You are currently viewing Comment c’était d’entrer aux États-Unis en avion mercredi

Ce mercredi, je suis encore une fois allé aux États-Unis en avion. C’était ma 8e fois depuis environ 1 an, et chaque fois, le processus était très similaire et simple. Donc je savais que ce serait encore excessivement facile, mais plusieurs aiment ça quand on partage nos expériences personnelles détaillées.

J’avais testé l’entrée aux États-Unis par voie terrestre le 2 avril, donc voici maintenant mon compte-rendu de l’entrée presque aussi simple par voie aérienne le 27 avril (et je vais parler aussi de mon entrée le 7 avril pour un long week-end aux États-Unis en avion).

Spoiler alert: les 2 fois, c’est exactement la même chose que mes 6 autres voyages en avion aux États-Unis depuis 1 an, parce que rien n’a changé dans leurs règles d’entrée depuis longtemps.

(Par contre, il y a eu un changement majeur: l’exigence de masque en avion a été éliminée récemment. Ça, j’en ai parlé dans un article sur ma première expérience de vol sans masque en plus de 25 mois).

 

Règles d’entrée des États-Unis

C’est assez simple d’entrer aux États-Unis si tu es pleinement vacciné (2 doses de vaccin ou 1 dose de Johnson & Johnson): 

  • Voie terrestre: rien besoin pour entrer
  • Voie aérienne: besoin d’une preuve de test rapide antigénique ou PCR pour entrer

C’est tout. Facile. 

Comme j’ai déjà dit, les tests ne m’ont jamais stressé personnellement, parce que je ne suis pas quelqu’un qui trouve que ça sert à quelque chose de stresser à propos de quoi que ce soit. 

Tu peux évidemment éviter le test en partant d’un aéroport américain près de la frontière si tu préfères, mais un test à 17$ ou 25$, ce n’est pas très cher sinon.

Notre guide sur comment voyager aux États-Unis est à jour depuis un an et va continuer d’être à jour. Il contient les réponses à toutes les questions qu’on reçoit par dizaines chaque jour.

Donc ça, ce sont les exigences d’entrée des États-Unis, qui sont une composante des 3 ensembles de règles simples pour tout voyage qu’on te répète depuis des mois.

Cet article-ci n’est pas pour reparler de ça, mais bien juste pour te raconter ma propre expérience détaillée de mon entrée aux États-Unis par avion, étape par étape. 

J’ai aussi parlé de mon expérience d’entrée au Canada à la mi-avril, si ça t’intéresse.

 

Mon entrée aux États-Unis en avion le 27 avril

Voici comment ça a été pour moi.

 

Faire mon test pré-entrée avant le départ

Pour continuer d’être les experts du voyage, de vendredi à dimanche, on assiste à la plus importante conférence sur l’industrie du contenu de voyage (tu peux accéder aux enregistrements de toutes les dizaines de sessions de TravelCon si jamais tu veux te lancer un site de voyage toi aussi pour partager ta passion).

C’est un court voyage d’une semaine à Memphis, au Tennessee (pas aussi court que mon week-end en Ohio au début du mois, mais quand même). 

TravelCon à Memphis (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Donc bref… tout ce que j’avais à faire pour entrer aux États-Unis, c’était de faire mon 27e test de COVID-19. Simple! Pas de formulaire à remplir, contrairement à plusieurs pays.

Les tests rapides antigéniques sont disponibles pour seulement 17$ à certains endroits bien limités, ou pour 25$ n’importe où en mode télésanté à distance dans le confort de chez soi. 

C’est cette dernière option que j’ai choisie de faire, vu que j’adore tout tester pour toi (moi, j’ai pris une clinique un peu plus chère, parce que je les aime bien) et vu que j’avais déjà testé toutes les autres options auparavant, comme les pharmacies et le service au volant.

Tu peux voir la vidéo de mon autotest de COVID-19 fait à distance et lire tous les détails aussi.

En train de faire mon autotest à distance (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Ça, c’était il y a 2 semaines, mais l’autotest s’est tout aussi bien passé ce mardi. La seule chose qui était différente cette fois-ci, c’est que l’infirmière m’a proposé 3 options pour le prélèvement:

  • l’écouvillonnage nasal par mouvements circulaires dans chaque narine (comme je l’ai toujours fait moi-même)
  • l’écouvillonnage buccal ET nasal
  • l’écouvillonnage du nasopharynx très profond (comme la plupart des tests PCR)

Les 3 sont acceptées et c’est à toi de choisir. Mais si tu fais un test pour voyager, tu veux probablement la méthode la moins efficace, pour augmenter tes chances d’être négatif. J’ai donc fait l’écouvillonnage nasal seulement (avertissement: ceci n’est pas un avis médical, juste un avis de pro des voyages 😉).

Les États-Unis acceptent les tests faits le jour de ton vol ou le jour complet avant le jour de ton vol, c’est très simple comme règle. Ils se foutent des heures de vol ou de test. Le jour de ton vol ou le jour avant. Ça te donne plus de flexibilité que la limite de 24 heures de certains pays.

D’ailleurs, je reviens au Canada la semaine prochaine pour juste quelques heures, pour prendre mon vol Montréal-Dubaï, le deal à 190$ aller-retour qu’on t’a partagé il y a quelques mois. Celui-là, avec une escale au Maroc, va être le sujet de mon prochain article pour t’expliquer que ça n’a pas besoin d’être compliqué de voyager en pandémie.

 

Enregistrement pour le vol

Comme j’ai maintenu ma fiche parfaite avec ce 27e test négatif sur 27, il ne restait qu’à m’enregistrer en ligne comme tous les voyageurs devraient toujours le faire.

Mes vols ont été réservés avec mes points Aéroplan et étaient sur Air Canada et United dans ce cas-ci. 

Je commence à comprendre que plusieurs sont moins habitués que moi avec les réservations. J’achetais mes billets d’avion moi-même à 14 ans, donc c’est sûr que je prends parfois pour acquis que tout le monde sait que c’est très simple. Alors, on va bientôt partager un article avec toute la base des réservations de vols pour que tu sois un voyageur encore plus futé et autonome, comme le fait que sur un itinéraire où tu dois prendre 2 transporteurs aériens différents, tu dois faire ton enregistrement en ligne avec celui qui opère le premier vol seulement.

Bref, comme à chaque fois que je réserve un vol, j’avais déjà créé une alerte à mon calendrier pour 24h avant le départ précisément, pour ne pas perdre de temps à aller au comptoir comme ceux qui ne savent pas les trucs de pro et pour avoir le meilleur choix de sièges gratuits.

Enregistrement en ligne sur l’appli d’AC (crédit image: Air Canada)

 

En cette ère de voyages en pandémie, tu peux téléverser les documents requis pour ton vol directement dans l’appli d’Air Canada. Pour ce voyage, j’avais besoin de ma preuve de vaccination et de ma preuve de test négatif. 

Pour donner le crédit à Air Canada, leur processus était un peu plus simple que celui que j’avais eu à faire avec American Airlines au début du mois (que j’ai décrit dans mon article sur l’entrée au Canada en avion): tu téléverses tes documents directement dans leur appli, plutôt que d’avoir besoin d’une appli séparée.

Téléversement de documents dans l’appli d’AC (crédit image: Air Canada)

 

C’était vraiment très rapide et efficace, mes documents ont été approuvés instantanément et j’ai pu avoir mes cartes d’embarquement immédiatement, comme dans le bon vieux temps.

Mes cartes d’embarquement (crédit image: Air Canada)

 

C’en était fini pour les documents pour ce voyage-là au complet, sans même être rendu à l’aéroport.

 

À l’aéroport de départ

Il n’y a vraiment pas grand-chose à dire. J’avais déjà mes cartes d’embarquement et, évidemment, je ne voyage jamais avec un bagage en soute, donc j’ai pu aller directement au contrôle de sécurité.

Il n’y avait personne.

Ensuite, l’aéroport de Montréal (YUL) a un centre de prédédouanement américain, donc il faut passer les douanes américaines directement au départ, et c’est le cas dans la plupart des grands aéroports canadiens, comme tu le sais probablement.

J’ai encore une fois pu éviter toute la file d’attente vu que j’ai la carte NEXUS, qui est un incontournable pour les voyageurs. 

 

 

Le douanier ne m’a encore rien demandé sur le test ou la vaccination. Je le répète: les États-Unis ont vraiment mis les transporteurs aériens en charge de tout vérifier les exigences, ils ne s’occupent pas de ça du tout aux douanes (c’est pour ça qu’ils ne vérifient pas souvent la preuve de vaccination aux douanes terrestres non plus).

J’ai mesuré le tout et ça m’a pris un gros 10 minutes entre mon entrée dans l’aéroport et mon passage du côté «airside», soit post-sécurité. 

À la porte d’embarquement, personne ne m’a rien demandé non plus, comme c’est pas mal toujours le cas pour les vols vers les États-Unis.

C’est pas mal le pays le moins strict sur les vérifications des exigences parmi la douzaine où je suis entré pendant la pandémie.

 

À l’aéroport d’arrivée

Le concept du prédédouanement, c’est que quand tu arrives aux États-Unis, ton vol est considéré comme un vol domestique. 

Donc évidemment, rendu là… il n’y a plus aucun contrôle de quelque sorte.

J’ai pu me diriger vers le beau salon VIP d’aéroport pour passer mon escale à Newark (EWR). Je t’ai parlé un peu des salons VIP dans mon article sur mon entrée au Canada; c’est à lire absolument parce que c’est si triste que la plupart des voyageurs se privent de ces salons VIP (alors qu’ils peuvent avoir une carte qui leur offre des accès gratuits aux salons VIP d’aéroport EN PLUS de centaines de dollars de voyages gratuits en primes de bienvenue).

Salon VIP d’aéroport United Club (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Et pour l’embarquement de mon dernier vol de Newark à Memphis (MEM), je vais le répéter: il n’y a absolument aucune exigence de test/vaccination pour prendre un vol domestique, comme dans à peu près tous les pays du monde (sauf le Canada).

Même pas d’exigence de masque! C’est vraiment fini une fois que tu es rendu là-bas.

Donc, comme je dis dans l’intro (et comme je te dis depuis mon premier voyage aux États-Unis en avril 2021): c’est excessivement simple d’entrer aux États-Unis si tu es pleinement vacciné, même par avion.

Mais si faire un test est trop pour toi, tu peux y entrer par voie terrestre ou aller dans un des 124 pays ouverts sans leur propre exigence de test. Encore plus simple! Il ne reste donc vraiment plus beaucoup de bonnes raisons de ne pas voyager.

 

Tu veux recevoir toutes les mises à jour du coronavirus pour les voyageurs?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

Mon entrée aux États-Unis en avion le 27 avril était très simple: j’ai rempli l’exigence de test pré-entrée en faisant un autotest de COVID-19 à distance et j’ai téléversé le rapport et ma preuve de vaccination dans l’appli du transporteur aérien pour avoir mes cartes d’embarquement d’avance. Aux douanes, ils n’ont encore rien demandé et je suis passé en un rien de temps avec ma carte NEXUS. C’est vraiment assez simple de voyager aux États-Unis, même en avion!

Que veux-tu savoir à propos de l’entrée aux États-Unis? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Vois les deals qu’on repère: Vols pas chers

Explore des destinations géniales: Inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: Astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: Récompenses-voyage

 

Photo de couverture: Moi dans l’avion aux États-Unis (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 64/193 pays, 47/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Cet article a 2 commentaires

  1. Dan

    Petit constat, j’ai voyagé 2 fois au cours des derniers 6 mois. Ma preuve de vaccination Canadienne (code QR) n’a pas été scanné nul part, juste regardé. Donc je suppose qu’il n’est relié a aucune base de donnés..qu’en pensez-vous ?

    1. Andrew D'Amours

      Bonjour, c’est jamais scanné en effet, c’est juste vérifié visuellement (s’ils vérifient). Mais ça pourrait être différent ailleurs, vu que chaque pays a des exigences différentes.
      On arrête pas d’essayer de faire comprendre aux gens que ce n’est pas une exigence de «code QR» mais bien juste de preuve de vaccination, du moins pour l’exigence du Canada pour embarquer dans l’avion, mais ce n’est pas facile d’expliquer les choses des fois 😛

Leave a Reply