You are currently viewing Le gouvernement canadien rend les voyages plus risqués: il est temps d’arrêter ça

MISE À JOUR: Tel que Flytrippers l’a recommandé, le Gouvernement du Canada vient de lever son avertissement d’éviter tous les voyages non-essentiels 🥳


 

Oui, le gouvernement canadien rend actuellement les voyages plus risqués pour les Canadiens. Et avec tant de Canadiens entièrement vaccinés, tant de Canadiens prêts à voyager et tant de pays ouverts et prêts à nous accueillir de manière sécuritaire et responsable… il est plus que temps que ça change.

Et on a besoin que tu t’exprimes toi aussi, en tant que voyageur, et que tu partages ce message pour faire pression sur le gouvernement.

Parce que même si on est les experts en voyages, malheureusement, la réalité est que l’opinion publique a encore beaucoup plus de poids dans le processus de décision qu’elle ne le devrait vraiment.

 

L’avertissement global de voyage du Canada

Le Canada doit retirer son avertissement global d’éviter tous les voyages non-essentiels.

Maintenant.

Tout d’abord, pour être très clair: les avertissements de voyage sont juste des recommandations. Ça n’empêche (et ne peut pas empêcher) littéralement personne de voyager du tout.

C’est un fait.

C’est aussi un fait que ça rend les voyages plus risqués pour les Canadiens qui voyagent (et ils sont nombreux):

  • Ils ne peuvent pas savoir quels sont les pays les plus sûrs parce qu’il n’y a pas d’avertissements utiles auxquels se fier
  • L’assurance médicale gratuite qu’ils obtiennent grâce à leurs cartes de crédit est invalidée et ils ne le savent peut-être pas

Aussi, ça n’a littéralement aucun sens d’encourager tous les étrangers entièrement vaccinés à entrer au Canada pour des raisons non-essentielles à partir de n’importe quel pays du monde sans quarantaine (depuis le 7 septembre)…

… mais en même temps dire aux Canadiens entièrement vaccinés de ne pas aller visiter exactement les mêmes pays que ceux d’où arrivent ces milliers de touristes.

Où est la science là-dedans?

Il n’y a même pas de gros bon sens de base dans cette logique.

Sans oublier que même avec presque aucun cas ici au Canada… la majorité des pays qui rapportent leurs données ont encore des taux d’infection plus bas qu’ici (sur la base de la moyenne mobile de 7 jours des nouveaux cas).

Bref, on a beaucoup voyagé à l’étranger nous-mêmes depuis le début de la pandémie: c’est tout à fait possible de le faire en toute sécurité, et le gouvernement peut contribuer à rendre ça encore plus sûr.

C’est le moment d’avoir des avertissements de voyage logiques pour indiquer aux Canadiens quels sont les pays les moins risqués, avec une belle liste pratique des niveaux de risque par pays pour les aider à rester en sécurité — parce qu’ils voyagent que le gouvernement le veuille ou pas.

(Et enlever le test PCR pré-entrée — ou à tout le moins accepter les tests rapides antigéniques plus pratiques et abordables — est plus que dû aussi pour les voyageurs vaccinés.)

 

L’avertissement global va à l’encontre de l’objectif même des avertissements

Avant les voyages en temps de pandémie de COVID-19, les avertissements de voyage avaient un objectif principal: aider les Canadiens à rester en sécurité à l’étranger.

Oui, c’est à ça que servent les avertissements.

Aider les Canadiens à choisir les destinations les plus sûres premièrement, et aider les Canadiens à rester en sécurité où qu’ils aillent en fournissant des informations sur le pays et les risques possibles qui s’y trouvent.

Pourtant, au lieu d’aider les Canadiens à choisir les destinations les plus sécuritaires pendant la période littéralement la plus risquée de l’histoire récente pour voyager, le gouvernement se contente de dire: “ne voyagez pas” et c’est tout.

Pas la moindre aide.

C’est plus simple; aucun travail n’est nécessaire de sa part comme ça. Ça peut sembler bien intentionné de décourager les voyages, mais les intentions sont inutiles dans la vie. Ce sont les résultats qui comptent. Et dans les faits, les gens voyagent quand même.

Savais-tu que les taux d’infection actuels sont plus bas en Floride qu’en Alberta? Ce sont des informations sur les risques et la situation de la pandémie dans les différents pays qui seraient pratiques à savoir pour bien des Canadiens (surtout tous ceux qui s’en vont dans l’Ouest en ce moment “pour être plus en sécurité”).

Si le gouvernement faisait son travail et classait au moins les pays par ordre de risque, les nombreux Canadiens qui voyagent pourraient au moins choisir les pays les moins risqués pour la COVID-19.

C’est ce que font tous les pays sérieux avec leurs conseils aux voyageurs.

Le CDC américain a une liste des pays les plus sûrs où voyager pendant la pandémie, le gouvernement de la France a une liste, le gouvernement du Royaume-Uni aussi, etc.

Bref, notre gouvernement canadien contribue indéniablement à rendre les voyages plus risqués en ne publiant pas les niveaux d’alerte COVID-19 pour les autres pays. Il préfère se mettre la tête dans le sable et faire semblant que les Canadiens ne voyagent pas.

Flytrippers reçoit chaque semaine des centaines de messages de voyageurs qui ne savent pas comment choisir les destinations les plus sûres… on leur dit qu’ils peuvent au moins compter sur l’aide des pays sérieux qui eux ont à coeur d’aider leurs citoyens avec leurs avertissements.

Mais ça ne représente qu’une infime partie des Canadiens qui voyagent: la majorité choisit probablement sa destination sans aucune aide ni information, allant potentiellement dans les pays les plus risqués (alors qu’ils auraient pu facilement changer pour un pays plus sûr si le gouvernement les avait aidés).

 

Les Canadiens voyagent

Et voici un «news flash»: les Canadiens voyagent. Parce que c’est autorisé à 100%.

Et parce qu’une grande majorité d’entre eux sont vaccinés et veulent retourner à leur passion du voyage, tout comme tout ce qui ne pourra jamais être à risque zéro (comme les arénas à pleine capacité) a rouvert et est revenu presque à la normale.

La semaine dernière, le nombre de passagers contrôlés par l’ACSTA dans les aéroports canadiens a dépassé 100 000 en une seule journée pour la première fois depuis mars 2020. Enfin!

Les Canadiens voyagent.

Et ils seront de plus en plus nombreux à le faire à mesure que notre horrible hiver canadien arrive et que de plus en plus de pays s’ouvrent aux Canadiens (déjà 167 sont ouverts aux Canadiens et un nombre incroyable de 55 le sont sans même exiger le moindre test pour entrer).

C’est aussi un fait.

Alors si les Canadiens voyagent de toute façon, pourquoi ne pas au moins les aider à choisir les pays les plus sûrs pour le faire?

Comparaison bizarre (même si le principe sous-jacent est similaire), mais c’est une comparaison qui pourrait faire passer le message puisqu’elle est inusitée: on met des centres d’injection supervisée à la disposition des gens qui utilisent des drogues même si les drogues ne sont pas permises… la logique étant qu’ils vont les utiliser peu importe, aussi bien les aider à le faire de manière sécuritaire.

La santé d’abord.

Certains vont dire que les voyages peuvent être une drogue, mais bon ce n’est vraiment pas pareil. Mais dans tous les cas, contrairement aux drogues, voyager EST permis et a toujours été permis.

Alors pourquoi ne pas au moins aider les voyageurs à voyager de manière sécuritaire… ils vont voyager peu importe, aussi bien les diriger vers les pays où le risque est le moindre, non?

Cela permettrait aux Canadiens qui voyagent d’être plus en sécurité.

Cela les aiderait aussi en termes d’assurances-voyage.

Bien sûr, les meilleures cartes de crédit au Canada offrent des centaines de dollars de voyages gratuits comme primes de bienvenue, mais c’est aussi pratique pour être entièrement couvert pour les frais médicaux lors d’un voyage. De nombreux voyageurs futés qui ont toujours été couverts gratuitement par une (ou plusieurs) de leurs cartes pourraient ne même pas penser à acheter une couverture puisqu’ils sont si habitués.

Les plans d’assurance qui accompagnent les cartes de crédit, étant gratuits et tout, utilisent l’avertissement du gouvernement comme excuse pratique pour invalider la couverture (elle n’est certainement pas annulée à cause de la pandémie elle-même, c’est bien à cause de la réponse gouvernementale à la pandémie encore une fois; de nombreuses assurances-voyage couvrent la COVID-19 avec plaisir si tu payes, et ce n’est pas très cher parce qu’ils évaluent le risque comme étant très faible).

Et les Canadiens ici au Canada seraient également plus en sécurité puisque leurs voisins et collègues voyageurs seront plus susceptibles de revenir de pays plus sécuritaires. Parce que les Canadiens entièrement vaccinés qui reviennent de l’étranger n’ont pas du tout de quarantaine à faire depuis juillet, peu importe d’où ils arrivent (et peu importe comment la situation va mal d’où ils arrivent).

Le gouvernement a justement implicitement encouragé les voyages en supprimant la quarantaine au retour… mais il continue avec les messages mixtes déroutants.

 

Messages mixtes complètement illogiques

Imagine 2 voyageurs entièrement vaccinés qui entrent au Canada côte à côte arrivant de la même ville aux États-Unis. Un entre pour faire un voyage, l’autre entre pour revenir d’un voyage.

Quelle est la différence entre les 2? Absolument aucune, à part leurs passeports.

Passer 2 semaines aux États-Unis avant d’entrer au Canada est très bien si tu es un Américain: le gouvernement canadien a rouvert ses portes à tous les étrangers entièrement vaccinés pour les voyages non-essentiels en septembre, mais les Américains sont autorisés à entrer depuis début août même!

Mais passer 2 semaines aux États-Unis avant d’entrer au Canada n’est pas recommandé si tu es Canadien. Ce n’est pas essentiel.

C’est la science?

Comment se fait-il que les étrangers sont encouragés à venir de d’autres pays pour des raisons non-essentielles mais que les Canadiens ne devraient pas revenir de d’autres pays pour des raisons non-essentielles?

En plus de l’opinion publique et des points politiques à gagner, le fait que les touristes étrangers rapportent beaucoup d’argent est-il maintenant un autre facteur dans les décisions (soi-disant) basées sur la science?

Qui sait?

Mais c’est loin d’être la seule contradiction.

Par exemple, la ministre de la Santé Patty Hajdu a répété sévèrement le 10 octobre que tous les voyages non-essentiels devaient encore être évités, même à l’intérieur du Canada (!!!).

(Cela ne semble pas s’appliquer à son patron, puisque le Premier ministre lui-même a fait un voyage excessivement non-essentiel à travers le pays pour se rendre à la plage à Tofino au lieu de commémorer la toute première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation — encore une autre contradiction. Sans compter l’élection en pleine pandémie qui a fait voyager les chefs et les médias sans arrêt.)

Mais ensuite, littéralement 3 jours plus tard, lorsque les États-Unis ont annoncé qu’ils rouvraient leur frontière terrestre aux Canadiens qui voyagent pour des raisons non-essentielles, plusieurs ministres de ce même gouvernement déclaraient se réjouir de la nouvelle.

Si tu dis aux Canadiens d’éviter les voyages non-essentiels, comment peux-tu te réjouir de la réouverture de la frontière américaine pour les voyages non-essentiels?

Tu te réjouis que maintenant il sera encore plus facile et moins cher pour les Canadiens de ne pas suivre ta recommandation?

C’est tout simplement insensé. C’est ahurissant. Et encore une fois, ces réactions du gouvernement étaient espacées de 3 jours. Pas 3 mois ou même 3 semaines. 3 jours!

Si le gouvernement a une quelconque crédibilité qui peut être sauvée, il doit retirer l’avertissement global avant le 8 novembre. Le plus tôt sera le mieux.

Si décourager les voyages avait certainement du sens dans les premiers mois de la pandémie, il n’y a tout simplement aucun raisonnement scientifique pour que ça continue.

Ça fait presque 19 mois. C’est le moment de suivre la science pour de vrai!

 

Tu veux obtenir plus de contenu pour apprendre comment relancer le voyage?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

L’avertissement global du Canada contre les voyages non-essentiels rend en fait les voyages plus risqués pour les nombreux Canadiens qui voyagent déjà, et pour les nombreux autres qui prévoient de voyager cet automne et cet hiver. C’est le moment de s’en débarrasser.

Que penses-tu de l’avertissement global de voyage? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Vois les deals qu’on repère: Vols pas chers

Explore des destinations géniales: Inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: Astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: Récompenses-voyage

 

Photo de couverture: Espagne (crédit photo: Chris Holgersson)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 64/193 pays, 47/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Cet article a 2 commentaires

  1. Vicky Bouchard

    Et on fait comment pour inciter le gouvernement à changer ses recommandations?

    1. Andrew D'Amours

      Là c’est fait, mais pour faire enlever le test pré-départ, la prochaine bataille haha, on va faire un article la semaine prochaine et l’idéal serait de le partager pour que les voyageurs se fassent entendre et que ça se sache qu’on veut que ça parte (l’opinion publique compte pour beaucoup).

Leave a Reply