C’est pas une princesse qui débarque à Kigali (c’est en Afrique)

Laurence C. est blogueuse-invitée chez Flytrippers. Voyez sa bio au bas de cet article.


Février, 2019. Je quitte le Portugal vers Kigali, au Rwanda. Je viens de terminer un trip à vélo vraiment génial avec un ami. Un article suivra sur cette semaine de bikepacking en direction de la frontière espagnole – wow-, mais comme je suis en Afrique en écrivant ce texte, je préfère commencer par ici…

Je le dis tout de suite, j’en suis désolée, ce qui suit, ça va pas parler de ce que j’ai le plus aimé dans ce pays aux mille collines. Ça va pas parler de pauvreté, de malnutrition, de l’incroyable quantité d’ONG au pays, ni du génocide de 1994 qui s’est terminé par la mort de centaines de milliers de Rwandais (dont on commémorait les 25 ans la semaine dernière).

Non. Pour l’instant, je vous raconte juste mes premières cocasses aventures en avion, puis mes premières heures sur le sol d’Afrique de l’Est.

Si toi aussi t’as envie de donner du temps à ce pays –je viens comme bénévole-, ben je te dis tout de suite que se rendre ici au Rwanda, c’est pas très écono, mais grâce à la page de vols pas chers de Flytrippers, tu pourrais toujours combiner avec Paris ou Bruxelles, ou trouver toi-même un contrat de coopérant volontaire.  Bonne lecture* 🙂 

Mon voyage au Rwanda

Je mets un pied en dehors du lit et tire sur le moustiquaire qui est suspendu autour de mon lit. J’entends les oiseaux dehors, le coq qui chante… fini le froid, fini le mauvais temps… bonjour Kigali!

« Je mets un pied en dehors du lit et tire sur le moustiquaire qui est suspendu autour de mon lit […] bonjour Kigali! »
Je suis arrivée hier dans la capitale du Rwanda. La directrice du centre pour lequel je vais être bénévole m’a accueillie et on a roulé sur des routes de terre qui m’ont confirmé que j’allais être dépaysée ici.

Je suis donc parvenue chez moi vers 21h00. Chez moi… comme dans « chez moi à Kigali ». Ouin… je passe des étapes.

La route

En fait, mes péripéties commencent dans l’avion : Bruxelles-Kigali. Un drôle de vol je vous dit. Je ne suis PAS plaignarde (je pense), mais mon expérience avec Brussels Airlines n’a pas été concluante. Au menu : pain congelé, fromage congelé, repas congelé et eau congelée. Congelé du genre que j’ai dû laissé fondre mon repas (et l’eau) sur le bord du hublot…

Je partage ce fameux repas FROID avec ma voisine, une Canadienne avec laquelle je jase un peu. Un moment donné, elle se retourne vers moi. Elle me regarde avec des gros yeux; des yeux paniqués. Les secondes s’écoulent (eh, j’ai le temps de m’inquiéter) et elle me dit qu’elle a une coquerelle vivante sous son pied gauche.

Elle a sauté de son plateau… Eh ben! Juste ça? Bon, je vais laisser mes bagages dehors quand je vais revenir à la maison… Le sympathique agent de bord trouve ça lui aussi effrayant puisqu’il lui offre une coupe de champagne. (Apparemment, moi qui me trouve à côté, ça ne compte pas.) Je prends une gorgée d’eau. 

Ce vol est in-fi-ni. Mon verre est vide et je me sens desséchée. Je me rends à l’arrière de l’avion où un employé m’indique que je peux prendre n’importe quelle bouteille pour le remplir. J’ai à peine dormi depuis vingt-quatre heures et je viens de me réveiller. Je verse de l’eau et prends une grosse gorgée. Là, y’a quelque chose qui ne tourne pas rond. J’ai des yeux semblables à la dame de tantôt.

En fait, mon eau est chaude et elle goûte le citron. Je regarde la bouteille que j’ai prise et non seulement le liquide n’est pas 100% transparent, mais l’étiquette a été arrachée. Je ne sais pas trop quoi faire : avaler ou pas? À qui appartient cette bouteille ? Kessé-que-j’vais-attraper-? L’homme finit par comprendre et, complètement tordu de rire, il réussit à me dire que je viens de prendre la bouteille d’eau de son collègue, l’agent de bord. J’AVALE.  

Bon, devant le choix des autres boissons, je décide d’upgrader mon drink. Je prends la bouteille de vin rouge, celle du jus d’ananas, du jus d’orange et du 7UP. Je rajoute de la glace. Fini de fantasmer sur la sangria; je reviens du Portugal où ça fait 2 semaines que je résiste. 

« Je prends la bouteille de vin rouge, celle du jus d’ananas, du jus d’orange et du 7UP […] fini de fantasmer sur la sangria »
Finalement, avant de quitter l’avion, l’agent de bord revient à notre rangée. Il a une boîte de chocolat dans les mains… Pendant une seconde, j’espère que ce soit la mienne. J’ai quand même, malgré moi, partagé SA salive.

Eh non, il l’offre à ma voisine. J’ai eu droit à un morceau… absolument délicieux. Je vais vous l’avouer… c’est bien la seule fois où j’aurais aimé qu’une coquerelle sorte aussi de mon plateau!

La blanche est rendue rouge

Alors je glisse un orteil du lit, je regarde dehors. Il y a des arbres sur la propriété. Ça sent bon. Il semble faire chaud, mais il y a encore une légère brise. Il est environ 7h00. Ça fait plusieurs jours que je n’ai pas fait de sport, donc j’enfile mon pantalon de jogging et mes souliers.

Je verrouille la barricade avant de sortir, puis je fais un screenshot d’où je suis (ma localisation). Pas question de me perdre.. jamais je me retrouverais.

Le Rwanda, c’est une colline après l’autre, puis que Kigali est en altitude… c’est tough.

Il faut me comprendre, j’aime vraiment jaser avec les gens, et j’adore saluer le monde quand je marche dans la rue. Alors là, imaginez qu’avec le cœur léger, l’excitation d’être au Rwanda… je salue TOUT LE MONDE.

Avant de venir ici, j’ai appris les mots de base, qu’on devrait tous connaître quand on voyage : allo, ça va?, merci.

On est le matin, donc je me promène et je dis à TOUT LE MONDE « bon matin! » Murakoze! Les gens sourient. Les gens rient. Les gens sont bien contents de voir une mzungu (une blanche) qui parle Kinyarwanda, la langue officielle.

  • « Murakoze! » Je fais un subtil geste de la main tout en souriant et en sautant par-dessus une roche.
  • « Murakoze! » Je souris en regardant à ma droite une mère et sa fille en uniforme d’écolière.
  • « Murakoze! » Je hoche la tête parce que je sue et que le Rwanda, c’est une colline après l’autre, puis que Kigali est en altitude… c’est tough.
  • « Murakoze! » Je souris à une dizaine d’hommes qui attendent le bus à ma gauche. Ils répondent quelque chose qui doit être « oh tu viens d’où » ou « oh une nouvelle », quelque chose comme ça.
  • « Murakoze! » Que je dis quasiment en chuchotant, parce que je suis à bout de souffle.

Ça fait 20 minutes que je jog. Je suis l’attraction. Ma peau me gêne, je suis VRAIMENT blanche. J’ai vu personne d’aussi blanc que moi.

Je passe par un chemin qui descend vers le bas de la vallée. Il y a des plantations, il y a le soleil, il y a les fleurs, les oiseaux, le chemin de terre, les gens qui collectent l’eau.

Je décide justement de retourner vers la maison quand j’atteins l’endroit où de nombreuses personnes puisent l’eau avec leurs contenants jaunes. Moi, avec mon temps, je fais juste courir.

« Je passe par un chemin qui descend vers le bas de la vallée »

Les gens me sourient tous. Encore une fois, je les salue, « murakoze »!  

Et là j’ai un doute… murakoze (merci à vous)… ou mwaramutse (bon matin)

damn it… ça se ressemble…

C’est là que je me rends compte que j’ai dit « merci à vous » à TOUT LE MONDE. Alors je me revois, la blanche qui court dans des rues non pavées de Kigali…

  • « Merci à vous! » La nouvelle blanche fait un subtil geste de la main en sautant par-dessus une roche.
  • « Merci à vous! » La nouvelle blanche sourit en regardant à sa droite une mère et sa fille en uniforme d’écolière.
  • « Merci à vous! » La blanche hoche sa tête, elle sue, oui le Rwanda c’est une colline après l’autre, puis Kigali c’est en altitude.
  • La blanche sourit à une dizaine d’hommes qui attendent le bus. « merci à vous! » Ils répondent quelque chose qui doit plutôt être « merci pour quoi? ». Ils rient.
  • La blanche est rendue rouge, elle a ben chaud, puis elle dit « merci à vous! » tellement bas qu’ils n’ont pas dû comprendre [heureusement].  

J’imagine l’image de la princesse qui débarque à Kigali en remerciant tout le monde à son passage… Je suis crampée; je suis morte de gêne.

Pour le reste de mon jogging, je me suis contenté de sourire. Ah vraiment, oui, je vais être dépaysée.

Sommaire

Voilà une introduction de mon séjour ici! J’y suis pour 2 mois, dont 1 mois de bénévolat en lien avec la nutrition. Puis, j’aurai 3 semaines supplémentaires pour faire… autre chose. Il y aura une suite, notamment sur ma courte randonnée Congo Nile Trail. J’espère que vous avez apprécié 🙂

* Écriture très québécoise et familière 

**Vous pouvez aussi lire ce que j’ai écrit quand j’ai fait la Sunshine Coast Trail, un récit assez intime et cru de ma première randonnée seule, en Colombie-Britannique, en traînant ma bouffe et en dormant sur un drap plié sur le sol des cabines

Rêvez-vous d’explorer les coins moins touristiques comme l’Est de l’Afrique? Dites-nous le dans les commentaires.

À lire également sur l’Afrique:

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous voulez voir toutes les astuces?
Cliquez ici pour aller à la page de la catégorie des astuces
Vous aimerez sûrement cet article:
Comment trouver l’hébergement à bas prix

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Photo de couverture: une vue de Kigali (crédit photo: Laurence, blogueuse-invitée)

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-même, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non-négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tierce parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

Laurence

Un de mes amis m'a un jour rassuré: « Tsé, se faire traiter de bizarre ou étrange c’est certainement mieux que de se faire dire qu’on est “normal”». Merci Trev, je pense que je l’aime celle-là! Moi c’est Laurence. Je travaille comme infirmière en régions éloignées (du genre que je dois prendre l’avion, parfois l’hélicoptère ou faire beaucoup de route) auprès des Inuits, des Coasters et autres Québécois(es). Aussi, je voyage quand je peux, ce qui veut dire… beaucoup. Et tout est une question d’aventures. Ce sera donc le fil conducteur de mes articles, qui seront écrits sans artifice : sortir de ma zone de confort, apprendre, explorer…vivre des aventures… profiter de la vie… et se faire dire que je suis bizarre ou étrange parce que je vis intensément. Cheers!

This Post Has 5 Comments

  1. Salut Laurence,

    Dis donc, à quoi ça ressemble un vol Montréal-Kigali? Il doit bien y a voir 8 escales?

    Ton récit est amusant et très différent de ce qu’on lit sur le site!

    1. Je crois que dans son cas elle a combiné un voyage au Portugal avant, mais en temps normal certains des vols les moins chers n’ont qu’une escale à Bruxelles (dépendant des dates) assez surprenamment 🙂

  2. Hahahahahaha!!

    Je suis trop content de voir que vous êtes dans mon pays d’origine! Je suis FlyTrippers depuis plus d’un an, et c’est hands down l’article que j’ai eu le plus de fun à lire. J’étais là “attends va-t-elle vraiment induire ses lecteurs en erreur, en leur disant que Murakoze veut dire bonjour?” Tu m’as bien eu! En tout cas, amuses-toi bien dans le pays des mille collines et des millions de sourires, je suis certain que tu vas adorer ton expérience! N’hésite pas à manger les plats de chez nous, comme les ibitoki et les haricots (tu en trouveras dans n’importe quel buffet du pays (un bon est dans le marché de Nyarugenge)), ou si tu n’es pas végétarienne, les bonnes brochettes des cabarets 😉 Je te conseille de les prendre chez Lando (à Remera, pas loin du stade Amahoro)

    Urugendo ruhire qu’on dit pour “bon séjour”
    Murakoze cyane haha

  3. Merci beaucoup Laurence de partager ton aventure en Afrique, oui je pense que t’es spéciale, tu sais apprécier les moindres petites choses, t’as appris à cueillir l’eau des pluies, réparer les Portes…hahahahhaa, merci encore, we love you

  4. Hahaha! Merci de partager cette histoire (très drôle) Ça commence bien ma journée (d’infirmière aussi mais pas mal plus ”standard”)

Laisser un commentaire

×
×

Cart