You are currently viewing Voici exactement comment c’était d’entrer au Canada la semaine passée

On te le dit depuis des mois: voyager n’est vraiment pas si compliqué si tu prends le temps d’apprendre sur comment ça fonctionne. Et comme tu vas le voir, même entrer au Canada (qui est plus exigeant que les 63 pays ouverts sans test) est quand même assez simple.

Et avec ton aide plus tard cette semaine, on veut rendre ça encore plus simple en faisant retirer le test pré-départ exigé. Reste à l’affût.

En attendant, les règles d’entrée du Canada n’ont pas changé depuis des mois, comme mentionné samedi.

Alors même si une nouvelle exigence vient d’être implantée par le Canada et que les États-Unis viennent juste de changer leurs règles (j’arrivais de là), ça n’a évidemment absolument rien changé pour mon entrée au Canada mardi passé.

 

Contexte de mon entrée au Canada

Mon dernier voyage était à Vancouver en septembre et j’étais entré par voie terrestre après mes 2 derniers voyages internationaux (en Asie en mai et aux États-Unis en avril).

J’ai dû faire ça parce que la science absurde de l’hôtel de quarantaine inefficace disait que c’était juste ceux qui arrivaient en avion qui devait dépenser ≈ 1000$ pour aller dans un hôtel pour une nuit — pour pouvoir ensuite retourner chez eux MÊME s’ils testaient positif à l’arrivée.

(D’ailleurs le comité d’experts scientifiques du gouvernement, qui avait évidemment recommandé d’éliminer cette mesure inefficace-là, a aussi recommandé en mai d’abolir le test pré-départ exigé par le Canada et l’a qualifié d’«excessif»… mais le gouvernement fait confiance aux experts juste quand ça fait son affaire, malheureusement.)

Donc mine de rien, c’est la première fois que j’entrais au Canada en avion avec une exigence de test. À ma dernière entrée en avion en revenant d’Europe en novembre 2020, c’était surprenamment encore plus simple: pas de test et pas d’ArriveCAN (mais une quarantaine de 14 jours par contre).

Et bien que ce n’était pas ma première entrée en étant entièrement vacciné, c’était ma première entrée depuis qu’être entièrement vacciné permet d’éviter la quarantaine.

Bref, pour ceux que ça intéresse, voici comment ça a été d’entrer au Canada par voie aérienne (et c’est pareil par voie terrestre parce que le Canada ne fait plus aucune distinction entre les deux modes d’entrée, contrairement aux États-Unis et d’autres pays) après un court voyage en Louisiane.

Le vieux carré de la Nouvelle-Orléans (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Test pré-départ

Premièrement, j’ai évidemment fait un test de COVID-19 gratuit aux États-Unis.

C’est tellement triste qu’autant de gens paient 200$ pour ça.

Extrait de ma vidéo sur les tests gratuits (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

C’est un microcosme parfait du monde du monde du voyage d’ailleurs: quand on ne connait pas les astuces de pro (comme obtenir littéralement 1000$+ gratuitement en prime de bienvenue avec la meilleure offre jamais vue sur une carte non-premium), tu paies trop cher pour rien.

Ou comme quand on ne sait pas qu’il y a des deals à 190$ aller-retour pour Dubaï comme on t’a partagé récemment. Ou comme quand on ne sait pas qu’il y a des pays où 30$ par jour suffisent pour voyager. Ou quand on ne sait pas que des cartes SIM coûtent 2$ par semaine dans des pays au lieu de payer 10$ par jour en frais d’itinérance.

Comme quand on ne sait pas que c’est si facile d’accéder gratuitement aux lounges d’aéroport pour avoir la nourriture et les breuvages gratuitement au lieu de faire une file monstre pour payer un café à 10$ chez Starbucks…

File de fou au Starbucks à ORD (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Il y a des milliers d’exemples. Mais je m’éloigne du sujet.

Alors pour mon test, j’ai pris le NAAT encore (au lieu du PCR) pour avoir les résultats rapidement.

J’ai décrit le processus du test au complet étape par étape dans l’article sur le test de COVID-19 gratuit aux États-Unis.

Bref, au lieu d’être prêt en 1 heure comme la dernière fois, ça a pris 3 heures cette fois.

Mais comme le Canada donne 72 heures, ce n’est pas stressant du tout aux endroits où Walgreens offre ce test rapide moléculaire gratuitement (le PCR est gratuit aussi, mais il faut le faire très près du maximum de 72 heures lui, pour avoir le plus de chances d’avoir les résultats à temps).

En passant, il y a surprennament beaucoup de gens qui nous demandent si le 72 heures est strict. Je vais faire un article séparé sur ça cette semaine avec un exemple récent époustouflant (tel que j’ai teasé dans l’article sur la plainte absurde récemment).

 

L’application ArriveCAN

Ensuite, la seule autre chose à faire pour entrer au Canada en étant entièrement vacciné, c’est de remplir l’application ArriveCAN (si tu es un Canadien non-vacciné tu as toujours le droit d’entrer au Canada aussi évidemment, mais il y a davantage d’exigences).

Ça non plus ce n’est vraiment pas compliqué, ça prend 2 minutes et il faut juste répondre à quelques questions (c’est maintenant disponible en ligne aussi si tu n’as pas de téléphone).

Un des écrans d’ArriveCAN (crédit image: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Je comprend vraiment les gens qui se plaignent du test pré-départ (même si ce n’est pas aussi compliqué ou cher que ce que plusieurs semblent s’imaginer), mais honnêtement je ne comprend vraiment pas pourquoi certains sont si indignés d’avoir à remplir un formulaire…

En tout cas.

Tu dois aussi prendre en photo ou joindre ta preuve vaccinale (n’importe laquelle comme on l’a déjà dit, tant que c’est en anglais ou en français ou avec traduction certifiée).

Ça c’était nouveau pour moi vu que même en étant entièrement vacciné la dernière fois que j’ai voyagé à l’international en mai, ça ne donnait rien d’être vacciné selon le Canada et il n’y avait même pas de question là-dessus.

Téléversement de la preuve (crédit image: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Il me semblait avoir lu qu’il fallait aussi prendre en photo ou joindre la preuve de test (mais honnêtement, 90% de ce que monsieur-et-madame-tout-le-monde disent par rapport aux règles de voyage est juste faux malheureusement) mais en tout cas moi ça n’a pas été demandé dans l’application alors je ne sais pas trop.

Peut-être que c’est aléatoire dans l’application comme la vérification de l’exigence supposément vitale de vaccination pour prendre l’avion au Canada est aléatoire à l’aéroport.

Alors quand tu as complété ta déclaration, ça te donne un «reçu» ArriveCAN (essentiellement juste un écran avec code QR) que tu dois avoir pour embarquer dans l’avion et pour entrer au pays.

Mon reçu ArriveCAN (crédit image: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Donc pour être bien clair, dans notre guide des règles d’entrée de chaque pays (qui vient d’être mis à jour hier encore d’ailleurs) on se concentre sur les exigences qui sont restrictives (tests et quarantaine) mais comme c’est écrit dans les notes importantes, il y a aussi souvent des formulaires à remplir maintenant.

C’est évidemment gratuit partout et ce n’est pas très compliqué, mais c’est obligatoire quand même pour entrer dans bien des pays (incluant le Canada). Le lien des formulaires de chaque pays est dans notre guide.

 

À l’aéroport

J’ai fait mon check-in en ligne pour mon vol 24 heures avant (vu qu’on est en 2021 et que les check-ins devraient évidemment toujours être faits en ligne).

Toutes les étapes et informations ont fonctionné, mais contrairement à mon aller (qui était sur Air Canada pour le premier vol Canada-USA), United ne me laissait pas obtenir ma carte d’embarquement à cause de la vérification des documents (test et ArriveCAN).

Leur app semblait permettre de téléverser les documents, avec un délai pour qu’ils les vérifient là-dedans manuellement. Mais j’étais honnêtement curieux de voir si les employés à l’aéroport savaient que le NAAT est accepté au lieu du PCR pour entrer au Canada. Surtout dans un petit aéroport comme Baton Rouge (BTR).

Et comme j’ai le statut élite Aéroplan 50K et Star Alliance Gold (United fait partie de Star Alliance comme Air Canada, c’est pourquoi je volais avec eux; j’ai payé avec mes points Aéroplan) j’ai accès à un comptoir d’enregistrement prioritaire de toute façon alors je me suis dit que je ferais ça à l’aéroport.

Et en effet, en arrivant il n’y avait aucune attente dans la file Star Alliance Gold alors j’ai montré mon test et mon reçu ArriveCAN et en 2 minutes j’étais en route vers la sécurité.

Toutes mes cartes d’embarquement étaient instantanément disponibles dans les applications après ça évidemment.

Carte d’embarquement (image credit: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

(D’ailleurs, à la sécurité, je suis aussi passé en 2 minutes, sans avoir à rien sortir de mon sac ni rien enlever parce que j’ai une carte NEXUS, comme tous les voyageurs futés devraient avoir.)

Les agents de United étaient bien au courant que le NAAT est accepté, heureusement.

Une des agentes m’a dit que 9 personnes sur 10 qui voyagent à l’international arrivent sans avoir les documents requis. Je ne sais pas si elle exagérait, mais c’est fascinant ça quand même.

Ça ne m’étonne quand même pas, considérant:

  • À quel point la pandémie est finie en Louisiane (comme dans bien des États)
  • Comment les voyages n’ont jamais été diabolisés aux États-Unis
  • Comment les voyages ont repris depuis excessivement longtemps aux États-Unis

À cause de ça, peut-être que les gens là-bas pensent que c’est fini partout la pandémie et que les exigences n’existent plus. C’est très Américain d’avoir une vision du monde très Américain-centrique et mes amis Louisianais ne me croyaient pas quand je leur racontais ce qui était arrivé pendant la pandémie au Canada, surtout pas ce qui arrive encore 18 mois plus tard…

Comptoir Air Canada à ORD (image credit: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Finalement, à mon escale à Chicago (ORD), avant le dernier vol vers Montréal (YUL), l’agente d’Air Canada m’a appelé à l’intercom (in English!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) pour une autre vérification. Elle a vérifié le test seulement cette fois (pas le reçu ArriveCAN).

Clairement, les transporteurs aériens sont capables de vérifier des documents.

Alors c’est vraiment étrange qu’une mesure comme la vaccination obligatoire à bord des avions qui partent d’un aéroport canadien, qui est si importante selon le gouvernement, ne soit pas assez importante pour que le gouvernement exige aux transporteurs aériens de la vérifier et de l’appliquer (ou pour qu’il l’applique aux étrangers non-testés et non-vaccinés qui peuvent encore transiter au Canada)…

 

À l’arrivée

Finalement, en arrivant à Montréal et en ayant une carte NEXUS, c’était évidemment très rapide. Comme ça l’est toujours.

Je suis débarqué de l’avion à 11h48, je suis arrivé au hall des douanes à 11h51 et j’étais sorti de l’aéroport à 11h55.

Juste 7 minutes de l’avion à l’extérieur, donc le nouveau processus ne ralentit pas vraiment grand chose quand on est un pro des voyages.

(Fascinant quand même que tellement de gens nous disent qu’ils sont toujours prêts à payer plus pour sauver du temps en voyage, mais ils continuent d’insister pour toujours emmener trop de trucs inutiles pour attendre au carroussel de bagages… et continuent de faire la file à la sécurité et aux douanes en ne prenant pas la peine d’avoir une carte NEXUS.)

Donc bref, entrer au Canada en avion c’était plus rapide que par voie terrestre même.

Parce que je n’avais pas à expliquer que j’allais faire 16 heures de bus et de train pour me rendre à ma quarantaine comme les 2 dernières fois (c’était permis selon la science des règles de voyage alors je n’avais pas eu de problèmes, c’est juste que là en n’ayant pas de quarantaine à faire, c’est beaucoup plus vite comme processus d’entrée vu que les agents n’ont plus besoin d’analyser ton plan de quarantaine).

J’ai été à la borne automatique, j’ai scanné ma carte NEXUS, cliqué que je n’avais pas de symptômes et mon reçu est sorti. Je suis allé faire la file, il y avait juste une personne devant moi (c’est souvent comme ça dans la section NEXUS).

Rendu à mon tour, j’ai montré mon reçu ArriveCAN et mon passeport.

Aucunes questions. Zéro.

L’agent a juste mis un collant rond bleu derrière mon passeport (si je me fie à mon historique, je risque de le laisser là pour toujours commes les autres d’avant parce que je n’ai pas de temps à perdre à enlever ça) et c’était terminé.

Le collant bleu sur mon passeport (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

Le plus long c’était vraiment de marcher jusqu’à la sortie.

À 2 reprises sur le chemin vers la sortie, un agent a demandé à voir le collant sur mon passeport et on m’a dirigé vers la bonne trajectoire.

Le collant et la vérification, ça sert à diriger ceux qui ne sont pas vaccinés vers les tests à l’arrivée, qui sont faits justement au bout de cette pièce là à la sortie.

C’était vraiment très rapide et facile.

 

Tu veux apprendre comment recommencer à voyager?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

Voilà mon expérience la plus récente d’entrée au Canada en avion pendant la pandémie. Le processus n’a aucunement changé depuis des mois parce que les règles d’entrée du Canada n’ont pas changé depuis des mois.

Que veux-tu savoir sur l’entrée au Canada? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Vois les deals qu’on repère: Vols pas chers

Explore des destinations géniales: Inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: Astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: Récompenses-voyage

 

Photo de couverture: vue de Montréal du haut des airs (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 64/193 pays, 47/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Leave a Reply