Les utilisateurs d’Airbnb au Québec ont droit à un crédit de 45$ grâce à une action collective

Non ce n’est pas une arnaque: si tu as reçu un courriel te disant que tu avais droit à un crédit-voyage de 45$ chez Airbnb, c’est que tu es éligible à ta part de l’entente à l’amiable de 3 millions $ qui est survenue suite à l’action collective contre le géant de l’hébergement. Et même si tu n’as pas reçu le courriel, tu pourrais être éligible.

Si tu n’as pas encore de compte Airbnb, tu peux avoir ce même 45$ gratuit en utilisant notre code référencement en passant (et tu peux lire qu’est-ce-que c’est Airbnb).

Si tu as déjà utilisé Airbnb, tu as probablement reçu un courriel… et comme plusieurs étaient sceptiques en le recevant, on voulait te confirmer que oui, c’est bien vrai.

 

Le 45$ de crédit sur Airbnb

Comme je disais justement dans les 25 mythes sur les points de récompenses voyages, oui il faut se méfier dans la vie, c’est logique. Ce qui est moins logique, c’est se priver de choses bien payantes sans prendre le temps de regarder les faits et confirmer si c’est vrai qu’il faut se méfier.

Un 45$, ça se prend toujours bien (on te donne aussi des crédits pour la nourriture aussi si tu aimes les choses gratuites autant que nous).

Le courriel pour Airbnb, était suspicieux car il provenait de Velvet Payments. Même moi, je n’ai jamais entendu parler de Velvet Payments. Évidemment, il faut faire très attention avec les courriels de destinataires inconnus, c’est vraiment important. Ne clique jamais si tu ne connais pas.

 

(On va partager 4 autres bonnes astuces de cybersécurité ci-dessous aussi!)

D’abord, regardons le courriel que jai reçu, comme plusieurs autres Québécois :

 

Ça a l’air assez officiel, mais espérons que rendu en 2020, tu es au courant que ce n’est pas parce que ça a l’air vrai que ça l’est. Je le répète: c’est bien d’être prudent, mais c’est bien de vérifier aussi… pas juste assumer que tout est une arnaque.

Par exemple, si tu es abonné à notre infolettre gratuite pour les voyageurs Québécois, tu as vu passer à l’automne qu’une action collective avait été entreprise contre Airbnb. Sinon, abonne-toi gratuitement tu ne manqueras plus jamais rien d’important dans le monde du voyage, particulièrement un guide sur quand on va pouvoir voyager à nouveau, une analyse de si les billets d’avion seront plus chers ou moins chers après la pandémie, un guide ultime pour les remboursements… et bien plus.

Donc, sachant que le recours existait, tu pourrais te douter que c’est vrai. Ensuite, une recherche Google rapide (en regardant seulement les sources connues bien sûr) permet de voir qu’effectivement, une entente à l’amiable a été conclue.

 

Comment obtenir le crédit

Donc, je résume les conditions pour avoir droit au 45$:

  • être résident du Québec
  • avoir réservé sur Airbnb entre le 22 août 2014 et le 26 juin 2019
  • réclamer avant le 30 juin 2020

Si tu as reçu le courriel (moi c’était le 21 mai), c’est simple. Tu cliques sur le bouton rouge. Terminé.

Sinon (peut-être que tu as changé d’adresse courriel ou tu t’étais créé plusieurs comptes Airbnb avec des adresses différentes pour obtenir plus de référencements gratuits) tu peux écrire aux administrateurs de l’action collective pour être ajouté. Ils demanderont sûrement une preuve de ta réservation.

D’ailleurs, il y a justement des actions collectives entreprises pour les remboursements aussi, et tu y es automatiquement inscrit si tu es éligible. Comme pour celui-ci d’Airbnb. C’est comme ça qu’il obtiennent ton courriel: si tu es éligible à ta part, le défendant doit remettre ton courriel pour te faire parvenir la compensation. On va avoir beaucoup de contenu pour t’aider avec les remboursements la semaine prochaine d’ailleurs.

On te confirme donc que ce n’est pas une arnaque, et voilà ce que ça donne quand tu cliques :

 

Il ne reste plus qu’à attendre ton crédit.

Les voyageurs ont justement que ça à faire comme tâche de voyage… attendre (il y a de l’espoir pour bientôt voyager à nouveau par contre).

 

Le motif de l’action collective

Ça a rapport avec les fameux frais de service qu’Airbnb ajoute au prix de la chambre. Ce sont des frais fixes à payer avec toute réservation, peu importe la durée. Plusieurs détestent ça.

Écoute, je suis le voyageur le plus cheap et j’adore les bas prix.

Mais rationnellement, il faut comprendre que ça a en fait du sens de charger un frais sans avoir à augmenter le prix par nuit.

C’est indéniable qu’un séjour implique des coûts fixes pour la propriété (tout nettoyer par exemple), et donc c’est logique de ne pas les répartir de manière égale si quelqu’un reste 1 nuit par rapport à si quelqu’un reste 5 nuits. Si par exemple le coût fixe serait de 50$, ça ajoute 50$ à ton tarif quotidien si tu restes 1 nuit, mais ça ajoute seulement 10$ à ton tarif quotidien si tu restes 5 nuits.

Les hôtels eux, ont tellement de chambres que c’est beaucoup plus simple de faire une moyenne et de l’inclure dans le prix par nuit, ça va finir par balancer au volume. Un hôte Airbnb, qui n’a qu’une chambre, ne peut évidemment pas faire ça.

Bref, même si ça fait en sorte qu’Airbnb est moins avantageux pour moi (qui voyage souvent pour de courts séjours dans chaque endroit pour en voir plus), c’est logique comme fonctionnement.

Le problème était avec la transparence, et évidemment, il faut que ce soit bien indiqué quand on réserve: charge le prix que tu veux, mais arrange-toi pour que ça soit clair quel est le prix obligatoire à payer. Ce n’est d’ailleurs pas la même chose que les frais de bagages, qui eux sont très facilement évitables: mais les frais qui sont obligatoires (pas évitables) devraient être inclus dans le prix.

C’est ce qui était reproché à Airbnb, car le frais n’était dévoilé qu’à la fin du processus de réservation.

 

4 astuces de cybersécurité

Comme la protection est au goût du jour (et je ne parle même pas d’assurances-voyages, on va avoir en masse à dire sur le sujet pour des articles comme tels), pour se protéger sur Internet, il ne suffit pas de seulement éviter de cliquer sur les courriels provenant des inconnus ou de se fier aux sources connues.

Surtout si tu es comme moi et tu as des centaines de milliers de points de récompenses voyages à protéger dans tes comptes en ligne, donc voici 4 astuces.

 

1. Utiliser un gestionnaire de mot de passe

Depuis qu’on utilise LastPass comme gestionnaire de mots de passe, notre vie est tellement meilleure.

Tous nos mots de passe sont maintenant automatiquement générés avec 15 caractères complètement aléatoires et complètement sécuritaires… et on a besoin que d’un clic pour se connecter à absolument tous nos comptes en ligne. Merveilleux. Tu ne voudras jamais revenir à la vie avec des mots de passe que tu dois te souvenir (ou pire, qui sont les mêmes partout).

 

2. Mentir aux questions secrètes

Parlant de mots de passes, au dernier congrès CardCon pour les experts de cartes de crédit, il y a eu une conférence d’un expert en cybersécurité qui était très intéressante.

Ce que le spécialiste disait par rapport aux questions de sécurité, c’est que c’est l’erreur la plus commune. Tout le monde pense que c’est une bonne idée de répondre véridiquement aux questions de sécurité, mais ce n’est pas très futé quand on y pense (encore un autre exemple que bien des choses contre-intuitives sont pourtant bien vraies, comme l’effet positif d’avoir plusieurs cartes sur la cote de crédit—si elles sont payées à temps bien sûr).

Tu ne devrais absolument pas répondre véridiquement. Trouver ta ville de naissance ou le nom de ta sœur, n’importe quelle personne mal-intentionnnée peut le découvrir en quelques minutes sur Internet.

Non, répond des trucs qui n’ont complètement pas rapport aux questions secrètes, et si tu as LastPass, tu peux même les noter directement dans la « fiche » de ce compte-là. Ou tu peux l’écrire à la main. Par exemple, pour la couleur de ma première voiture, j’écris « cactusgaufre ». Impossible à deviner. Ce n’est pas parce qu’ils disent que tu dois répondre à cette question-là que tu devrais.

Et fusionner des mots sans relation est une bonne astuce même pour les mots de passe, si tu ne prends pas un mot de passe à 15 caractères. C’est moins sécuritaire, mais toujours mieux qu’un seul mot.

 

3. Utiliser un VPN

Si tu voyages le moindrement, ça veut dire que tu te connectes à d’innombrables réseaux Wi-Fi publics, qui sont de loin le moyen le plus utilisé pour voler des rensiegnements personnels: c’est extrêmement facile. Sérieusement.

Donc, nous on utilise toujours NordVPN. Un VPN (« virtual private network ») te permet de protéger ton ordinateur sur tout réseau public (et ton téléphone aussi; c’est tout aussi important). Et ça permet aussi de « fausser » ton emplacement, par exemple pour consulter certains sites qui sont différents dans d’autre pays, ou même pour regarder le contenu Netflix américain à partir du Canada.

 

4. Utiliser un antivirus

Bon, pour terminer, c’est pas mal la base, mais tu devrais évidemment avoir un antivirus installé sur ton ordinateur, mais aussi sur ton télphone portable. On utilise l’antivirus AVG, car il inclut les 2 et on est bien satisfaits, mais tant que tu en as un bon.

Tu veux recevoir plus de contenu pour être un pro des voyages?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

C’est bien vrai, pas d’arnaque: Airbnb a décidé de conclure une entente à l’amiable qui permet aux résidents du Québec d’obtenir 45$ de crédit s’ils ont fait une réservation sur Airbnb dans les dernières années.

Que penses-tu du crédit, d’Airbnb, ou des astuces de cybersécurité? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Explore des destinations géniales: inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: récompenses voyage

 

Photo de couverture: joli Airbnb à Bali (crédit photo: Airbnb)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 62/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Cet article a 2 commentaires

  1. Marcelo

    Cela vaut-il la peine de prendre les 45 dollars ou d’attendre de voir ce qu’il adviendra du procès fédéral ?

    1. Andrew D'Amours

      Salut, j’imagine que c’est toujours possible que celle du fédéral soit un succès également, et peut-être que ça pourrait offrir plus que 45$, mais personnellement je préfère celui-là tout de suite qu’un “peut-être” 😛

Leave a Reply