Oser la Colombie: voyage solo au féminin

Julie Ayotte est blogueuse-invitée sur Flytrippers. Suivez-la sur Instagram et lisez sa bio au bas de cette page.


Depuis longtemps, la Colombie laisse des frousses dans l’esprit des gens. Et les voyageurs qui s’y aventurent aujourd’hui sont vus comme des globetrotteurs audacieux. Pourtant, l’époque de Pablo Escobar et de l’extrême violence est bien révolue.

Depuis une dizaine d’années, le visage de la Locombia (comme ils disent!) a bien changé, récoltant le fruit de ses efforts en matière de sécurité et d’accueil des touristes. Donc, je vous recommande d’oser la Colombie, sans faire de psychose, ni toutefois d’imprudences.

Bogotá est une destination tendance et peu chère ces derniers temps, étant très souvent à rabais dans les 400$ aller-retour sur la page d’aubaines de vols pas chers de Flytrippers.

Comme tous s’entendent pour dire que c’est une destination de plus en plus populaire, il y a également davantage de contenu si vous êtes intéressé: le cofondateur de Flytrippers vous a partagé son récit à Medellín et une autre blogueuse-invitée vous a partagé son impression de ce pays à travers son street art.

 

Découvrir Bogotá: 2600 metros más cerca de las estrellas

À Bogotá, il devient facile de se repérer dans la ville, le quadrillage des carreras et avenidas aidant. J’ai surtout trotté dans la Candelaria, le quartier touristique, et ce, pendant plusieurs jours. Avis à ceux qui fuient les capitales: vous le regretterez au final.

L’office du tourisme se trouve au coin de la Plaza de Bolivar et offre gratuitement deux walking tours par jour. Un bon départ.

En second lieu, voici un must: une virée à vélo avec Bogota Bike Tours. En 5 heures, vous aurez parcouru plusieurs kilomètres sur la ciclovia tout en découvrant le parc national Olaya Herrera, le marché de fruits et légumes, la Plaza de toros, un producteur de café local, les magnifiques graffitis (street art) et aussi la zone Red light. Vous jouerez même au tejo, sport national colombien.

Troisièmement, pour un point de vue panoramique exceptionnel, gravissez (à pied, en téléphérique ou en funiculaire) le Cerro de Monserrate, colline culminant à plus de 3000 mètres d’altitude. J’en profite pour rappeler au passage les températures fraîches de Bogotá, alors traînez-vous une petite laine!

Bogotá
Plaza Del Chorro Del Quevedo, Bogotá

 

Comida y café

La Colombie n’offre pas une gastronomie fine, mais il ne faut pas hésiter à s’aventurer les papilles. Un must: une copieuse soupe ajiaco réconfortante au resto La Puerta de la Catedral. Dans la rue, attrapez des arepas ou sucrez-vous le bec avec les obleas garnies de dulce de leche ou arequipe. De plus, quand on veut quitter le typique, plusieurs endroits sont à découvrir. Coups de cœur pour Breads et Quinua y Amaranto (cuisine végane).

Chose certaine: ce n’est pas la nourriture qui bouffera une grande partie de votre budget en Colombie! Quant aux amateurs de café: profitez. Bien sûr, il y a les chaînes comme Juan Valdez ou Oma, mais prenez le temps d’investir le Arte y pasión Café: Escuela de baristas, sur la calle 10.

Arte y pasión Café: Escuela de baristas, Bogotá

 

Excursions à la journée au départ de Bogotá

Pour une voyageuse solo, trouver des agences, ce fut un réel casse-tête. Tout le monde se relaie la balle et bien souvent, malgré les offres, il manque au final de touristes pour assurer la sortie en groupe. Certes, on retrouve des agences sur le Net, mais elles proposent souvent des excursions à des prix démesurés.

Néanmoins, en fouillant, je suis tombée sur Sal si puedes, une fondation colombienne qui offre des treks tous les weekends. Ainsi, j’ai pu visiter les régions de Supatá et de Chia (et sa magnifique cascade la Chorrera). Leurs randonnées s’inscrivent sur une échelle de difficulté allant de DO (facile) à SI (difficile), utilisant ainsi les 7 notes de la gamme. Pour de plaisantes randonnées, en compagnie majoritairement de locaux et de guides expérimentés, je vous recommande fortement cette organisation si vous affectionnez la rando.

Choachi

 

Abondance de musées

Les voyageurs passionnés de musées auront de quoi se gaver. Personnellement, plusieurs d’entre eux m’auront attirée: Musée de l’or, Museo internacional de la esmeralda, Museo Santa Clara, Musée militaire, Quinta de bolivar, Centro Cultural Gabriel Garcia Marquez. Un must: le Musée Botero et aussi le Musée historique de la police, ne serait-ce que pour la pièce dédiée à Pablo Escobar.

Museo Botero, Bogotá

 

Carthagème: la perle des Caraïbes

Le charme de la ville se situe principalement dans le centre historique. Cette ancienne zone fortifiée regorge de belles habitations multicolores de style colonial. À mon avis, Carthagène de soir, avec son ambiance feutrée à la lueur des lampadaires, est plus charmante que Carthagène de jour, avec ses multiples taxis et sa vie étourdissante.

En déambulant, on tombe au détour sur la Place de la Douane, le château San Felipe de Barajas, le Parc du Centenaire (profitez-en pour fuir la chaleur et boire un bon coco vert à la paille), la Place San Pedro Claver (avec les œuvres d’Edgardo Carmona construites avec de la ferraille), la Place Santo Domingo (où l’on retrouve la Gorda de Botero), etc. Je vous souhaite surtout de vous perdre à pied et de flâner le long des remparts, au soleil couchant.

Centro historico, Cartagena
Célèbre Café Havana, Cartagena
Centro historico, Cartagena

 

Arena, sol y mar

Pour les amants du sable et de la détente, Bocagrande s’avère un lieu de rassemblement. On peut y louer chaises et parasol. Par ailleurs, les vents sont omniprésents et les vendeurs harassants. Se faire offrir des babioles tous les cinq minutes, allant des colliers aux massages relaxants en passant par un snack aux fruits de mer, il n’y a pas de quoi se détendre l’esprit.

Alors ceux qui le peuvent auront intérêt, pour le volet sable, à se rendre à la presqu’île de Baru. Il est à noter que la baie interne de Carthagène est bordée par une promenade piétonnière où il fait bon se balader.

Playa de Bocagrande, Cartagena
Playa de Bocagrande, Cartagena

 

Faire un saut sur l’île de San Andrés, en prenant un vol interne, est également à considérer. Il s’agit d’un petit joyau long de 12 km et large de 3 km. Tout au long de l’année, la température est paradisiaque et l’ambiance calme contraste avec celle du continent. La plage de Rocky Cay est la plus intéressante, avec son sable farineux blanc. 

La chaîne Decameron possède la plupart des hôtels de la place et j’y suis allée une semaine en tout inclus. Les adeptes de la bronzette et de la farniente, tout comme les friands de snorkelling et de plongée, y trouveront leur compte.

Isla El Acuario, San Andrés

 

Sommaire

Bref, la Colombie reste une destination de voyage à considérer, voire à privilégier. Ce pays est vaste et on peut facilement y passer des semaines tant il y a à découvrir. Et on s’en tire sans mettre à mal son portefeuille de voyageur.

 

Avez-vous déjà visité la Colombie? Voulez-vous y aller?

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous aimerez sûrement cet article:
À la découverte du Pérou

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Photo de couverture: Centro historico, Cartagena (crédit photo: Julie, auteure de l’article)

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-même, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non-négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tierce parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

j_ayotte

Enseignante de français, globetrotteuse invétérée, passionnée des rencontres humaines, habitée par le mouvement, Julie respire la vie. À 42 ans, elle a déjà visité une trentaine de pays. En parcourant le monde, elle s’est rendu compte qu’il y a moyen de considérer la vie avec beaucoup plus de recul, de sérénité, d’indulgence. En réalisant que la vie a d'autres saveurs que celles qu’elle lui connait, elle ne peut que désirer renouveler son envie de sillonner le globe. Suivez-la sur Instagram : @julie__ayotte

Leave a Reply