You are currently viewing Comment c’était d’entrer aux États-Unis hier avec les nouvelles règles

Il y a 2 indices dans le titre de l’article. Premièrement, et le plus important, c’est qu’il n’y a juste pas de «nouvelles règles» aux États-Unis: c’est le Canada qui a annoncé des changements. C’est vraiment simple comme concept, mais plusieurs semblent avoir de la difficulté avec ça. Le 2e indice est le mot «hier», parce que «La Science™» du Canada va changer juste samedi.

Mon vol de retour est justement samedi, donc je vais pouvoir t’en reparler en détail.

Je te partage quand même mon expérience d’entrée aux États-Unis en avion hier pour à la fois te donner des astuces de pro des voyages et te dire les règles américaines actuelles, mais aussi te rappeler la base de la base des voyages en pandémie surtout (parce que malheureusement, ce n’est pas partout que c’est fini).

 

Base de la base des voyages en pandémie

C’est le Canada qui a (enfin) annoncé qu’il éliminait toutes ses exigences de voyage (tel que recommandé il y a plus de 8 mois par les experts de l’Organisation mondiale de la santé et tel que déjà fait par plein de pays depuis des mois, incluant la quasi-totalité de l’Europe).

On pourrait écrire plusieurs encyclopédies sur les torts et l’incompétence de Justin Trudeau et de son gouvernement, mais quand même: il ne contrôle pas les règles des autres pays.

Ce sont d’autres pays, donc ils ont tous leurs propres règles d’entrée.

Comme depuis des décennies. Rien à voir avec la pandémie. Chaque pays fait ses règles. Ça a toujours été comme ça; ça va toujours être comme ça. Très simple et logique.

Donc, l’annonce du Canada ne change évidemment rien aux règles d’entrée des autres pays, incluant les États-Unis.

Il y a juste 2 ensembles de règles pour n’importe quel voyage en pandémie, c’est siiiiii simple comme processus (et ça va être encore plus simple dès samedi matin quand le 2e ensemble va complètement disparaître, et c’est déjà très simple si tu voyages dans un des 98 pays qui ont éliminé toutes les restrictions déjà eux aussi) :

  • Ensemble de règles #1: Entrer à ta destination
  • Ensemble de règles #2: Entrer au Canada

 

Règles d’entrée des États-Unis

C’est simple, le Canada a changé ses règles. Les États-Unis, non. Pas encore.

Mais:

  •   Le président Biden a déclaré récemment que la pandémie était finie (un vrai «complotiste»)
  •   L’agence fédérale de santé publique, le CDC, a dit textuellement ce que les «complotistes» disent depuis longtemps: avoir des recommandations selon le statut de vaccination n’a aucun sens

Mais malgré ces 2 prémisses… les États-Unis exigent encore la vaccination pour entrer, eux. En continuation avec toute la superbe logique de «La Science™» depuis le début…

Cela dit, considérant les propos de Biden et du CDC, ça ne devrait pas tarder à changer, s’il reste une once de logique rationnelle quelque part. On a déjà couvert ça récemment.

En attendant, je ne vais pas répéter tout ce qu’il y a à dire sur les règles des États-Unis.

On a déjà un guide ultime sur comment voyager aux États-Unis. C’est littéralement le seul pays autre que le Canada pour lequel on a ce contenu détaillé qui a toutes les informations que tu pourrais vouloir, alors consulte-le. On va s’assurer de le garder à jour, comme on le fait depuis plus d’un an.

Bref, pour les étrangers de 18 ans et plus, les États-Unis exigent encore la vaccination (même définition complètement désuète et anti-science que le Canada, soit 2 doses ou 1 dose de Johnson & Johnson).

Ce n’est pas vraiment appliqué (ou plutôt vérifié) par voie terrestre, mais par voie aérienne, ça l’a toujours été. Cette fois par contre, mon expérience a été un peu différente.

 

Mon expérience d’entrée aux États-Unis

Je suis présentement à La Nouvelle-Orléans pour la 7e fois, une ville si unique que j’adore.

Cette fois, c’est pour un congrès sur les cartes de crédit, pour rester un expert dans ce monde si merveilleux pour les voyageurs qui veulent économiser.

Mon vol à l’aller, payé avec mes points Aéroplan, était Montréal–Toronto–La Nouvelle-Orléans (YUL-YYZ-MSY) pour seulement 10 000 points (il y a des primes de bienvenue qui t’en donnent 60 000 en ce moment).

Mon itinéraire était sur Air Canada cette fois, au même prix que sur les transporteurs partenaires, ce qui est très bien vu que j’ai réservé mon vol seulement 1 semaine à l’avance. J’ai déjà 6 autres voyages prévus jusqu’à la fin de l’année, donc même si j’aime NOLA (le petit nom de la ville) et les cartes de crédit, je n’étais pas sûr de venir ici.

En bref, même sans que les règles des États-Unis soient abolies, mon expérience d’entrée était complètement identique à ce que c’était avant la pandémie, à part une question de plus à remplir dans l’appli d’Air Canada (sans avoir à mettre la preuve).

Avant ce matin, 7 de mes 11 expériences d’entrée aux États-Unis pendant la pandémie étaient des entrées en avion depuis que l’exigence de vaccination est en place. Les 7 fois, on m’avait demandé de montrer ma preuve de vaccination avant d’embarquer dans l’avion. Sans exception.

Soit pendant le processus d’enregistrement en ligne (online check-in; que tout le monde devrait évidemment faire), soit à la porte d’embarquement, mon seul point de contact inévitable avec des employés en tant que voyageur très futé qui n’apporte jamais de bagage en soute.

Les nombreux témoignages reçus disaient que c’était pas mal toujours vérifié pour les entrées par avion, contrairement aux témoignages sur les entrées par voie terrestre, qui étaient à l’opposé complètement (comme j’ai mentionné dans mon article sur mon entrée aux États-Unis par voie terrestre à la fin août).

Pas hier.

J’ai fait mon enregistrement en ligne 24 heures avant mon vol. L’appli m’a demandé si j’étais vacciné évidemment, j’ai cliqué «Oui», mais aucune preuve n’a été demandée.

À l’aéroport de Montréal, j’ai passé au contrôle de sécurité en 3 minutes grâce au fait que je suis un voyageur futé qui a la carte NEXUS.

(Et qui met ses liquides et son ordi dans un endroit facile d’accès, qui vide ses poches d’avance et qui est prêt et efficace pour aller vite, mais aussi pour ne pas ralentir tout le monde derrière!)

J’ai donc eu plus de temps pour profiter du beau salon VIP d’aéroport Feuille d’érable Air Canada à Montréal.

Salon Feuille d’érable Air Canada du côté domestique à Montréal (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

J’ai l’accès gratuit grâce à ma Carte Prestige Aéroplan American Express.

(En plus de l’accès aux salons, elle offre maintenant la prime de bienvenue la plus élevée au Canada, mais c’est une des rares cartes premium — sinon, il y a la Carte Avion Visa Infinite RBC qui donne ≈ 780$ en valeur nette, qu’on va couvrir en plus de détails très bientôt!)

Carte Prestige AéroplanMD* American ExpressMD
Valorisation Flytrippers de la
prime de bienvenue (valeur nette)
Récompenses: ≈ 1388$*
Frais de la carte: 599$

revenu minimum requis: 0$
dépense 6000$ en 6 mois
Des conditions s'appliquent. Opinion éditoriale de Flytrippers uniquement. Amex n'est pas responsable de garder à jour le contenu de ce site. Clique "Fais une demande" pour les informations les plus récentes.
Carte Prestige AéroplanMD* American ExpressMD
Valorisation Flytrippers de la
prime de bienvenue (valeur nette)
revenu minimum
requis: 0$


Récompenses: ≈ 1388$*
Frais de la carte: 599$

dépense 6000$ en 6 mois
Des conditions s'appliquent. Opinion éditoriale de Flytrippers uniquement. Amex n'est pas responsable de garder à jour le contenu de ce site. Clique "Fais une demande" pour les informations les plus récentes.

 

Après des bons sandwichs au smoked meat, du curry thaïlandais, des pâtes primavera et quelques breuvages (qui ne m’ont évidemment rien coûté), je me suis dirigé vers ma porte d’embarquement qui était juste à côté.

J’ai profité de l’embarquement prioritaire (aussi grâce à ma Carte Prestige Aéroplan Amex) et je n’ai pas eu la moindre question sur ma preuve de vaccination. Personne d’autre n’a eu à faire quoi que ce soit d’autre que de montrer son passeport et scanner sa carte d’embarquement (du moins de ce que j’ai pu voir parmi les quelques membres élite/voyageurs en classe affaires qui ont embarqué avant moi).

D’ailleurs, dans l’aéroport (où le masque n’est pas obligatoire malgré l’absence de filtres HEPA puissants que les avions ont), le nombre très peu élevé de gens portant des masques m’a confirmé que la prédiction que le ministre de la Santé a faite en annonçant la fin des masques en avion — soit que la majorité des gens continueraient de porter le masque — risque d’être très mauvaise.

(Sur tous mes vols sans masque aux États-Unis depuis avril et même en France en mai, jamais plus de 25% des gens avaient un masque. Mais bon, la beauté du libre choix, c’est que tout le monde qui est plus à l’aise avec un masque peut le garder! Jusqu’en 2026 si ça leur plaît, c’est bien correct! Je vais faire un compte-rendu sur mes vols de retour samedi!)

Dans tous les cas, rendu à Toronto, j’ai passé le pré-dédouanement américain en littéralement moins de 2 minutes, encore une fois grâce au fait que je suis un voyageur futé qui a la carte NEXUS.

 

En passant, les douaniers américains n’ont jamais vérifié la vaccination pour les vols depuis le début de la pandémie, ce sont les transporteurs aériens qui sont en charge de faire ça, selon les règles américaines.

J’ai été faire un tour au Salon Feuille d’érable, mais aussi au Salon Plaza Premium (c’est celui à Toronto où tu peux beaucoup plus facilement accéder gratuitement — ou plutôt être payé pour y accéder — avec plein de bonnes cartes comme la Carte Platine Banque Scotia avec 10 passes).

Salon Plaza Premium au Terminal 1 (côté États-Unis) à Toronto (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

 

C’est donc dire que la dernière occasion pour vérifier mon statut vaccinal était à la porte d’embarquement du vol vers La Nouvelle-Orléans (comme tu le sais sûrement, le concept du pré-dédouanement, c’est que dès que tu passes ça, tu es considéré comme étant déjà aux États-Unis et il n’y a donc absolument aucun contrôle à ton arrivée physique dans leur pays).

Aucune question sur la vaccination encore une fois.

Évidemment, j’ai déjà pris l’avion avec Air Canada plusieurs fois, donc ce n’est pas impossible qu’ils aient sauvegardé ma preuve de vaccination et que ça soit relié dans leur système, mais ça ne m’a pas donné cette impression. Parce que toutes les autres fois, il me semble que j’avais eu à la remontrer ou à la remettre dans l’appli.

Peut-être que d’autres personnes qui sont des voyageurs très futés qui font leur enregistrement en ligne et qui n’apportent jamais de bagages en soute peuvent confirmer s’ils ont eu à montrer leur preuve de vaccination pour aller aux États-Unis récemment. Si c’est le cas, raconte-nous ton expérience dans les commentaires.

Mais ça serait logique que les transporteurs aériens ne vérifient plus aussi assidûment les preuves de vaccination…

Cela dit, entrer par voie terrestre et prendre l’avion à partir d’un aéroport américain reste quand même probablement la stratégie qui risque le plus de fonctionner pour les Canadiens qui ne sont pas vaccinés et qui veulent aller aux États-Unis… en attendant que la logique prévale de leur côté aussi.

 

Tu veux recevoir toutes les mises à jour pour les voyageurs canadiens?

Abonne-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

Comme on le rappelle souvent, les règles des différents pays ne sont pas reliées. Donc même si les règles du Canada vont changer le 1er octobre, les règles des États-Unis, elles, sont les mêmes depuis un petit moment. C’est donc dire que c’est encore exigé d’être vacciné pour voyager aux États-Unis à partir du Canada, surtout en avion.

Que veux-tu savoir sur les exigences d’entrée aux États-Unis? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Vois les deals qu’on repère: Vols pas chers

Explore des destinations géniales: Inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: Astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: Récompenses-voyage

 

Photo de couverture: La Nouvelle-Orléans (crédit photo: Andrew D’Amours/Flytrippers)

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 64/193 pays, 47/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Leave a Reply