8 trucs pour voyager en Islande sans se ruiner

Marjolaine est blogueuse-invitée chez Flytrippers. Suivez-la sur Instagram et voyez sa bio au bas de l’article. 


Avec la faillite de la compagnie aérienne ultra low-cost Wow Air, il est révolu le temps où le prix des billets d’avion vers Reykjavik descendait sous la barre des 200 $.

Puisque vous trouverez assurément d’autres aubaines sur la page de vols pas chers de Flytrippers, ça ne devrait pas vous empêcher de visiter cette destination unique où les montagnes plongent dramatiquement dans la mer, où les champs de lave ont des airs de paysages lunaires, où l’eau de la terre bouillonne et les chutes grondent, et où les habitants simples et créatifs sont aussi, quoi qu’on en dise, accueillants et généreux.

Voici donc quelques trucs pour ne pas vous ruiner lors de votre prochain périple chez les Vikings.

1. Mangez pour pas cher

Le meilleur truc, c’est de faire le plein de provision avant le départ. Si la nourriture en épicerie coûte relativement le même prix qu’au Canada, les restaurants et les bars islandais sont souvent plus dispendieux.

Sauvez des sous le midi en apportant des conserves de thon, sachets de mayonnaise, tortillas, barres protéinées, granola… Sur place, vous pourrez compléter vos achats dans les épiceries Bonus ou Krònan. Avec un dîner économique, ce sera moins crève-cœur de dépenser le soir. C’est les vacances, après tout!

2. Cherchez les bons plans restos

Côté restos, la chasse aux « cheap eats » s’impose. À Reykjavik, on trouve quelques kiosques de bouffe de rue comme le classique Bæjarins Beztu Pylsur (Tryggvagata 1) où les Reykjavikois font la file pour manger un hot-dog à 5 $.

Le restaurant Icelandic Street Food (Lækjargata 8 et Laugavegur 85) promet que personne ne sortira de son établissement affamé. On y propose des soupes-repas dans un bol en pain pour une vingtaine de dollars (ça les vaut amplement!) incluant le remplissage gratuit! Essayez celle à l’agneau.

3. Ne négligez pas l’alcool

On l’a dit, les bars sont souvent dispendieux (allo pinte de bière à 16 $ et cocktails à 20 $!). Faites comme les Reykjavikois qui font la Djammið (un mot inventé pour qualifier la vie nocturne de la capitale la plus septentrionale), et commencez la soirée à la maison avant d’envahir les bars.

Pas nécessaire de faire le plein avant le voyage : à l’arrivée, la boutique hors-taxes de l’aéroport de Keflavik propose une belle sélection de vins et spiritueux abordables. Sinon, de nombreux bars proposent un happy hour, habituellement quelque part entre 16 h et 20 h et parfois même entre 23 h et 1 h.

4. Visitez les bonnes adresses shopping

Pour la déco et les babioles de toute sorte, direction Flying Tiger Copenhague (quelques succursales). Comme le nom l’indique, ce n’est pas islandais, mais… c’est abordable! Côté vêtements d’extérieur, la compagnie islandaise Ice Wear (nombreuses succursales) a habituellement quelques articles abordables et une section de soldes. Même chose du côté de Cintamani.

Sinon, faites comme les Reykjavikois et allez aux puces Kolaportið la fin de semaine (Tryggvagötu 19). On y trouve entre autres des vêtements de seconde main, de la nourriture, des souvenirs et les fameux lopapeysa, pulls de laine islandais.

5. Louez une voiture

À première vue, ça semble être un luxe. L’essence coûte environ le double du prix comparativement au Canada, et la location est dispendieuse : environ une centaine de dollars par jour avec une bonne assurance (ne négligez pas ce dernier détail, puisque la température islandaise est très changeante et les conditions routières laissent parfois à désirer).

LIRE AUSSI: Comment économiser sur les locations d’autos

Cependant, si vous êtes plus d’un voyageur, vous sauverez des sous. Pour l’autobus par exemple, vous pouvez compter 80 $ par personne pour un tour du Golden Circle, 50 $ pour l’aller-retour à l’aéroport depuis Reykjavik ou plus d’une centaine de dollars pour une excursion vers Vìk. À deux, la voiture est définitivement plus rentable! Et vous pouvez même covoiturer grâce à des sites comme samferda.net. Vous pourrez partager les frais de carburant!

Les îles Vestmann

6. Profitez des attractions gratuites

Plusieurs attractions islandaises sont gratuites, en particulier celles en plein air. La chute Gullfoss, la zone géothermale de Geysir, le parc national de Þingvallavatn (certains stationnements sont payants), le terrain entourant le Blue Lagoon (mais pas l’entrée!), plusieurs sources thermales comme la piscine abandonnée de Seljavallalaug (Skogar) ou la rivière ​Reykjadalur (après une randonnée d’environ 1 heure), de nombreuses chutes le long de la route circulaire comme Seljalandsfoss (le stationnement est payant, vous pouvez vous garer plus loin), les falaises en bord de mer de Dyrhólaey, la plage noire de Reynisfjara (Vìk), le glacier Solheimajokull, etc.

À Reykjavik, un circuit touristique pédestre (free walking tour) est organisé chaque jour entre 12 h et 14 h en été et à 13 h en hiver. Départ de Lækjartorg square et contributions volontaires. Il n’y a pas de frais pour entrer dans la célèbre église Hallgrímskirkja, profiter la plage géothermique de Nauthólsvík, se tremper les pieds dans le petit bain chaud de Kvika, ou encore déambuler dans le parc Laugardalur où l’on trouve entre autres un ancien lavoir.

Les mélomanes doivent absolument faire un saut à la boutique de disques 12 Tònar ou une petite pièce est aménagée pour les longues séances d’écoute. Aussi, les amoureux de musique (ou d’architecture!) peuvent assister à une répétition ouverte de la Iceland Symphony dans la célèbre Harpa le jeudi matin pour une vingtaine de dollars seulement.

Derrière la chute Seljalandsfoss

7. Contournez certains « incontournables »

Qui dit Islande dit Blue Lagoon. Évidemment, c’est un endroit magnifique. Cependant, on peut envisager de visiter le pays sans y faire saucette. Le prix d’entrée est d’environ 135 $ par personne incluant une consommation et un masque de silice.

Bien que ce soit une expérience unique, c’est bondé de touristes et la détente semble optionnelle pour bon nombre de visiteurs trop emballés de se faire photographier dans les bains. Les vestiaires ne sont pas particulièrement luxueux. Bref, allez-y si vous avez les moyens, mais ne vous sentez pas obligés de le faire. Comme mentionné au point précédent, vous pouvez tout simplement y stationner votre voiture et visiter les terres qui l’entourent.

Autre « incontournable » du pays : goûter les spécialités comme le requin, la baleine ou le macareux. En plus d’avoir à mettre sa main dans sa poche pour le faire, cette pratique n’est pas nécessairement écoresponsable, puisque ces espèces sont en voie d’extinction ou près de l’être. La consommation de ces aliments est faite en très grande partie par les touristes qui déferlent dans le pays. Ça donne envie de se tourner vers autre chose.

8. N’apportez que le nécessaire

Ne partez qu’avec un bagage à main (et ce truc vaut pour tous les voyages). En plus d’économiser des frais pour les bagages en soute sur certains vols, c’est plus rapide à l’aéroport et ça réduit l’empreinte écologique puisque plus l’avion est lourd, plus il dépense de carburant.

En Islande, pas de coquetterie. Pour apprécier votre voyage et la température islandaise toujours changeante, pensez aux bottes de randonnée (portez-les dans l’avion, ça économisera l’espace) et à l’habillement multicouche. La combine est de mise et l’imperméable fait assurément partie de l’uniforme officiel!

Sommaire

Voilà qui devrait vous aider à sauver quelques couronnes islandaises!

Avez-vous d’autres trucs à partager? Dites-nous le dans les commentaires.

À lire également sur l’Islande:

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous voulez voir toutes les astuces?
Cliquez ici pour aller à la page de la catégorie des astuces
Vous aimerez sûrement cet article:
Comment trouver l’hébergement à bas prix

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Photo de couverture: au sommet du volcan Eldfell, îles Vestmann ou Vestmannaeyjar (crédit photo: Marjolaine Arcand)

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-même, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non-négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tierce parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

Marjolaine Arcand

Marjolaine aime voir du pays (25 à ce jour, pour être plus précis). Comparer les bleus des mers Adriatique et Tyrrhénienne. Andaman et Sulu. Pêcher le poulpe au port d’Amoudi et la palourde dans le sable de Havre-aux-Maisons. Chiner dans les bazars de Chatukchak et d’Istanbul. Écouter l’appel du muezzin à la place Jemaa el-Fna et sentir l’encens des offrandes bouddhistes à Ubud.Et entre tout ça, parce qu’il faut bien travailler un peu, elle part en quête des mots parfaits pour différents médias, dont Vifa Magazine qui occupe son quotidien.

This Post Has One Comment

  1. 1- Il existe d’autres piscines thermales pouvant remplacer une visite au Blue Lagoon, dont le Myvatn Nature Baths, pas mal moins cher (prix de base : 4500 vs 6990 couronnes islandaises). De plus, la région de Myvatn vaut vraiment le détour, entre autres pour les formations de lave en colonnes de Dimmuborgir (les « châteaux noirs ») et le paysage extraterrestre de Hverir. Complètement dépaysant…

    2- Autre astuce : louer son hébergement à l’avance en privilégiant les guesthouses, chalets (il y en a plusieurs) et autres formules où l’on peut se faire à manger. C’est l’occasion de goûter les produits locaux. Pour ma part, j’ai un souvenir indéfectible de pâtes apprêtées avec du saumon fumé dont je n’ai pas trouvé l’équivalent ailleurs…

Laisser un commentaire

×

Cart