Des passagers pris pendant 3 jours en Sibérie

Des passagers ont vécu toute une mésaventure la semaine dernière… et non ce n’était pas sur une compagnie ultra low-cost. Des imprévus, ça arrive à toutes les compagnies aériennes… voici ce qui en est.

On répète souvent que lorsque tu achètes un billet d’avion, que ce soit sur notre page de deals de vols pas chers ou tout autre vol que tu peux réserver au meilleur prix avec notre page d’outils de recherches de vols, il ne faut pas prévoir quoi que ce soit de trop important le jour tout de suite après un vol.

C’est qu’il peut toujours y avoir des imprévus… c’est normal.

Mais un imprévu de 3 jours, ça c’est plus rare. Et en plus, dans un coin perdu de la Sibérie, quand on n’était aucunement sensé aller dans ce bout-là… c’est assez rare. Surtout quand ce n’est pas causé par la météo.

La mésaventure en Sibérie

Un vol de Paris (France) à Shanghai (Chine) a pris une tournure un peu inusitée pour 282 passagers de Air France la semaine dernière.

Parti dimanche de l’aéroport CDG de Paris, un problème mécanique a forcé le vol à atterir dans la ville de Irkutsk, en Sibérie (Russie) qui était sur son chemin.

Trajet du vol (Crédit photo: GCmap.com)

 

En passant, comme on a souvent des commentaires quand on met des tracés des trajets aériens transatlantiques et transpacifiques sur des cartes (qui demandent pourquoi ce sont des lignes courbées et que ce n’est pas en ligne droite), rappelons que oui, les avions vont en ligne droite, mais que la Terre étant ronde, ça donne ces tracés.

Trajet prévu (Crédit photo: GCmap.com)

 

Bref, les passagers ont dû être envoyés à l’hôtel à leur arrivée en Sibérie.

Contrairement aux longues escales habituelles, qui sont géniales car elles permettent de visiter une ville gratuitement pour encore moins cher, ces passagers n’ont pas été chanceux.

C’est que comme la Russie est un pays qui requiert un visa (c’est d’ailleurs pourquoi il n’y a jamais de vols avec correspondances en Russie, car les villes hubs sont presque toujours dans des pays où on peut sortir de l’aéroport sans visa), les passagers ont vraiment été enfermés à l’hôtel et étaient surveillés par la police pour ne pas qu’ils sortent.

Mais jusque là, ça va. Ce sont des choses qui arrivent.

Air France a renvoyé un appareil pour venir terminer le trajet. Il est arrivé le lendemain (le mardi). Les passagers sont donc montés à bord, enfin prêts à quitter la Sibérie et poursuivre leur voyage.

Mais comble du malheur, un autre bris mécanique est survenu… et l’avion ne pouvait pas décoller.

Ils ont dû débarquer à nouveau… et être reconduits à l’hôtel.

D’ailleurs on peut voir qu’ils n’étaient pas du tout vêtus pour la Sibérie, c’est comprenable. La température à Paris et à Shanghai est similaire (pas mal plus chaude qu’en Sibérie aussi).

 

À noter qu’ils ont été longtemps à ne pas avoir accès à leur bagage enregistré. Une autre raison pourquoi les voyageurs expérimentés voyagent toujours carry-on only (bagage de cabine seulement). On va t’aider à apprendre comment le faire avec notre série d’articles sur le sujet, qui débute cette semaine.

Un troisième appareil Air France est finalement venu le lendemain (le mercredi), et les passagers ont pu finalement se poser à Shanghai 3 jours plus tard que l’arrivée prévue initialement (68 heures de retard pour être précis).

Compagnie aérienne régulière

Pour ceux qui croient à tort que les compagnies ultra low-cost sont moins fiables, précisons qu’Air France est loin d’être une compagnie ultra low-cost. C’est une compagnie régulière… et ça arrive à toutes les compagnies aériennes des histoires du genre. C’est normal, on ne lésine pas avec la sécurité : dans le doute, l’avion ne part pas.

D’ailleurs, savais-tu que les compagnies aériennes ultra low-cost (ULCC) ont en fait les flottes d’avions les plus récentes de toutes les compagnies aériennes?

Non seulement ça limite les ennuis mécaniques et ça réduit le coût d’entretien, mais c’est aussi meilleur pour l’environnement.

Oui, il est vrai que les ULCC ont moins d’avion et ça peut parfois être plus long à rétablir la situation… mais comme tu peux le voir, ça peut quand même être long même en payant son billet deux fois plus cher.

Payer des centaines de dollars de plus pour éviter un ULCC, juste au cas où quelque chose arriverait, ce n’est pas toujours très logique. Sache que les compagnies ultra low-cost ont des taux de on-time arrival et d’annulations de vols très très similaires aux compagnies régulières dans la plupart des cas.

Si comme nous tu veux aller souvent en Europe (j’y suis allé 3 fois pour moins de 1000$ TOTAL, aller-retours toujours, sans retards ou problèmes aussi) et bien prends la compagnie la moins chère. Et assure-toi de payer avec une carte de crédit de voyage pour avoir l’hôtel et les repas gratuits si jamais il y a des retards.

Et rappelle-toi qu’en Europe, ou sur un transporteur européen, tu as droit à jusqu’à 600 Euros en argent comptant aussi lors d’un délai.

Finalement, j’ai partagé un article récemment qui rappelait que tu n’avais pas besoin de savoir quelles compagnies aériennes étaient les moins chères, suffisait d’appliquer notre truc.

Et bien, le prochain article il sera sur le fait que tu ne devrais pas croire ceux qui disent que les compagnies aériennes régulières sont «meilleures» que les ultra low-cost.

Pour ce qui est des irregular operations (le nom que porte tout imprévu du genre dans le jargon de l’aviation), ça arrive à toutes les compagnies, alors ça ne vaut pas la peine de payer plus cher pour essayer de l’éviter…

Deux histoires similaires au Québec

D’ailleurs, deux vols récents ont fait les manchettes, car ils ont dû faire des arrêts imprévus au Québec (peut-être moins pire que la Sibérie, mais pas sûr que les gens en question seraient tous d’accord).

En octobre, un vol Icelandair Orlando – Reykjavik a dû se poser d’urgence à Bagotville au Saguenay… et finalement la semaine dernière lors de mon passage à l’aéroport de Québec, un appareil de Qatar Airways était sur place. Il faisait la liaison Doha – New York et a dû se poser pour une urgence médicale, ce qui a forcé les passagers à passer la nuit.

C’est bien rare d’ailleurs que l’aéroport de Québec recoive d’aussi gros appareils, eux qui ont un superbe nouveau terminal international gigantesque et moderne qui a coûté cher… mais vraiment pas beaucoup de vols internationaux (ou beaucoup de vols tout court, selon ce que tu considères comme étant «beaucoup»).

Dans ces cas, comme ce n’est pas la météo qui est en cause, au moins les compagnies aériennes prennent en charge les passagers et les emmènent à l’hôtel.

Comme j’ai écrit la semaine passée à cause de mes vols Air Canada retardés de 2 jours par la tempête, quand la météo est en cause, évidemment que les compagnies aériennes ne te doivent rien.

Alors on le répète car c’est l’astuce de voyage la plus simple qui soit: assure-toi de payer ton vol avec une carte de crédit de voyage qui va te donner une assurance gratuite qui va te payer l’hôtel et les repas, comme j’ai pu en profiter au Hilton.

Sinon ne te plains pas que tu n’as pas de compensation lors d’un délai de vol?.

Sommaire

Être pris en Sibérie pendant 3 jours, c’est déplaisant. Mais malheureusement, des imprévus (mécaniques ou météorologiques), ça arrive!

As-tu déjà eu un imprévu du genre? Comment tu as réagi?

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous aimerez sûrement cet article:
Les meilleures cartes de crédit au Canada

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

H/T à One Mile At A Time

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 62/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Leave a Reply