You are currently viewing Exclusivité Flytrippers: les voyageurs qui testent positif… peuvent aller à la maison et quitter l’hôtel de quarantaine

C’est presque trop ridicule pour être croyable, mais Flytrippers a maintenant officiellement confirmé l’information: les voyageurs aériens qui obtiennent un résultat positif au test à l’arrivée au Canada peuvent quitter leur hôtel de quarantaine et terminer leur période d’isolement chez eux!

Comme tous les experts de voyage, on était déjà évidemment complètement convaincus que le programme de quarantaine à l’hôtel est totalement inefficace et n’a été mis en œuvre que pour apaiser l’indignation et le «travel-shaming» dans les médias…

Mais maintenant c’est encore plus clair.

Le fait est que la quasi-totalité des Canadiens qui testent positif à la COVID-19 au Canada peuvent faire leur quarantaine à la maison… parce qu’ils ne sont pas des voyageurs: les voyageurs n’ont représenté que 0,4% de tous les nouveaux cas de COVID-19 au Canada en avril 20211.

Ces personnes sont toutes confirmées à 100% comme étant infectées, une majorité d’entre elles avec des variants préoccupants2 (alors que factuellement moins de 1,5% des voyageurs testent positifs3)… et elles peuvent quand même faire leur quarantaine à la maison sans aucune surveillance…

Pourquoi les voyageurs ne peuvent-ils pas faire la même chose dès leur arrivée?

Surtout s’ils vont être renvoyés chez eux de toute façon, même s’ils sont infectés

Quelle est la science derrière ça?

 

La quarantaine à l’hôtel est en fait inefficace

Je dois absolument prendre une seconde pour répéter ceci avant d’entrer dans les détails de ce nouveau détail surprenant.

Parce que même si c’est douloureusement évident que le programme de quarantaine à l’hôtel du Canada est un échec total et une mesure très inefficace (pour absolument tout le monde qui connait quoi que ce soit sur le sujet)… beaucoup de gens croient encore que c’est efficace et bon.

Ce n’est certainement pas le cas.

Les faits rendent ça manifestement évident si tu ignores la réponse émotionnelle impulsive et que tu les considères attentivement.

Bien sûr, pour être très clair:

  • On ne dit pas que personne ne devrait faire de quarantaine
  • On ne dit pas que tout le monde devrait voyager
  • On ne dit pas que qui que ce soit devrait voyager sans prendre de précautions
  • On ne dit pas qu’il ne devrait pas y avoir la moindre mesure
  • On ne dit pas que la pandémie n’existe pas
  • On ne dit pas quoi que ce soit qu’on ne dit pas…

Tout ça est complètement hors sujet.

On parle de l’efficacité de la quarantaine à l’hôtel.

Ou plutôt l’absence de.

Pourquoi?

Il existe 3 types de voyageurs:

  1. Ceux qui sont déjà exemptés de toutes les règles de quarantaine (72% du ≈ 1 million qui entrent au Canada chaque mois4)
  2. Ceux qui suivront les règles de quarantaine (95% à 99% des voyageurs non-exemptés selon les données gouvernementales5)
  3. Ceux qui ne respecteront pas les règles de quarantaine (qui ne les respecteront pas plus après seulement 1 jour dans un hôtel…)

Le programme de quarantaine à l’hôtel protège factuellement les Canadiens d’aucun d’entre eux

1. Les variants font définitivement leur chemin

Pourquoi penses-tu que la quarantaine à l’hôtel en place depuis bientôt 3 mois n’a pas empêché l’arrivée des variants? 72% du million de voyageurs qui entrent au Canada chaque mois n’ont même pas du tout à faire la moindre quarantaine. Pas de quarantaine du tout. Près de 200 000 personnes chaque semaine.

Ils n’ont pas à faire de quarantaine donc la quarantaine à l’hôtel ne protège définitivement pas les Canadiens de ceux dans ce groupe.

2. La mesure augmente même le risque pour presque tous ceux qui y participent

La grande majorité des voyageurs non-exemptés suivent les règles, selon les propres données du gouvernement. À la limite, les forcer à aller dans un hôtel de quarantaine où ils sont en contact avec beaucoup plus de personnes qu’en allant seuls à la maison (et où ils ne sont même pas séparés des clients réguliers qui ne sont pas quarantaine pendant le transport, l’enregistrement et en route vers leurs promenades quotidiennes en plein air) est possiblement plus risqué que de les laisser rentrer chez eux sans contact.

Ils allaient suivre les règles, donc la quarantaine à l’hôtel ne protège pas les Canadiens de ceux dans ce groupe..

3. «oUi MaIs CeRtAiNs Ne SuIvEnT pAs LeS rÈgLeS»

Oui, et bien sûr c’est très mauvais. Mais pense rationnellement pendant une seconde. Qu’est-ce que les faire aller à l’hôtel pendant une journée va changer à ça? Rien. Ils ne suivront tout simplement pas les règles 1 jour plus tard parce qu’une grande majorité de voyageurs obtiennent le résultat de leur test d’arrivée après 1 jour (et sinon, c’est 3 jours maximum). Ou ils refuseront catégoriquement d’aller à l’hôtel et prendront simplement l’amende (le Québec et l’Alberta en ont émis zéro à date en fait, même si des gens ont clairement ignoré la règle).

Ils ne suivront pas plus les règles, donc la quarantaine à l’hôtel ne protège pas les Canadiens de ceux dans ce groupe.

 

Un résultat positif ne change rien

Alors… jusqu’à présent, certains pouvaient au moins affirmer qu’avec la quarantaine à l’hôtel, on s’assure que la petite minorité de voyageurs dont le test est positif ne provoque pas d’éclosion en les gardant dans un hôtel (bien que la plupart n’utilisaient même pas cet argument; à la place, ils utilisent les nombreux qui ne sont tout simplement pas logiques).

Mais non, ce n’est même pas ce que fait cette règle de quarantaine à l’hôtel!

Les voyageurs infectés sont toujours autorisés à rentrer chez eux. Oui, même s’ils sont testés positifs.

Voilà à quel point cette mesure est absurde.

On a appris ça après que quelques voyageurs nous aient écrit pour nous dire qu’ils ne pouvaient pas croire que même après avoir été testés positifs, ils étaient simplement renvoyés chez eux (comme tous les autres voyageurs après un test négatif).

Une citation que nous avons reçue était:

«C’est quoi le but de la quarantaine à l’hôtel alors?»

Flytrippers a donc contacté l’Agence de la santé publique du Canada.

Ils ont confirmé: les voyageurs qui obtiennent un résultat positif à leur test d e COVID-19 à l’arrivée peuvent passer leur période d’isolement obligatoire à la maison si leur plan d’auto-isolement est jugé approprié par les autorités.

Exactement la même chose que pour ceux dont le test est négatif.

Même pas besoin de rester les 3 jours à l’hôtel, dès que le résultat est reçu, positif ou négatif: on peut aller à la maison…

Un récent jugement de la Cour fédérale6 le confirme:

« Les personnes qui obtiennent un résultat positif au test sont contactées par un agent de quarantaine de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) afin de s’assurer qu’elles continuent d’avoir un plan d’isolement approprié et qu’elles sont en mesure de se rendre à leur lieu de quarantaine par un moyen de transport privé.»

Au moins, ceux qui sont positifs ne peuvent pas utiliser les transports en commun, ce que ceux dont le test est négatif peuvent faire pour rentrer chez eux après le séjour à l’hôtel.

En passant, ceux qui entrent au Canada par voie terrestre peuvent également utiliser le transport en commun (même pendant 16 heures) pour rentrer chez eux dès leur entrée… parce que les voyageurs représentent un tel risque pour les Canadiens qu’ils doivent aller en quarantaine dans un hôtel — à moins qu’ils arrivent par voie terrestre. Dans ce cas-là, pas de problème, ils peuvent aller chez eux tout de suite.

La conclusion, c’est qu’il n’y a littéralement aucune logique ou données derrière cette mesure de quarantaine à l’hôtel.

Lors d’une audition d’un comité parlementaire en février, l’Agence de la santé publique s’est fait demander si elle disposait de preuves ou de données quelconques pour appuyer cette mesure. Aucune des 6 personnes présentes n’a pu proposer quoi que ce soit.

(Rien n’a été fourni dans les 3 mois depuis non plus.)

Il y a moins de 2 semaines, ils ont répété une fois de plus ce qu’ils disaient depuis le début (parce que c’est ce que les données montrent depuis le début — et montrent encore): les frontières ne sont pas le problème, la transmission à l’intérieur du Canada est le problème7.

Le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint, a dit:

«C’est toujours une question de regarder qu’est-ce qui se passe avec nos frontières… mais si on regarde les risques, vraiment l’enjeu le plus important maintenant c’est la transmission communautaire au sein de notre pays dans toutes les provinces et territoires.»

L’Agence de la santé publique du Canada dit que l’accent ne devrait pas être mis sur les frontières: c’est ce que nous disons depuis des mois, tout comme eux. Le données sont claires.

Les gouvernements ont des ressources extrêmement limitées et investir tant d’efforts, de temps et d’argent dans ce programme de quarantaine à l’hôtel est factuellement une très mauvaise utilisation des ressources.

Parce que c’est inefficace!

 

Le témoignage d’une voyageuse

Une voyageuse qui en a fait l’expérience en entrant au Canada a accepté de raconter son histoire à Flytrippers, à condition de pouvoir garder l’anonymat par craintes d’avoir des ennuis avec le gouvernement.

Voici ce qui s’est passé, dans ses propres mots:

«À partir de quand j’ai eu mon résultat positif jusqu’à 2 jours plus tard (notre heure de «check-out»), j’ai appelé plus de 10 numéros de téléphone. La Santé publique du Québec, la Croix-Rouge, la ligne COVID-19, Switch Health, la ligne des hôtels de quarantaine, le gouvernement fédéral… à chaque fois j’attendais 25 à 30 minutes sur la ligne et chacun me donnait un autre numéro de téléphone où appeler.»

Comme pour presque toutes les autres mesures liées aux voyages mises en œuvre tout croche et de manière incompétente, il semble que le processus soit encore une fois très mal géré. Surprise.

Elle n’a jamais eu de réponse claire. Son mari était avec elle et a testé négatif, alors il est allé voir le kiosque de la Santé publique à l’aéroport pour demander ce qu’ils devraient faire pour suivre les règles.

Elle continue:

«Ils ont dit de louer un Airbnb avec 2 chambres et que moi je devrais m’isoler tout de suite. Pas le droit de transport en commun, pas de Uber ou de taxi, etc.»

C’était une voyageuse qui était en quarantaine dans une ville différente de sa destination finale (ils avaient fait une escale à Montréal) et elle ne pouvait donc pas rentrer chez elle.

Et enfin:

«Alors on a trouvé un Airbnb, on leur a donné l’adresse et ils l’ont enregistré dans le système. Et c’est tout. Pas d’appels, pas de visites depuis. On a mis à jour l’app ArriveCAN, alors ils devraient savoir. Plus besoin de test dans mon cas. Mon mari a fait son test du jour 8 et on sera libre dès le jour 14 s’il reçoit son résultat négatif.»

Ça ne me surprend pas, car j’ai partagé ma propre expérience avec le programme de test bâclé. Mais apparemment, le gouvernement fédéral ne fait même pas de suivi auprès des 1,5% de voyageurs dont le test est positif pour savoir ce qu’ils font après avoir reçu leur résultat.

Voilà une excellente surveillance. Mais surtout, crois-les sur parole lorsqu’ils disent que la quarantaine à l’hôtel est le meilleur moyen d’assurer la sécurité des Canadiens. N’ose pas remettre en question cette idée, ni quoi que ce soit qu’ils font.

Ne leur demande pas pourquoi ils n’ont toujours pas fourni de faits ou de données appuyant cette mesure extrême — et surtout inefficace.

 

Tu veux recevoir toutes les mises à jour sur le coronavirus pour les voyageurs canadiens?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

Le programme canadien de quarantaine à l’hôtel est inefficace pour de nombreuses raisons. Et il ne garantit même pas que les 1,5% des voyageurs dont le test est positif sont isolés, car ils sont autorisés à aller chez eux même s’ils sont infectés, exactement comme peuvent le faire ceux dont le test est négatif. Rien n’empêche alors quiconque de provoquer une éclosion, tout comme rien n’arrête les 99,6% de Canadiens infectés qui ne sont pas des voyageurs… mais qui sont quand même autorisés à faire leur quarantaine chez eux.

Que penses-tu de cette règle? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Explore des destinations géniales: inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: récompenses-voyage

 

Sources

 

Photo de couverture: personne qui regarde à travers la fenêtre (crédit photo: Hedgehog Digital)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Cet article a 1 commentaire

  1. Annie

    Cette règle est illogique, non-fondée, coute un bras pis une jambe de temps, d’argent, de ressources, de mauvaise humeur, de retard, etc. On pourrait faire tout simple, pour cette fois, et l’abolir tout simplement, hein, gouvernement? Merci Flytrippers de vos infos.

Leave a Reply