Voici comment c’est de prendre l’avion vers l’Europe pendant la pandémie

Alors que beaucoup ont commencé à voyager à l’intérieur du Canada… beaucoup d’autres se demandent comment c’est de prendre l’avion pendant la pandémie de coronavirus. Alors voici notre première expérience en plus de 4 mois, des vols directs vers la Grèce sur Air Canada.

Comparativement à l’Europe, où la situation épidémiologique est semblable et où de nombreuses personnes ont recommencé à voyager de manière sécuritaire et responsable, pour un certain nombre de raisons que je ne vais pas aborder aujourd’hui, les voyages ont été plus lents à recommencer au Canada.

Alors nous sommes présentement en voyage pour 3 semaines en Grèce et en Turquie pour te montrer comment c’est de voyager dans cette nouvelle réalité (en rappel, il y a des notes importantes sur pourquoi ce n’est pas tout le monde qui devrait voyager et sur pourquoi on est prêts personnellement).

Ce premier de plusieurs articles est à propos des vols: je sais que beaucoup veulent avoir un aperçu de ce que c’est que de prendre l’avion ces jours-ci… et c’est une expérience qui nous a agréablement surpris.

 

Une brève mise en garde

Cela devrait être évident mais… prendre seulement quelques vols n’est certainement pas représentatif de toute la situation, tout comme un seul mauvais vol sur un transporteur aérien (sur les milliers qu’ils opèrent dans une année) n’est définitivement pas 100% représentatif en temps normal non plus. Ça marche dans les deux sens.

Mais je vais aussi parler des deux vols intérieurs très courts que j’ai pris la semaine d’avant pour encore plus d’exemples. 

Ça reste un petit échantillon, mais nous avons partagé des reviews par le passé et, à certains égards, le partage de notre propre expérience devrait être plus utile maintenant que jamais.

On a un total de 10 vols durant ce voyage alors on va en partager plus au fur et à mesure qu’on a une meilleure idée de la situation au global. On va également partager des vidéos avec nos impressions des expériences de vol.

 

Pourquoi on est très à l’aise de prendre l’avion

Tu peux passer directement au review des vols si tu préfères, mais je veux parler de comment «sécuritaire» c’est de prendre l’avion maintenant, un sujet qui est évidemment très débattu.

Ça va dépendre du niveau de confort de chacun, mais on va partager quelques faits et aussi notre opinion personnelle (et on aura plus de trucs pour prendre l’avion comme tel dans un article séparé, car comme pour tout, il faut prendre nos propres précautions).

Mais comme tu peux le déduire du fait qu’on a pris un vol de 9 heures vers un des points les plus loins en Europe et du fait qu’on va prendre 10 vols en tout dans ce voyage, étant donné que les transporteurs aériens ont implanté de nombreuses mesures, on est très à l’aise avec l’idée de prendre l’avion, basé sur nos propres situations personnelles.

Intérieur de notre avion 787 Air Canada

 

On était sur Air Canada, un des transporteurs aériens qui a définitivement pris ça au sérieux dès le début. Ils ont mis sur pied un programme exhaustif appelé SoinPropre+ qui inclut notamment une désinfection très complète des surfaces dans l’avion.

Comme tu pourras le voir dans cet article, j’ai personnellement été très impressionné et rassuré par les 4 vols Air Canada que j’ai pris en l’espace d’une semaine, autant le long sur un gros avion que les plus courts sur des plus petits avions.

Q400 d’Air Canada Express à YUL

 

J’ai d’ailleurs ajouté une section à la fin pour souligner quelques-unes des liaisons internationales qu’Air Canada opère présentement, si ça t’intéresse. Même si en tant que passionné de l’aviation je suis probablement plus à l’aise de m’envoler que la majorité, j’ai certainement apprécié que mon premier vol longue distance était un vol direct (entre Montréal et Athènes).

Finalement, je veux mentionner par contre qu’une chose qui n’est pas débatable c’est que la qualité de l’air dans les avions est en fait excellente, contrairement au mythe très répandu (mais très erroné). La qualité de l’air est en fait meilleure qu’à l’intérieur des édifices au sol, grâce aux filtres HEPA qui captent 99,9% des particules ambiants.

Bien sûr, une chose qui est vraie par contre, c’est que la distanciation physique n’est pas possible dans un avion. C’est pourquoi les masques sont obligatoires tout au long du vol et qu’ils demandent de limiter les mouvements, deux mesures qui réduisent grandement les chances de transmission du virus (je vais aussi te dire si c’était respecté).

Pour terminer ceci, si tu es du type visuel, cet article Forbes a une infographie intéressante par le Texas Medical Association qui montre le risque relatif de voyager en avion comparativement à plusieurs autres activités: prendre l’avion est au même niveau que manger à l’intérieur d’un restaurant ou aller au salon de coiffure (j’imagine que c’est fortement influencé par les faits à propos de la qualité de l’air justement).

 

Notre vol vers la Grèce

C’est la partie la plus importante pour beaucoup d’entre vous: dans l’avion lui-même. Je parlerai de l’expérience à l’aéroport, incluant le processus d’embarquement, dans un article séparé.

 

Ce qui a changé

Honnêtement, l’expérience de vol n’était pas si différente d’avant que ça. Certainement pas désagréable au point de vouloir l’éviter et donc de se priver de voyage, selon nous.

Une lectrice qui a commenté sur l’article de nos premières impressions hier a mentionné qu’elle revenait d’un voyage et a même eu l’impression que dans un sens tout le monde dans les avions, les aéroports et les douanes étaient plus gentils et attentionnés qu’avant, et c’est vrai qu’on a senti que c’était très très positif nous aussi.

En bref, ce qui a changé:

  • les masques tout le long du vol
  • le kit SoinPropre+ fourni
  • les services à bord plus limités
  • les déplacements à bord à limiter

C’est pas mal tout.

On a absolument eu une expérience favorable. Ça ne change évidemment rien au fait que tu devrais considérer ces 15 facteurs quand tu décideras d’aller en voyage, mais c’est certainement encourageant.

Ne t’inquiète pas, on ne se gènera jamais pour te dire ce qui est négatif tout au long de ce voyage. Au contraire on est parfois trop direct et certains d’entre vous se fâchent parfois un peu qu’on dise des vérités dures à entendre sur tout ce qui touche au voyage.

Ça ne changera jamais, on te dit ce qui en est vraiment.

 

Détails du vol

La liaison Montréal (YUL) – Athènes (ATH) du 6 août (AC804) était opérée par un Boeing 787-8 (C-GHPQ pour les AvGeeks).

C’est donc un fameux Dreamliner, qui a été un des appareils les plus innovants de l’histoire récente, et un de mes préférés. Ils ont plusieurs caractéristiques pour rendre le vol plus confortable et même réduire le jetlag.

Le vol était bloqué pour 8h50 à l’horaire dans cette direction (de 19h20 à 11h10) mais nous sommes partis avec 2 minutes de retard et arrivés avec 36 minutes d’avance.

 

Propreté et hygiène

Une fois dans l’avion, tout semblait impeccable, pour vrai. D’une certaine façon, c’est comme dans les hôtels: c’est probablement plus propre maintenant que ce ne l’a jamais été.

Air Canada a augmenté le temps alloué pour les «turnarounds» (le temps entre les vols) pour leur processus de désinfection, au cours duquel ils nettoient tous les endroits fréquemment touchés avant chaque vol. Ils nettoient encore plus en profondeur chaque soir et utilisent même des machines électrostatiques pour vaporiser du désinfectant.

Une cabine bien propre sur notre vol Air Canada

 

Selon leur site, ils disent qu’ils nettoient:

  • les boucles de ceinture
  • les boutons pour ajuster les sièges
  • les appuie-bras
  • les boutons de lumière et ventilation
  • les tablettes
  • les écrans
  • les hublots et leurs couverts
  • les appuie-tête
  • les compartiments de bagages
  • les poignées des compartiment
  • les murs
  • le plafond

J’ai donc regardé tous ces éléments et vraiment tout était propre, sauf les couverts de hublots car les Dreamliners n’en ont pas. Pardon, j’ai oublié l’intérieur des compartiments de bagages (mais je me fous un peu si mon sac à dos que je laisse traîner absolument partout ne soit pas 100% propre).

Ils fournissent aussi des lingettes si tu veux en utiliser sur les surfaces toi-même.

Ça fait partie du kit SoinPropre+ que chaque passager reçoit sur chaque vol. D’autres lingettes sont disponibles dans les toilettes (et tu en auras d’autres dans la boîte-repas, voir ci-dessous).

Kit SoinPropre+ remis à chaque passager (pris en photo sur un vol précédent)

 

Le kit SoinPropre+ fait partie des nombreuses mesures que la plupart des grands transporteurs aériens ont mises en œuvre pour assurer la sécurité des vols en collaboration avec des experts en hygiène et en santé.

Voici une photo de tout ce qu’il contient:

Contenu du kit SoinPropre+ d’Air Canada

 

À part le désinfectant pour les mains, les lingettes nettoyantes, les gants et le couvre-visage (masque) jetable, il y avait un petit sac de bretzels, une bouteille d’eau et des écouteurs.

Ces kits sont pré-emballés pour limiter les interactions et les points de contact durant le vol. Aussi, les revues habituellement disponibles ont été retirées (comme celles-ci ne peuvent pas vraiment être nettoyées).

Pochette du siège avec le pamphlet de sécurité seulement

 

Service

J’avais un point de comparaison assez récent, car j’ai pris des vols Air Canada longue distance Montréal-Rome en septembre (c’était un de nos deals fous, car ensuite il y avait un des vols Rome-Johannesbourg et tout ça m’a coûté 552$ aller-retour!!!).

C’est clair qu’Air Canada est reconnu pour la grande qualité de ses repas à bord sur les vols longue distance. Ça avait effectivement été excellent cette fois-là.

Le fait d’avoir dû limiter les services à cause du coronavirus a donc forcément réduit les standards, mais Air Canada a récemment conçu des boîtes-repas froides pré-emballées en collaboration avec des chefs reconnus pour au moins minimiser l’impact négatif.

Il n’y a donc pas de choix à faire, il n’y a qu’un menu par vol. D’ailleurs, le site d’Air Canada permet de faire une recherche une semaine d’avance avec le numéro de vol pour voir précisément quel repas sera servi, ce qui est quand même pratique.

Dans notre cas, notre menu a été créé par Jérôme Ferrer du restaurant Europea.

Boîte-repas sur les vols longue distance d’Air Canada

 

C’était une aubergine parmesan, une salade kale et mangue, un pain ainsi qu’un brownie au chocolat.

Contenu de la boîte-repas

 

Je ne suis personnellement pas un fan de tout ce qui est froid dans la vie, donc je ne me considère pas vraiment une référence pour juger de comment bon c’était haha!

Finalement, avant l’atterrissage, une autre petite boîte a été fournie avec un croissant et un yogourt.

Boîte-déjeuner des vols Air Canada longue distance

 

Les breuvages n’étaient offerts qu’en même temps que les repas, pour limiter les contacts encore une fois. Le choix de breuvages était aussi plus limité qu’à l’habitude. Et il n’y avait donc aucune collation autre que les bretzels dans le kit, pour les mêmes raisons. Ce n’est vraiment pas la fin du monde.

À noter qu’ils demandent d’attendre que la rangée complète soit servie pour retirer le masque et manger.

En termes d’autres services, un oreiller et une couverture étaient fournis sur chaque siège et ceux-ci étaient bien enveloppés et scellés.

Oreillers et couvertures sur chaque siège

 

Masques

On ne s’embarquera pas dans les débats politiques et sociaux sur les masques. Voici un fait: mettre un masque permet de recommencer à voyager plus tôt.

Car pas de masque = pas de vols.

Avec un masque pour pouvoir voyager

 

Depuis le début, la plupart des experts s’entendent sur le fait que le masque protège les autres lorsque la distanciation ne peut pas être respectée, comme dans l’avion. C’est pourquoi ils sont obligatoires dans l’avion chez bien des transporteurs, dont tous ceux au Canada.

Tout le monde le portait dans l’avion, il n’y a jamais eu d’enjeux. C’était respecté à 100% de ce qu’on a vu.

Les agents de bord en ont évidemment tous. Plusieurs avaient même l’acoutrement de protection personnelle complet lors de la distribution des repas.

Agents de bord avec équipement de protection

 

Est-ce que je trouve agréable de mettre un masque? Bien sûr que non. Est-ce que ça vaut la peine pour être en Grèce au lieu d’être au Canada? Pour moi, c’est un oui.

Chacun a sa propre opinion sur le fait de vouloir en porter un pendant des heures, c’est bien correct. Et en fait, même la réaction du corps de tout le monde est différente par rapport au port du masque et au confort de celui-ci.

Mais bon, c’est un article pour partager nos impressions alors…

Personnellement, j’ai été très agréablement surpris par le fait que je n’ai pas du tout eu de problème avec le fait de l’avoir pendant plus de 13 heures d’affilée si on compte le temps à l’aéroport avant et le train à notre arrivée. Absolument aucun inconfort, même si je n’en avais presque jamais mis de ma vie. Ça fait mon bonheur, c’est clair.

Kevin trouvait ça un peu plus déplaisant et avait hâte de l’enlever, mais il confirme que c’est pour lui aussi un bien moindre mal que se priver de voyager. On reparlera évidemment du port du masque aux destinations qu’on visite.

 

Déplacements

Ce n’est évidemment pas interdit d’aller aux toilettes, c’est simplement suggéré de limiter les déplacements inutiles. C’est difficile à évaluer, mais c’est vrai que ça semblait respecté et qu’il y avait moins de va-et-vient.

Il y a aussi une règle de ne pas faire la file pour les toilettes, donc si c’est un enjeu pour toi, je recommande de choisir un siège près des toilettes pour pouvoir avoir ton tour plus rapidement.

Mais si ce n’est pas un enjeu, fait plutôt comme nous et choisit un siège loin des toilettes pour éviter d’avoir des gens près de toi (on aura un article avec des astuces de sièges).

Évier à la moitié du vol environ

 

Outre les lingettes fournies, dans les toilettes je n’ai rien remarqué de bien différent comparativement à avant, du moins comparativement à quand les toilettes étaient propres pré-pandémie. Parce qu’elles l’étaient quand je suis passé durant le vol.

 

Distanciation

Une question qui revient souvent, c’est si le vol était plein. Dans notre cas, il ne l’était pas.

Mais je veux être bien clair qu’il faut être prêt à l’éventualité qu’il le soit, car aucun siège n’est bloqué. Pour nous, ce ne serait certainement pas intéressant de devoir payer 50% de plus pour avoir un siège vide au milieu, car c’est ça la réalité que ça impliquerait.

Le blocage de siège, c’est plus une mesure de marketing que de sécurité ça (selon des dirigeants aériens eux-mêmes), et même avec un siège du milieu vide, la personne de l’autre côté est quand même à bien moins de 2 mètres. Celles en avant et en arrière aussi évidemment. D’où les masques.

Si les vols étaient vides, il n’y aurait plus de vols

 

La bonne nouvelle, c’est qu’Air Canada offre quelque chose de quand même intéressant.

Si ton vol est assez plein, tu recevras un courriel comme ceci qui t’en avertit et qui te donne l’option de changer ton vol dans les 3 jours suivants complètement gratuitement si tu n’es pas à l’aise avec un avion plein.

Courriel de vol plein d’Air Canada

 

Ça ne veut pas dire que les autres seront plus vides, mais au moins ça te donne une chance que oui. Ce n’est pas clair si cette période de 3 jours peut être prolongée si jamais ils sont tous aussi pleins par contre.

Notre vol Montréal-Athènes était moins qu’à moitié plein, nous donnant chacun une rangée complète puisqu’on avait choisi des sièges à l’arrière (astuce de pro: ceux-là se remplissent souvent moins vite).

Évidemment que c’est plus agréable que d’être collé, mais je veux juste m’assurer que tu acceptes que c’est loin d’être garanti. Moins de gens prennent l’avion, mais il y a aussi moins de vols.

D’ailleurs, notre vol de retour Athènes-Toronto a l’air pas mal plus plein déjà, comme j’ai pu le voir quand j’ai choisi nos sièges bien en avance (c’est l’avantage des points de récompenses voyages et d’avoir profité de la promo dont on t’a parlé pour devenir membre élite Air Canada, qui permet aussi d’embarquer le premier pour prendre des photos d’avion vide!).

 

Tout le reste

Tout le reste de l’expérience était assez standard. On se disait tous les deux qu’il y avait beaucoup plus de similarités avec un vol normal que de différences.

Certes, je suis quelqu’un qui a très peu de résistance aux changements en général et je suis assez «easygoing» ou «relax», mais quand même, j’ai trouvé que ce n’était pas vraiment un supplice ou désagréable du tout.

 

Mes vols au Canada

Avant le vol Montréal-Athènes, on avait un vol de correspondance Québec-Montréal. Et comme mentionné, j’ai eu deux vols Air Canada la semaine précédente (c’était aussi un aller-retour Québec-Montréal).

Donc j’ai eu 3 autres vols pour vivre l’expérience en avion en temps de pandémie, bien qu’ils étaient évidemment extrèmement courts.

La bonne nouvelle, c’est que les 3 ont été tout aussi positifs.

Ils étaient à bord d’avions régionaux d’Air Canada Express et ils étaient très propres eux aussi.

À bord d’un DHC-8-300 d’Air Canada Express

 

Le port des masques était 100% respecté.

J’ai eu deux vols sur un DHC-8-300 de 50 sièges. Sur le premier nous n’étions que 15, alors c’était très facile de maintenir la distanciation et le deuxième était à moitié vide aussi.

Sur l’autre, un Q400 de 74 sièges, je n’ai pas compté mais comme tu peux le voir sur cette photo, c’était un peu plus plein.

À bord d’un Q400 d’Air Canada Express

 

Mais le siège à côté de moi était vide, et avec tout le monde portant des masques tout le long, personnellement je ne me suis pas inquiété du tout.

Sur ces vols courts il n’y avait aucun service à bord, outre le même kit SoinPropre+ fourni évidemment (et dans certains cas, il était déjà placé sur le siège en entrant).

Comme tu peux te l’imaginer, ce n’était pas la fin du monde dans ce cas puisque les vols étaient extrêmement court de toute façon (même avant le coronavirus parfois seulement de l’eau était offerte sur cette liaison).

Il n’y avait évidemment pas de couverture ou d’oreiller et je n’ai pas visité les toilettes. Mais tout le reste était comme sur le vol longue distance.

Alors en bref, j’aurais certainement encore moins de problème à prendre des vols de courte distance. Je n’ai rien de négatif à redire sur aucun des 3 vols.

 

Où tu peux aller maintenant en vol direct sur Air Canada

Voici un avant-goût de notre guide sur les pays qui sont ouverts aux Canadiens sans conditions, pour ceux qui ont considéré attentivement les 15 éléments importants et sont intéressés à partir bientôt.

Bien que plusieurs d’entre vous êtes peut-être à l’aise à l’idée de prendre l’avion (même pour une longue distance), peut-être que 10 vols comme nous c’est trop. Certains d’entre vous voudront éviter les escales et réduire le temps dans les aéroports et les avions.

Étant le «flag carrier» («porte-étendard») du Canada, il va de soi qu’Air Canada a le plus grand nombre de liaisons directes de la plupart des aéroports canadiens.

Tu peux évidemment avoir des vols vers n’importe quelle destination au pays en ce moment ainsi que quelques-unes aux États-Unis et ailleurs.

Mais je voulais souligner quelques-uns des vols internationaux longue distance attrayants (PAS une liste exhaustive) présentement opérés par Air Canada (ou qui le seront dès septembre).

 

De Montréal (YUL)

  • Athènes (ATH): la Grèce est ouverte aux Canadiens
  • Paris (CDG): la France est ouverte aux Canadiens
  • Genève (GVA): la Suisse est ouverte aux Canadiens
  • Francfort (FRA): l’Allemagne est ouverte aux Canadiens

 

De Toronto (YYZ)

  • Athènes (ATH): la Grèce est ouverte aux Canadiens
  • Paris (CDG): la France est ouverte aux Canadiens
  • Zurich (ZRH): la Suisse est ouverte aux Canadiens
  • Francfort (FRA): l’Allemagne est ouverte aux Canadiens
  • Munich (MUC): l’Allemagne est ouverte aux Canadiens

 

De Calgary (YYC)

  • Francfort (FRA): l’Allemagne est ouverte aux Canadiens

 

Tu veux suivre notre voyage en Grèce et en Turquie?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

L’expérience de voyage était certainement différente, mais les vols étaient loin d’être désagréables. On est personnellement bien à l’aise de prendre l’avion grâce à toutes les mesures mises en place… et en prenant nos propres précautions évidemment.

Que voudrais-tu savoir par rapport à prendre l’avion? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Explore des destinations géniales: inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: récompenses voyage

 

Photo de couverture: notre avion Air Canada (crédit photo: Andrew, cofondateur de Flytrippers)

Divulgation publicitaire: Ce vol a été sponsorisé par Air Canada. Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 62/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Leave a Reply