaissant sous le soleil un détour plus loin.

Plus je montais, plus la jungle se densifiait, jusqu’à former un tunnel de végétation au-dessus de la route et camoufler complètement le ciel. Des poules sur la route, un cochon sauvage par ci, des petits oiseaux par-là, j’ai fait au moins dix arrêts pour prendre des photos.

Tunnel de végétation sur les routes d’Oahu

 

L’entrée du sentier pour Lulumahu Falls est bien visible et il y a un grand stationnement de boue à notre disposition.

Une fois l’auto placée dans une section pas trop embourbée, les affiches « no trepassing » ignorées et le labyrinthe de la forêt de bambou traversé, le sentier est très intéressant. Petites rivières à franchir, murs de pierres à contourner et différents types de végétation à parcourir.

Et un moment donné, je ne sais pas trop à quel moment, à quelle heure ou à quelle distance, j’ai découvert une chute démesurée au cœur de la jungle. Un trou de soleil au milieu de toute cette densité! Réflexe: aller me rafraîchir sous le crachin de la chute!

Non mais! Qui ne rêve pas de se baigner dans une chute paradisiaque au milieu de la jungle?!

Baignade dans Lulumahu Falls

 

À ce moment-là, je ne savais pas encore que ce n’était qu’une première parmi tant d’autres!

Pas juste la baignade improvisée dans la chute, mais aussi ces sentiments redondants de:

  • « Y a-t-il vraiment quelque chose à voir au bout de ce sentier-là? »
  • « Il était indiqué 2 km de marche et on est rendu à 3.5 km, est-ce qu’on a passé tout droit? »
  • « Y a un autre sentier par-là, lequel il faut prendre? »
  • « Est-ce qu’il faut traverser la rivière, le sentier arrête ici? »
  • « J’espère qu’il n’y a pas de bibites venimeuses ou de plantes vénéneuses, car je vois pu mes pieds. »

Vive l’aventure comme on dit!

 

Maui

Nous sommes ensuites allés sur l’île de Maui.

Bamboo Forest Waterfalls – Road to Hana

Aaaawwwwwhhhh la route de Hana! Qui n’a pas entendu parler de la fameuse route de Hana? Je suis sûre que chaque personne qui a planifié un voyage à Maui s’est fait dire : « Faut absolument faire la route de Hana! ».

Oui, oui, je confirme c’est beau la route de Hana. Mais faut avoir le cœur solidement attaché et un sens de l’aventure développé pour en profiter pleinement!

Premièrement, la route de Hana, c’est croche… ça tourne… ça monte… ça descend… ça tourne de l’autre bord… ça borde une falaise d’un bord, la mer de l’autre… c’est au cœur de la jungle et, bonne chance pour trouver un resto ou une toilette! Mais sinon, c’est vrai que c’est magique!

Quand il pleut (ce qui est souvent car c’est chaud et humide ce coin-là), l’eau coule de la montagne directement dans la rue en petites chutes improvisées. On doit passer tout près ou dessous avec la voiture.

Les arrêts sont improvisés, ou presque! Rien à part des dizaines d’automobiles stationnées sur le bord de la route n’indique les attraits à voir. C’est perdu au milieu de nul part! Les dizaines de ponts à traverser sont plus vieux que votre grand-mère. Les oiseaux à observer y sont par milliers (et les poules à éviter sur le chemin aussi!)

Bamboo Forest Waterfall

 

L’arrêt qui m’a le plus marqué est assurément Bamboo Forest Waterfall. Premièrement, c’est trop cool se promener dans une forêt de bamboo! Le bruit quand ils oscillent dans le vent est hallucinant. Les feuilles forment des tunnels, les troncs découpent différents couloirs formant un labyrinthe infini. En plus, c’est frais là-dessous par les chaudes journées!

Le sentier de Bamboo Forest Waterfall n’est pas très clair. Il y a de la boue à peu près partout et il y a un paquet de personnes qui perdent leurs gougounes dans la rivière ou qui rebroussent chemin sans la traverser. Moi, j’ai fait comme au jeux olympiques. J’ai pris un bamboo et j’ai fait du saut à la perche de roche en roche!

Sandales perdues dans la rivière n’ayant pas retrouver leurs maîtres

 

Et là, une fois la rivière traversée, le sentier devient plus large. Et c’est là que j’ai trouvé le plus beau spot de baignade dans la jungle de Maui! Je suis allée dans le bassin et j’ai nagé librement jusque sous la chute!

J’ai senti le courant m’emporter, la force de l’eau qui me résistait, l’odeur de la flore hawaïenne, le chant de la chute, la nature à son état pur. Bref, celle-là, elle est venue chercher totalement mon sens de l’aventure-pasdetouristessvp-pasdevestedesauvetage-bellehistoireàranconter!

Haleakala National Park

Sur la plupart des îles hawaïennes, il est possible de dormir sur la plage, aller diner à 3000 mètres d’altitude et retourner sur la plage le soir. La forme des montagnes volcaniques fait que le dénivelé est très intense sur une courte distance. Plusieurs sommets sont donc accessibles en moins de quelques heures.

Sur Maui, le volcan à grimper incontournable, c’est le Haleakala. J’ai vraiment eu du plaisir à faire la route jusqu’au sommet. Elle commence dans la brume et les nuages, mais la plupart du temps, elle se dégage à l’entrée du parc. Bref, vers 2000 mètres, j’ai passé par-dessus les nuages!

La route zigzague littéralement du bas jusqu’en haut, offrant différentes vues avec une multitude d’angles pour prendre des photos et savourer la montée. La végétation passe de luxuriante à paysage lunaire et désertique en quelques minutes; la température de jememetsencostumedebain à passemoimatuque.

Sur le sommet du Haleakala

 

J’ai marché un petit 2 km une fois en haut, juste pour explorer les cratères m’entourant. Le niveau de difficulté à cette altitude est un peu plus ardu, dû à la rareté de l’oxygène. Il y a même des affiches prévenant les touristiques de prendre les escaliers lentement. Et évidemment, mon chum a essayé de les monter en courant!

Les paysages sont complètement désertiques à cette hauteur. Le sol rouge, noir ou gris est entièrement constitué de pierres volcaniques et quelques rares plantes argentées indigènes meublent le décor. J’ai passé une bonne heure, juste à observer les nuages se mouvoir entre les différents cratères au loin et les couleurs changer alors que le soleil descendait.

Coucher de soleil sur le Haleakala

 

C’est le premier coucher de soleil que j’ai regardé au-dessus des nuages de toute ma vie. Le soleil ne disparaît pas dans la mer ou derrière une montagne ou derrière les arbres, il fait juste s’éteindre dans les nuages! Avec une débauche de couleurs ahurissantes évidemment!

 

Big Island

Finalement, l’île d’Hawaï.

Captain Cook’s Monument Trail

Les applications de randonnées annoncent une randonnée de niveau intermédiaire d’environ 5.5 km avec un dénivelé de 380 mètres. Bah! Facile, je me suis dit! J’ai fait le Mont Washington (trois fois ça) en quelques heures!

Ce que les applications ne disent pas, c’est que c’est 5.5 km aller en descente uniquement et 5.5 km retour en montée à marcher sur une coulée de lave durcie noire qui accumule sans cesse la chaleur du soleil, sans arbre, sans ombre, sans possibilité de repos.

Je ne vais pas vous mentir, la Captain Cook’s Monument Trail est pénible! Je n’ai jamais eu aussi chaud de toute ma vie! Je n’ai jamais autant désiré boire une caisse de Gatorade au complet! Pourquoi est-ce que j’en parle alors?

La Captain Cook’ Monument Trail se situe dans un tout petit parc national historique. La baie qu’il protège est réputée pour la plongée en apnée. Et cette réputation n’est pas surfaite! La baie est magnifique, achalandée (difficile à croire avec ce sentier de misère!) et remplie de milliers de poissons de toutes les sortes, de toutes les couleurs.

La baignade est si rafraichissante que j’ai presque oublié la torture de la marche pour y aller (et presque pas regretté la montée pour revenir). C’est la plus belle plongée en apnée que j’ai eu la chance de faire à travers mes différents voyages. C’est à cet endroit que j’ai vu le plus de variété de poissons. Bref, une chance que j’avais amené mon masque et mon tuba!

Parc national des volcans : Kilauea

Quand j’ai commencé à organiser mon voyage pour aller à Hawaï, j’avais remarqué déjà que le Parc National des volcans était en partie fermé dû à l’activité du Kilauea. Comme n’importe quelle touriste naïve, j’espérais que d’ici là, il serait rouvert pour que je puisse avoir la chance d’aller voir des coulées lave de proche.

Surprise! Comme j’étais sur Oahu, mon premier arrêt à Hawaï, le Kilauea est apparu sur tous les écrans de télé du monde entier, car une fissure c’était créé au cœur d’un village non loin de là, forçant plus de 1700 personnes à quitter leur domicile.

J’ai vérifié, aucun vol annulé, aucun mort, je pouvais continuer mon voyage comme prévu et me rendre sur Big Island quelques jours plus tard. Entre temps, j’ai aussi répondu aux dizaines de textos de ma famille et de mes amis qui pensaient que j’étais ensevelis sous la lave moi aussi (même si j’étais carrément sur une autre île!).

Inquiète, j’ai quand même contacté l’hôte du Airbnb que j’avais réservé pour voir si mon futur lit n’avait pas brûlé au passage. J’avais loué une cabane dans la jungle dans la petite ville de Keaau qui est à moins de 30 km du village évacué. 30 km en distance de volcan, ce n’est pas tant! Elle m’a aussitôt rassurée et confirmée que tout était en place et qu’il n’y avait pas de danger du côté de la ville de Keaau.

En effet, une fois sur place, rien ne paraissait. Pas de fumée, pas d’odeur, pas de gens qui courent partout affolé comme dans le film le Sommet de Dantes. Bref, je me suis installée dans mon petit nid douillet au cœur de la jungle. J’ai écouté une partie de la nuit les centaines de cris d’animaux, d’insectes et d’oiseaux nocturnes autour de moi, curieuse de deviner qui ils étaient.

Et puis, à un moment donné, je me suis réveillée à cause du tonnerre que j’ai entendu au loin. Je me suis collée sur mon chum en me disant, il va pleuvoir. Mais la pluie n’est jamais arrivée. Le tonnerre ne s’est pas rapproché ou éloigné comme il a l’habitude de le faire. Il est resté constant, grondant de temps à autre. Après m’être réveillée 2-3 fois, j’ai réveillé mon chum!

Ce n’était pas le tonnerre! Je venais tout juste de remarquer qu’à chaque coup de tonnerre, une petite vibration à peine perceptible faisait trembler le lit. C’était le volcan! Le volcan qui grondait et de petites secousses sismiques qui faisaient bouger le matelas! Ah ben coudonc! Une autre expérience fautavoirvecucaunefoisdanssavie!

Le lendemain matin, mon hôte Airbnb est arrivée toute enthousiaste pour nous dire d’aller voir le volcan. Durant la nuit, le cratère s’était effondré et une cheminée de fumée s’en échappait maintenant depuis plusieurs heures! Et bien, il ne fallait pas manquer ça!

À 2 km du volcan, le bruit et la fumée était bien présent!

 

J’ai pris la route et je me suis arrêtée à environ 2 kilomètres du volcan et j’ai vu la fumée dense s’en échapper. J’ai entendu le grondement plus clairement et j’ai été littéralement impressionnée!

Tellement, que le lendemain, j’ai magasiné une expédition en hélicoptère pour voir ça de plus près. Le cratère avait arrêté de fumer, mais on ne voyait pas le fond! 

La fissure s’étendait sur des kilomètres et laissait échapper une fumée très dense. Une chose est sûre, moi je n’aurais pas construit ma maison là!

Ce qu’ils ont montré à la télé n’est qu’une partie de l’histoire de ce volcan. Partout autour de Leilani Estates, les coulées de lave précédentes (certaines datant des années 80) encerclent le ville. 

Fumée sortant de la fissure provoqué par le Kilauea en 2018 dans la localité de Leilani Estate

 

Sommaire

Pour les hawaïens, c’est normal de vivre sur un volcan. Même si pour nous ça semble complètement insensé! En fait, ils gèrent ça comme une tempête de neige. Le matin, il y a un bulletin de nouvelles sur les routes fermées, les secteurs évacués et les endroits en déneigement (de lave)! Bref, Hawaï c’est beaucoup plus que de belles plages et du surf. Allez, vous aussi, marcher sur les volcans, vous ne serez pas déçus!

 

Avez-vous déjà été en randonnée à Hawaï? Dites-nous le dans les commentaires.

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous voulez voir toutes les astuces?
Cliquez ici pour aller à la page de la catégorie des astuces
Vous aimerez sûrement cet article:
Comment trouver l’hébergement à bas prix

 

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Photo de couverture: Sommet du Haleakala à Maui (crédit photo: Nancy, blogueuse-invitée)

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-même, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non-négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tierce parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

Nancy Gadoury

Je suis bibliothécaire, vidéaste de voyage et consultante en médias sociaux, et sans oublier, mère de trois enfants. Mon principal but dans la vie est de découvrir le monde et de le faire découvrir à mes enfants, mon conjoint et ses trois enfants (Oui, oui! Ça fait six enfants au total!), ma famille élargie, mes ami(e)s et tout ceux qui veulent embarquer dans le bateau!

Leave a Reply