You are currently viewing Le programme de quarantaine à l’hôtel est un échec: réponses à 12 mauvais arguments

Le programme de quarantaine à l’hôtel du Canada est un échec total et une mesure très inefficace, selon absolument tout le monde qui connaît quoi que ce soit au sujet. Mais de toute évidence, beaucoup de gens pensent encore que ça a du sens. Alors voyons 12 arguments souvent entendus au sujet de la quarantaine obligatoire à l’hôtel d’un regard différent… et pourquoi ils souvent basés sur des réactions impulsives émotionnelles et non pas sur aucune donnée (comme la mesure elle-même).

D’abord, voici une mise à jour avec le fait que même ceux qui testent positifs peuvent aller à la maison après le 1-3 jours à l’hôtel, ainsi qu’une infographie qui résume la situation.

(clique ici pour la version pleine grandeur)

 

Bien sûr, pour être très clair:

  • On ne dit pas que personne ne devrait faire de quarantaine ou être testé
  • On ne dit pas que tout le monde devrait voyager
  • On ne dit pas que qui que ce soit devrait voyager sans prendre de précautions
  • On ne dit pas qu’il ne devrait plus y
    avoir de restrictions d’entrée du
    tout
  • On ne dit pas que que la pandémie n’existe pas
  • On ne dit pas quoi que ce soit qu’on ne dit pas…

C’est complètement impertinent et sans rapport tout ça.

On parle de l’inefficacité de la quarantaine à l’hôtel.

Le titre est «la quarantaine à l’hôtel au Canada est un échec», donc tout ce qu’on dit, c’est… que le programme de quarantaine à l’hôtel est inefficace. Et qu’il n’aide pas du tout à assurer la sécurité des Canadiens.

Les voyageurs devraient au moins pouvoir faire leur quarantaine à la maison… comme tout le monde au Canada qui teste positif peut le faire s’ils ne sont pas des voyageurs — ce qui est pratiquement tous les cas de COVID-19 au Canada, comme tu le verras avec le mauvais argument #1 ci-dessous. Ces personnes ont une infection confirmée, la majorité avec un variant (alors que factuellement très peu de voyageurs testent positifs) et il n’y a quand même aucune surveillance de leur quarantaine à domicile eux…

En tout cas, regardons ces 12 mauvais arguments (et un en boni).

 

1. «Mais les voyageurs causent de nombreuses infections de COVID-19»

Non, ce n’est pas vrai. Presque tous les cas de COVID-19 au Canada proviennent maintenant de la transmission communautaire — et c’est le cas depuis longtemps.

Au cours des 6 derniers mois, les données de Santé publique Canada montrent que les voyageurs n’ont jamais représenté plus de 0,5% de toutes les infections à la COVID-19 au Canada.

En d’autres mots, les non-voyageurs ont toujours représenté au moins 99,5% des cas. Chaque mois.

Voici le pourcentage de cas de COVID-19 au Canada attribuables à des voyages internationaux:

MoisProportion de tous les cas de COVID-19 associés à un voyage à l'étranger
Novembre 20200.3%
Décembre 20200.3%
Janvier 20210.5%
Février 20210.4%
Mars 20210.4%
Avril 20210.4%

(source: Santé publique du Canada)

 

2. «Mais les cas causés par les voyageurs sont juste bas parce que personne ne voyage»

Non, ce n’est tout simplement pas vrai. Ce n’est pas comme si peu de gens voyageaient. Il y en a moins que d’habitude, bien sûr, mais ce n’est pas un petit nombre.

Au cours des 6 derniers mois, les données de l’Agence des services frontaliers du Canada montrent qu’en moyenne 1 million de voyageurs sont entrés au Canada à chaque mois.

En d’autres mots, 5,8 millions de personnes sont entrées au Canada au cours des 6 derniers mois. Ce n’est pas un nombre négligeable. Les cas causés par les voyageurs internationaux sont bas parce que les voyageurs internationaux ne sont pas le problème; pas parce que personne ne voyage.

Voici le nombre de personnes qui sont entrées au Canada:

MoisVoyageurs entrés au Canada
12 oct. au 15 nov.1,148,591
16 nov. au 13 déc.952,181
14 déc. au 10 jan.897,105
11 jan. au 14 fév.1,077,840
15 fév. au 14 mar.820,935
15 mar. au 11 avr.861,944

(source: données reçues par courriel de la part de l’Agence des services frontaliers du Canada)

 

3. «Mais… les variants»

Oui, il existe des variants. De toute évidence, la quarantaine à l’hôtel n’a pas fait grand-chose à ce sujet (à la surprise d’aucun expert en voyages du tout).

Tu vois, 72% de tous les voyageurs qui entrent au Canada ne sont même pas obligés de faire la moindre quarantaine du tout, selon les données gouvernementales (on vient de reevoir les chiffres à jour de l’ASFC après plusieurs requêtes).

Même si les voyageurs non-essentiels étaient bannis à 100%… il resterait près de 200 000 personnes à chaque semaine qui entrent au Canada sans avoir à faire la moindre quarantaine du tout…

En d’autres mots, étant donné que la grande majorité de ceux qui entrent au Canada ne font même pas de quarantaine du tout, le fait que les quelques voyageurs non-essentiels se rendent dans un hôtel au lieu de rester à la maison ne fera certainement pas une grande différence dans les chiffres.

(C’est pourquoi on a peut-être été directs à ce sujet dans le passé, mais c’était tellement ridicule quand les gens nous disaient — très sérieusement — que la quarantaine à l’hôtel arrêterait tous les variants et fonctionnerait très bien et réglerait toute la situation au Canada… quand les données et les chiffres étaient assez clairs sur le fait que cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.)

D’ailleurs, les variants préoccupants étaient ceux du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et du Brésil. Mais le gouvernement a demandé aux transporteurs aériens d’arrêter les vols directs vers… les Caraïbes et le Mexique (et ça n’empêche personne d’y aller en plus: il suffit de transiter aux États-Unis, ce qui est même moins cher côté billets d’avion, ce qui a semblé surprendre l’animatrice lors de mon entrevue à QUB radio).

Les vols directs du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et du Brésil sont toujours permis et les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et du Brésil sont aussi toujours permis.

Là depuis quelques jours, les vols (directs) vers l’Inde et le Pakistan ont été suspendus: mais ça aussi ça ne change pas grand-chose parce que les voyageurs en Inde n’ont qu’à faire une escale dans un pays tiers pour entrer au Canada…

Voici le nombre de personnes qui sont entrées et qui ont eu à faire la quarantaine ou pas (selon le pourcentage le plus récent rapporté):

PériodeVoyageurs entrés au CanadaVoyageurs qui n'ont pas eu à faire de quarantaineVoyageurs qui ont eu à faire une quarantaine
21 mars 2020 au 20 avril 202111,972,4738,679,6713,292,802

(source: Agence des services frontaliers du Canada)

 

4. «Mais ça ne peut pas nuire d’ajouter plus de mesures»

Oui, ça peut. C’est simple: les gouvernements ont des ressources (très) limitées. Tout le temps, les efforts et l’énergie consacrés à la mise en oeuvre d’un programme inefficace d’hôtels de quarantaine auraient pu être investis ailleurs.

Se concentrer sur 0,5% des cas n’a tout simplement aucun sens, surtout vu que ça n’augmentait même pas. Quand je travaillais comme consultant en gestion, il y avait toujours une règle très simple, peu importe la question stratégique à laquelle faisait face une organisation: tu concentres tes efforts sur les plus grands problèmes, pour obtenir les plus grands résultats.

Comme la réduction des 99,5% de cas non-liés aux voyages internationaux. Ou travailler à accélérer l’arrivée des vaccins — ce qui est littéralement la chose la plus importante pour sauver des vies.

En d’autres mots, les gouvernements ne peuvent clairement pas tout faire en même temps (et si tu ne comprends pas cela, c’est juste une cause perdue). D’après les données et les faits, ce programme de quarantaine à l’hôtel était littéralement l’une des pires façons de dépenser des ressources très limitées.

Les cas causés par les voyages internationaux sont passés de 0,4% en février avant les hôtels de quarantaine à… 0,4% en mars avec les hôtels de quarantaine (chiffres officiels du gouvernement encore une fois). Ce n’est pas ça qui va nous sortir de tout ça…

De plus, le «travel-shaming» bien populaire depuis les vacances de Noël peut même être dangereux en déresponsabilisant tous les Canadiens qui ne voyagent pas (donc à peu près tout le monde) en leur faisant croire que les voyageurs sont les seuls à blâmer… quand, dans les faits, ceux qui ne voyagent pas sont la cause de presque 100% des cas.

Le meilleur exemple de cela est une personne que je connais qui a écrit sur Facebook que les voyageurs étaient un énorme problème… tout en organisant un party de Noël illégal avec ses amis chez elle. Certains sondages ont révélé que 50% des Canadiens ou plus ont enfreint les règles de rassemblements (newsflash: c’est en partie pourquoi 99,5 % des cas ne sont pas attribuables aux voyageurs).

Le pourcentage de voyageurs qui ne suivent pas la quarantaine obligatoire après avoir voyagé (la seule règle à suivre parce que voyager est légal) est loin d’être aussi élevé, puisqu’il y a des amendes énormes (c’est le mauvais argument #6 ci-dessous ça).

Mais même si c’était un gros pourcentage (ce qui n’est pas le cas), tous les voyageurs ont au moins été testés 3 fois (3 jours avant, en arrivant et au Jour-8), ce qui n’est pas le cas du nombre incroyablement plus élevé de non-voyageurs qui ne suivent pas les règles, qui ne font pas de quarantaine, et qui ne sont pas testés… et qui peuvent quand même faire leur isolement à la maison et non pas à l’hôtel s’ils finissent par tester positif.

 

5. «Mais voyager met automatiquement les Canadiens en danger»

Non. En restant à la maison pendant 14 jours, il y a très peu de risques pour les autres au Canada.

Il n’y a pas grand-chose à dire sur celui-ci, il devrait être si évident que si tu restes à la maison pendant 14 jours comme c’est requis, tu ne mets littéralement personne en danger.

Tu es moins un risque que ceux qui sortent simplement pour faire l’épicerie. Tu auras 0 (zéro) contacts avec d’autres Canadiens. C’est pas mal le plus bas risque que tu peux avoir.

Et la partie la moins logique de nos mesures est l’approche «one-size-fits-all»: quelqu’un qui arrive du pays le plus infecté est traité exactement comme quelqu’un qui arrive d’un pays qui a litéralement 0 cas. Comment est-ce de la science ça? Concentrer les efforts de surveillance de quarantaine sur les voyageurs qui arrivent des pays les plus mal en point aurait plus de sens (et peut-être utiliser les 30 millions de tests rapides inutilisés sur les 40 millions reçus).

Pourquoi ne pas être encore plus strict avec ceux qui arrivent de pays où ça ne va pas bien et moins strict avec ceux qui arrivent de pays où ça va mieux qu’ici (c’est-à-dire la majorité des pays selon les données) question d’encourager ceux qui voyagent clairement déjà de toute façon à au moins choisir les pays les plus sécuritaires?

Même le Royaume-Uni, que le gouvernment canadien adore imiter — mais juste quand ça fait leur affaire — a toujours eu une liste très simple de pays codés vert/orange/rouge basé sur… des données de taux d’infection! Quel concept fou, n’est-ce-pas? Ça c’est de la science.

 

6. «Mais certains voyageurs ne respectent pas la quarantaine obligatoire de 14 jours à la maison»

C’est très vrai, et c’est évidemment très mauvais. Mais la quarantaine de l’hôtel ne change absolument rien à cela.

Dès qu’ils sont sortis de leur court passage à l’hôtel, ceux qui n’allaient pas respecter la quarantaine vont encore ne pas la respecter…

De manière anecdotique, il semble qu’environ 95% des voyageurs obtiennent le résultat du test d’arrivée après seulement 1 jour à l’hôtel de quarantaine. Ils peuvent donc ensuite rentrer chez eux dèjà. Littéralement dès le jour 2, ils peuvent quand même ne pas respecter la quarantaine obligatoire de 14 jours… exactement comme avant la mise en place du programme de quarantaine à l’hôtel.

(Ils vont rester au maximum 3 jours à l’hôtel donc dans le meilleur des cas, ils pourront ne pas respecter la quarantaine 3 jours après leur arrivée, soit pendant 79% de la durée de leur quarantaine…)

En d’autres mots, rester 1 jour (voire 3) dans un hôtel n’empêchera évidemment aucunement quelqu’un qui n’allait pas suivre les règles de ne pas les suivre rendu à la maison.

Ignorons le fait que la quarantaine à l’hôtel n’assure aucunement le respect de la règle, selon le gouvernement, c’est entre 1% et 5% qui ne respectent pas la quarantaine. Évidemment, c’est un échantillon et non pas une vérification complète, mais il est assez grand l’échantillon. Et je ne connais pas beaucoup de gens qui sont à l’aise de prendre un risque pour une amende de 750 000$ ou 6 mois de prison (c’est ça la punition si on ne respecte pas la quarantaine).

Et cela ne tient même pas compte du fait que certaines personnes refusent simplement d’aller dans les hôtels de quarantaine et sortent de l’aéroport en prenant l’amende de ≈ 3 000$ à la place: ceux qui sont prêts à risquer une forte amende pour ne pas respecter la quarantaine ne se soucient sûrement pas trop de cette nouvelle amende non plus…

Voici le pourcentage des Canadiens qui respectaient les règles de quarantaine selon les vérifications gouvernementales:

PériodeVérifications faitesPourcentage qui ne suivaient pas les règlesPourcentage qui suivaient les règles
De Mars 2020 au 26 Jan.48 6821%99%
Du 21 Fév. au 19 Avr.172 4005%95%

(source 1: Gouvernement du Canada; source 2: Gouvernement du Canada)

 

7. «Mais forcer les voyageurs à passer 1 à 3 jours dans un hôtel doit rendre les Canadiens plus en sécurité»

Non, il n’y a aucune donnée qui supporte ça. Dans le cadre d’une audience d’un comité parlementaire en février, l’Agence de la santé publique du Canada s’est fait demandé si elle disposait de preuves ou de données quelconques. Aucune des six personnes présentes ne pouvait répondre quoi que ce soit.

Rien n’a été fourni depuis non plus.

C’est juste une autre des nombreuses choses qui sonnent bien et qui semblent avoir beaucoup de sens… mais qui n’est tout simplement pas vraie. En fait, une étude britannique récente a montré que les tests de dépistage à eux seuls étaient plus efficaces que la quarantaine.

Si envoyer les voyageurs à l’hôtel pour une journée rend vraiment les Canadiens plus en sécurité… pourquoi les voyageurs qui entrent par voie terrestre peuvent-ils aller chez eux? Si envoyer les voyageurs à l’hôtel pour une journée rend vraiment les Canadiens plus en sécurité… pourquoi les voyageurs qui entrent par voie terrestre peuvent-ils même utiliser le transport en commun pour rentrer chez eux?

Un autre exemple: pourquoi les tests PCR effectués partout ailleurs qu’aux États-Unis sont acceptés pour ceux qui arrivent par avion… mais ne sont pas acceptés pour ceux qui arrivent par voie terrestre? Quel genre de science est-ce? Que ces laboratoires ne sont dignes de confiance que si tu arrives par avion? Bien sûr que non.

La réalité, c’est qu’aucune de ces mesures n’est fondée sur des preuves et des données, peu importe combien de fois le gouvernement fait semblant que oui en le répètant et en le répètant. Le fait d’obliger les voyageurs non-essentiels à se rendre à l’hôtel pendant quelques jours ne rend tout simplement pas les Canadiens plus en sécurité.

 

8. «Mais même s’ils représentent juste 0,5% des cas, les voyageurs sont grandement infectés»

Non. Beaucoup semblent penser que les voyageurs sont automatiquement plus à risque d’être infectés ou qu’ils reviennent tous avec la COVID-19.

Selon les données préliminaires du gouvernement, seulement 1,4% des voyageurs ont testé positif. À titre de comparaison, la semaine dernière 6,5% des Canadiens qui ont été testés pour la COVID-19 ont obtenu un résultat positif, ce qui est 376% plus élevé.

Dans l’ensemble, sur la base de ces résultats, le taux de positivité de 1,4% des voyageurs (1,76% par avion et 0,25% par voie terrestre) est en fait inférieur au nombre total de l’ensemble des Canadiens qui ont déjà été testés positifs à la COVID-19, soit 3%.

Sans compter que ce ne sont pas tous les Canadiens qui sont systématiquement testés, mais les voyageurs le sont tous (ce qui détecte même les cas asymptomatiques, qui ne sont à peu près jamais détectés et comptabilisés dans la population générale).

Voici le taux de positivité à la COVID-19 obtenu au Canada par les voyageurs et non-voyageurs:

ÉchantillonNombre de testsTaux de positivité
Population canadienne totale depuis le début (volontaire)31 064 3874.00%
Non-voyageurs testés cette semaine (volontaire)863 4316.50%
Voyageurs terrestres du 22 fév. au 18 avr. (obligatoire)50 9050.25%
Voyageurs aériens du 22 fév. au 18 avr. (obligatoire)144 1771.76%

(source 1: Gouvernement du Canada, source 2: Gouvernement du Canada, source 3: Gouvernement du Canada)

 

9. «Mais voyager est illégal»

Non. C’est 100% permis. Ça a toujours été permis.

Personne n’enfreint la moindre règle en voyageant.

Cette situation n’est pas différente de celle à l’automne où certains essayaient de donner l’impression que les voyageurs se rendant aux États-Unis faisaient quelque chose d’illégal simplement parce que la frontière terrestre est fermée (pour le trafic sortant uniquement)… s’envoler vers les États-Unis est autorisé à 100% — et l’a toujours été — et insinuer le contraire est tout simplement faux.

Ceux qui aiment faire du «travel-shaming» croient qu’il existe de nombreuses bonnes raisons de ne pas voyager, alors il ne devrait pas être nécessaire pour eux de recourir à de fausses insinuations en disant que voyager est illégal pour défendre leur position.

10. «Mais on est en confinement»

Bon, je vais expliquer cela clairement parce que beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi certains endroits sont en confinement ou sous l’ordre de rester à la maison.

Ce n’est pas comme si il y a automatiquement un confinement partout. Les mesures de confinement et de restrictions ne sont pas en place seulement pour le plaisir, juste pour rendre ta vie misérable et te forcer à rester à la maison.

Le confinement existe pour réduire les contacts dans les endroits où la transmission communautaire du virus est élevée. C’est ça le raisonnement scientifique.

Aller ailleurs signifie que tu n’auras aucuns contacts ici.

Si la transmission est faible en Martinique, est-ce que ceux qui habitent en Martinique devraient être en confinement juste parce que on est en confinement ici, où la transmission est élevée? Ça serait pas mal stupide! Eh bien, si quelqu’un part ailleurs, le fait qu’il y ait un confinement ici est tout aussi impertinent.

Beaucoup de gens voyagent dans des endroits avec des taux d’infection beaucoup plus faibles, ou vont quelque part pour suivre toutes les mêmes règles qu’ici (comme être à l’extérieur complètement distancé, comme c’est autorisé même ici).

Cela n’ajoutera pas de contacts ici. Et encore une fois, si tu suis la règle de quarantaine à domicile: aucun risque de causer une éclosion.

En d’autres mots, beaucoup de gens continuent de voir les choses du point de vue de la situation ici, mais beaucoup d’endroits ont des taux d’infection beaucoup plus faibles ou offrent beaucoup plus de possibilités d’activités extérieures sécuritaires. Il n’y a aucune raison scientifique de ne pas aller là-bas juste parce que les choses vont mal ici (si tu te mets en quarantaine bien sûr).

 

11. «Mais pourquoi on peut aller à l’intérieur d’un avion mais pas à l’intérieur d’un cinéma»

Un autre qui est si simple: les avions ont des filtres HEPA qui captent 99,97% des particules en suspension dans l’air. En fait, la qualité de l’air à bord des avions est meilleure que dans tous les bâtiments au sol (égale à celle des hôpitaux — car les hôpitaux ont les mêmes filtres HEPA que les avions).

Ton cinéma dispose-t-il de filtres HEPA? Non. C’est pourquoi ce n’est pas du tout la même chose. La ventilation est la clé pour un virus comme celui-ci qui est clairement transmis beaucoup via les aérosols, et les avions sont littéralement l’espace intérieur le plus sécuritaire qui soit.

«Les tubes métalliques dans l’air doivent avoir une très mauvaise qualité de l’air» est encore une autre réaction émotionnelle impulsive qui semble tout à fait logique… mais qui, de manière vérifiable, est fausse.

En d’autres mots, avec les filtres HEPA, le fait que l’air dans la cabine est complètement changé toutes les 2-3 minutes, l’angle descendant des systèmes de ventilation conçus pour minimiser la transmission et les masques obligatoires, il n’est pas surprenant qu’aucune transmission de COVID-19 en avion n’a jamais été documentée au Canada — malgré le fait qu’il y a eu de nombreux avions qui ont transporté des passagers infectés par le COVID-19.

L’été dernier, l’ancien Ministres des Transports du Canada a décrit le risque de transmission en avion comme étant «infinitésimalement petit».

Un autre bon exemple de choses pas basées sur les faits est quand une journaliste a tweeté si fièrement qu’elle n’avait pas pris l’avion depuis le début de la pandémie et qu’elle avait pris le train plutôt, pour essayer de paraître super vertueuse. Les trains semblent tellement mieux que des avions pour une raison irrationnelle… mais les trains n’ont pas de filtres HEPA et ont une qualité de l’air pas mal pire que les avions.

Mais bon, les faits… quossa donne?

 

12. «Les voyageurs ont décidé de voyager; ils devraient être punis»

Devraient-ils vraiment? Disons que c’est une très mauvaise façon de traiter des citoyens canadiens (sauf quelques exceptions, ceux qui sont forcés d’aller à l’hôtel sont seulement canadiens — la plupart des non-Canadiens qui entrent sont des voyageurs essentiels qui n’ont pas à faire de quarantaine du tout.)

Certains ne voyagent même pas pour le loisir en plus, mais pour voir des proches, pour visiter des membres de leur famille en fin de vie ou même des funérailles…

Et je vais ignorer les revendications de certains experts juridiques comme quoi toute la mesure est anticonstitutionnelle (en enfreignant le droit de ne pas être détenu arbitrairement et le droit de rentrer au Canada librement) parce que je ne crois pas que ça va être un succès lorsque la cause sera entendue en cour fédérale le 1er juin.

Ce sont des citoyens canadiens qui reviennent à la maison et qui sont prêt à se conformer à la règle assez stricte de quarantaine de 14 jours à la maison, qui est factuellement aussi sécuritaire que l’hôtel (ou sinon plus). Ce ne sont pas des étrangers.

Et les conditions dans ces hôtels ont été bien documentées et sont assez mauvaises (chaos, nourriture manquante ou peu nutritive, absence de sécurité, conditions non-hygiéniques, agression sexuelle, etc.)

Toute la mise en oeuvre de la mesure a été encore une autre opération bâclée de la part du gouvernement fédéral (comme leur idée de pouvoir réserver les hôtels juste par téléphone au début, leur délai de 6 mois pour mettre en place quelque chose d’aussi simple que des vérifications de température dans les aéroports, leur délai de près d’un an pour mettre en place le moindre test à l’arrivée, leurs interdictions de vols qui nécessitent simplement un transit dans un autre pays, leur complicité de laisser les transporteurs aériens voler les voyageurs pendant un an en n’imposant pas de remboursements, leur délai d’un an à aider financièrement les transporteurs aériens, etc.)

Et rappelons que 99,5% des gens qui testent positif (alors que les voyageurs ont testé négatif) ne sont même pas traités de cette façon, jamais. Même si certains ont été très idiots et ont été infectés en ne respectant pas les règles et les lois (ils sont en beaucoup plus grand nombre que les voyageurs infectés; et les voyageurs n’enfreignent aucune règle ou loi).

Tu as testé positif parce que tu as fais un party et n’a pas respecté la distanciation comme un idiot?

Pas de problème! Fais ta quarantaine tranquille chez toi, on te fait confiance.

Tu as été en voyage là où il y a moins de cas qu’ici, tu es resté entièrement distancé à l’extérieur, tu as pris toutes les mesures de précaution et tu as fais un test négatif?

Terroriste!

C’est une exagération, mais à peine. C’est quand même fascinant d’avoir voyagé dans 7 pays différents pendant la pandémie et avoir été accueilli chaleureusement (de manière distancée bien sûr) partout, mais aussitôt que les lignes imaginaires du Canada sont traversées, le retour et les mesures font en sorte que les voyageurs sont presque traités comme des terroristes…

 

Bonus: «Mais les voyageurs sont à blâmer pour mars 2020»

Flytrippers aime t’en donner plus pour ton argent, alors on ajoute souvent des bonis à nos listes.

Oui, bien sûr: les voyageurs ont emmené le virus ici en mars 2020. News flash: nous sommes maintenant en avril 2021. Je ne dis pas qu’il faut en revenir, mais je dis que la situation a certainement changé.

C’est l’argument qui a le moins de sens: comme je l’ai dit, presque tous les cas proviennent de la transmission communautaire maintenant. Même en arrêtant les voyages à 100% (ce qui est impossible pour des raisons logistiques car nos vies dépendent toutes du commerce transfrontalier même pour les nécessités de base comme la nourriture), il y aurait encore 99,5% des cas qui resteraient.

Cela ne changerait pratiquement rien.

C’est une très mauvaise comparaison. En mars 2020, aucun voyageur prenait des précautions. Aucun voyageur pratiquait la distanciation. Aucun voyageur portait de masque. Aucun voyageur était en quarantaine à son retour. Aucun voyageur était testé. Et surtout, il n’y avait pas de cas ici.

C’est un peu un exemple de l’erreur des coûts irrécupérables. Peut-être que les mesures auraient dû être plus strictes en mars 2020, mais ce n’est juste plus pertinent maintenant: le virus est ici, et 99,5% des cas sont causés par la transmission communautaire maintenant.

On teste les voyageurs avant qu’ils arrivent et en arrivant. À peu près toutes les destinations se sont adaptées pour minimiser les risques. Les transporteurs aériens, les hôtels, les agences de location d’autos, les services de transports en commun, les attraits… tous se sont adaptés pour minimiser les risques.

La situation a changé. En avril 2021, les voyageurs non-essentiels sont très loin d’être parmi les problèmes les plus grands. Les faits et les données sont assez clairs sur le sujet.

 

Tu veux obtenir toutes les mises à jour sur le coronavirus pour les voyageurs canadiens?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

La quarantaine dans les hôtels du Canada est une mesure très inefficace, et nous sommes franchement un peu fatigués d’entendre autant de mauvais arguments qui ne sont fondés sur aucuns faits, aucunes preuves ou aucunes données.

Que penses-tu du programme de quarantaine dans les hôtels? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Explore des destinations géniales: inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: récompenses voyage

 

Photo de couverture: Baymont Montreal, un hôtel de quarantaine (crédit photo: Wyndham)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 62/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Cet article a 10 commentaires

  1. Cathy

    Je vis au Mexique depuis 3 ans et nous avons vécu le COVID tres différemment ici. Je suis choquée de voir toutes les restrictions pour les voyageurs mais aussi toute la propagante de peur entourant ce virus. J’aimais venir au Canada pour visiter ma famille l’ été mais pour moi il n’est pas question de faire la quarantaine à l’hôtel et de donner mon argent au gouvernement c’est du vol carrément !

    1. Andrew D'Amours

      Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de pays qui aient diabolisé irationnellement les voyages autant qu’ici honnêtement !

  2. Annick

    Avez-vous des idées de comment protester pour cette mesure du gouvernement?

    1. Andrew D'Amours

      Difficile de faire quoi que ce soit considérant que la majorité des gens pensent irrationellement que les voyageurs sont encore la cause de tous les problèmes et il n’y a aucuns faits ou données qui va les faire changer d’idée. Et donc les mesures sont extrêmement populaires, et tout ce qui compte pour le gouvernement fédéral c’est de gagner des points politiques sur cet enjeu. Bref, tu peux partager l’article, essayer de raisonner les gens qui ne veulent rien savoir ou écrire à ton député… mais tant que les grands médias ne vont pas soulever l’absurdité de tout le processus — et surtout son inefficacité — ça risque de rester :S

  3. Johanne

    Merci pour ce bel article. Nous sommes présentement en confinement à l’hôtel parce que nous avons osé aller passer l’hiver au Mexique dans notre roulotte qui est sur place. Nous n’avons pas de logement au Québec puisque nous vivons à temps plein sur un camping. Donc payer un logement $2000 par mois était trop cher pour nous. Nous avons scrupuleusement suivi les consignes sanitaires puisque nous étions à l’étranger et voulions éviter d’y être malade. On s’est fait juger tout l’hiver, nous n’avons pas tellement hâte de rentrer puisque en effet nous serons vu comme des terroristes. Nous ne regrettons pas notre décision, au contraire. Merci encore, j’ai adoré vos arguments.

    1. Andrew D'Amours

      C’est évident que suivre toutes les mesures là-bas est infiniment plus dangereux voyons, puisque c’est de l’autre côté des lignes imaginaires. Plus sérieusement, merci et bon retour!

  4. Diane Daoust

    J’aimerai pouvoir partager certains articles sur Messenger ou FB avec des membres de ma famille. Est- ce possible

    1. Andrew D'Amours

      Oui bien sûr avec plaisir. Des boutons pour le partage direct sont situés au bas de l’article.

  5. Colette

    Super bon argumentaire contre cette mesure purement démagogique, injuste, une insulte au bon sens des voyageurs pour la plupart respectueux des contraintes sanitaires. Merci

Leave a Reply