Frais de changement: un autre transporteur majeur les élimine; réponses d’Air Canada et WestJet; combien d’argent ça représente

Le mouvement surprenant et sans précédent vers l’élimination permanente des frais de changement par les transporteurs aériens au sud de la frontière se poursuit: le 5ième plus gros transporteur américain a maintenant égalé le Big 3 (et Southwest, qui n’a jamais eu de frais de changement). Nous avons également reçu des réponses d’Air Canada et de WestJet à ce sujet. Et on peut te dire combien d’argent les transporteurs sacrifient aux États-Unis.

Tout d’abord, si tu l’as manqué, tu peux lire tous les détails sur l’élimination permanente des frais de changement de vol par les transporteurs aériens américains.

Ayant collaboré de près avec plusieurs grandes entreprises dans ma carrière précédente comme consultant en management, j’ajouterais que c’est absolument incroyable que ces corporations gigantesques qui ont près de 100 000 employés ont pu faire ce changement drastique en si peu de temps (moins de 24 heures).

Ces organisations sont si énormes que les changements majeurs comme ça avancent souvent très très lentement. Surtout quand ça représente des centaines et des centaines de millions de dollars pour chacune.

Bref, ça vaut la peine de le répéter: c’est vraiment un développement majeur. Et un des plus «customer-friendly» qu’on ait vu dans l’industrie depuis longtemps.

Voici trois mises à jour.

 

Alaska Airlines

Malgré son nom, Alaska Airlines est basé à Seattle et le transporteur «legacy» est très fort sur toute la côte ouest. Même s’il n’est pas aussi bien connu par la plupart des voyageurs occasionnels, c’est en fait le 5ème plus gros transporteur aérien américain, depuis qu’il a acquis Virgin America en 2016.

Il a annoncé qu’il s’aligne sur la nouvelle politique des autres transporteurs «legacy» (les transporteurs traditionnels plus prémium) du Big 3, soit l’élimination permanente des frais de changement (aussi appelés les frais de modification).

Voici donc la situation actuelle: les 5 plus grands transporteurs aériens américains ne chargent plus de frais de changement. C’est terminé, aussi rapidement que ça!

La bonne nouvelle est que, comme American Airlines, Alaska Airlines a également inclus le Canada dans sa nouvelle politique (pas très surprenant, car les deux transporteurs sont rendus très proches… Alaska Airlines se prépare même à rejoindre l’alliance oneworld d’American Airlines bientôt, une excellente nouvelle pour ceux qui aiment accumuler des voyages gratuits avec les points de récompenses).

Alaska Airlines a toujours été parmi les transporteurs «legacy» les plus «customer-friendly» aux États-Unis (sinon le plus) donc ce n’est absolument pas une surprise, étant donné la rapidité avec laquelle leurs compétiteurs principaux ont adopté ce changement sismique pour l’industrie.

Contrairement à American Airlines, Alaska a un réseau plus limité au Canada. Seuls ceux dans l’Ouest du Canada pourront en profiter. Ceux qui vivent dans l’une de ces cinq villes canadiennes suivantes pourront réserver un vol et changer les dates gratuitement:

  • Calgary (YYC)
  • Edmonton (YEG)
  • Vancouver (YVR)
  • Victoria (YYJ)
  • Kelowna (YLW)

Bien que la seule liaison disponible à partir des villes canadiennes soit vers Seattle (SEA) — sauf à YVR où Portland (PDX) est également une option — Alaska Airlines relie toutes les grandes villes des États-Unis à partir de là.

En passant, ceux qui ont téléchargé notre fichier-ressource gratuit avec les liens directs pour s’inscrire aux principaux programmes de récompenses voyages pour les Canadiens auront remarqué qu’Alaska Airlines figurait sur la liste, et c’est pour une bonne raison. Leur programme est très sous-estimé et est certainement un à inclure dans ta stratégie quand tu deviendras de plus en plus un expert en récompenses voyages, comme nous espérons t’aider à faire.

Par exemple, bien qu’accumuler des points en prenant l’avion n’est certainement pas la façon la plus rapide d’accumuler (tu verras exactement pourquoi le 8 novembre avec les nouvelles offres de carte de crédit Aéroplan qui en feront le meilleur moment pour débuter dans le monde des récompenses voyages), Alaska Airlines est le dernier transporteur «legacy» nord-américain à permettre d’accumuler un point pour chaque mille de vol, au lieu d’accumuler en fonction du montant dépensé comme tous les autres transporteurs.

Bref, en excluant les transporteurs ultra low-cost (ULCC), le seul trasnporteur aérien américain qui continue de facturer des frais de changement est jetBlue, car Hawaiian Airlines les a éliminé la semaine dernière aussi. En ce qui concerne les ULCC, Frontier a également adhéré au mouvement d’élimination des frais de changement, tandis que Spirit et Allegiant ne l’ont pas fait (pas encore du moins).

 

Mises à jour des transporteurs aériens canadiens

Comme on l’a mentionné dans le premier article, Flytrippers a communiqué avec Air Canada et WestJet pour voir s’ils avaient l’intention d’appliquer la nouvelle politique qui est maintenant la norme aux États-Unis, et nous avons maintenant reçu leurs commentaires.

Nous t’avions dit qu’il serait surprenant qu’ils fassent quoi que ce soit maintenant, étant donné qu’ils ont déjà éliminé temporairement les frais de changement pour le coronavirus, et c’est exactement ce qui se passe.

Voici ce que WestJet a dit:

WestJet n’a pas changé ses politiques, car notre politique de modification/annulation flexible demeure en vigueur et a été prolongée pour les nouvelles réservations effectuées avant le 30 septembre.

Et voici ce qu’a dit Air Canada:

Dans le cadre de notre réponse à la COVID-19 en mai, nous avons mis en place une politique de réservation flexible.

Donc, pour l’instant, pas d’élimination permanente des frais de changement pour aucun d’entre eux (temporairement oui, jusqu’au 30 septembre pour les deux; article à venir).

On peut en déduire qu’ils estiment que l’annonce d’un changement permanent ne stimulerait pas les réservations plus que la politique temporaire actuelle le fait. Et qu’offrir une nouvelle positive aux clients ne vaut pas la peine (ou pour les plus cyniques: qu’ils n’ont pas besoin d’être plus «customer-friendly» à cause de notre piètre paysage concurrentiel canadien).

Nos transporteurs canadiens n’ont pas non plus à concurrencer directement avec Southwest Airlines (qui est en fait le plus grand transporteur américain en nombre de passagers domestiques). Southwest est très fort auprès des voyageurs de loisir et le fait est que les voyageurs d’affaires si lucratifs seront plus lents à revenir.

La généreuse politique de longue date de Southwest en matière de frais de changement l’a depuis longtemps différencié des transporteurs «legacy»… et c’est au moins en partie la raison pour laquelle ils ont tous éliminé les frais de changement pour de bon en l’espace d’environ 24 heures la semaine dernière.

C’est un énième exemple de comment la concurrence entre les transporteurs aériens est excellente pour les consommateurs, et c’est en partie la raison pour laquelle nous avons des tarifs extrêmement élevés au Canada comparativement aux autres pays développés.

Quoi qu’il en soit, la réalité, c’est qu’une fois que les voyages transfrontaliers reprendront, American Airlines et Alaska Airlines auront un avantage considérable sur Air Canada et WestJet si ces deux derniers maintiennent le statu quo, comme on l’a expliqué dans l’article précédent.

Il sera alors intéressant de voir si nos transporteurs aériens canadiens décident que l’avantage d’avoir une politique aussi favorable à la clientèle en permanence vaut plus que la perte de revenus qui l’accompagne.

Compte tenu de notre paysage concurrentiel canadien dans le domaine de l’aviation (et de tout l’historique récent), il est difficile d’être optimiste. Surtout avec la façon dont notre paysage ne fera qu’empirer étant donnée la combinaison unique de notre gouvernement :

(Objectivement ce sont les faits pour nos transporteurs… qu’on soit d’accord avec n’importe lequel des 2 aspects ou pas.)

Et pour te donner une idée de la portée du coût de l’élimination des frais de changement…

 

Combien d’argent les transporteurs ont fait avec les frais de changement

Pour United Airlines, celui qui a déclenché tout ceci, les frais de changement ont rapporté 816 millions $C (625 millions $US) au cours de la dernière année. Et c’est le plus petit du Big 3 aux États-Unis. En fait, les frais de changement étaient une source de revenus de plusieurs milliards de dollars pour l’industrie aérienne américaine l’an dernier.

Un incroyable 3,6 milliards $C (2,6 milliards $US) pour être précis.

Ça fait beaucoup d’argent.

Mais ils ont éliminé ces frais quand même… pour le bénéfice de leurs clients.

Le coronavirus, c’est vraiment le monde à l’envers pour les voyages.

 

Tu veux recevoir plus de contenu sur la nouvelle réalité du voyage?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Sommaire

Alaska Airlines s’est joint à Southwest, United, Delta et American dans le club des transporteurs ayant éliminé de manière permanente les frais de changement. Mais les trasnporteurs aériens canadiens n’ont pas encore donné la moindre indication qu’ils comptent rendre permanentes leurs politiques de réservation flexibles actuelles. Étant donné le montant d’argent que ces frais rapportent et notre piètre paysage concurrentiel… il est difficile d’être optimiste.

Penses-tu que les transporteurs canadiens changeront d’idée? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Explore des destinations géniales: inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: récompenses voyage

 

Photo de couverture: île de Vancouver (crédit photo : Leslie Derksen)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

Andrew D'Amours

Andrew est le cofondateur de Flytrippers. Il est passionné de voyages, mais aussi de l'industrie du voyage elle-même en tant qu'ancien consultant en gestion. Il partage son expérience et t'aide à économiser sur tes voyages. En tant que voyageur très économe, il adore trouver des bons deals et avoir des voyages gratuits grâce aux points de récompenses de voyage... pour l'aider à visiter chacun des pays du monde (compte actuel: 62/193 pays, 46/50 États Américains & 9/10 Provinces Canadiennes).

Cet article a 2 commentaires

  1. Carole Riopel

    J’ai acheté en janvier 2020, 2 billets Montreal/Paris avec Flylevel départ le 1 octobre. J’ai beaucoup hésité puisque c’était une compagnie européenne. Comme je m’y attendais le 2 septembre on m’a avisé que le vol était annulé. J’avais le choix entre un crédit voyage de 24 mois ou remboursement complet. J’ai choisi un remboursement complet, lequel a été fait directement sur ma carte de crédit le 4 septembre. Bravo j’ai jamais tant apprécié ne pas avoir acheté un vol avec Transat ou Air Canada. Bravo et merci Flylevel.

    1. Andrew D'Amours

      Tout à fait, c’est la réalité à laquelle s’exposent les transporteurs canadiens… à long-terme, pas sûr que c’est un si bon choix en plus. Les consommateurs garderont un goût très amer de tout ça…

Leave a Reply