4 astuces pour visiter les Rainbow Mountains au Pérou, une destination très colorée

Patrick est blogueur-invité chez Flytrippers. Voyez sa bio au bas de cet article.


Plusieurs ont déjà vu une photo des fameuses “Rainbow Mountains” au Pérou. Il s’agit de montagnes auxquelles les sédiments donnent plusieurs teintes, ce qui crée un effet multicolore, d’où le nom de “Montagnes arc-en-ciel” ou, en espagnol “Montana de los siete colores”.

C’est, sans contredit, l’un des paysages les plus spectaculaires en Amérique. C’est bien beau. Mais comment on s’y rend?

Voici mes 4 astuces pour visiter les Rainbow Mountains au Pérou.

 

1. Les vols

On commence par se rendre à Cusco, capitale culturelle du Pérou et point de départ d’un bon nombre des plus fameuses attractions du pays.

Il y a souvent des deals vers le Pérou autour de 400$ aller-retour sur la page de deals de vols pas chers de Flytrippers, vers Lima. De Lima à Cusco, il y a plusieurs dates avec des vols à moins de 35$ (aller-simple) sur la compagnie ultra low-cost locale en achetant d’avance et en étant flexible (sinon, c’est une vingtaine d’heures en bus).

Qu’on veuille aller au Machu Picchu, à la Laguna Humantay ou aux Rainbow Mountains, c’est de Cusco qu’on part, habituellement.

Le sentier qui mène aux Rainbow Mountains

 

2. La planification

On peut organiser soi-même ou faire affaire avec des opérateurs locaux. C’est possible de réserver en ligne d’avance, mais des tas d’agences font de la publicité dans les auberges de jeunesse, dans la rue et dans divers commerces pour offrir leurs services pour vous mener à ces diverses destinations.

Pour les Rainbow Mountains, les coûts sont raisonnables (20, 30 ou 40 dollars, dépendamment de l’agence et de diverses inclusions telles que des repas, des guides, un cheval pour faciliter les déplacements, etc.).

Les départs sont très hâtifs. Pour ma part, le départ se faisait à environ 4h du matin, avec un bus venant me chercher directement à l’auberge.

Après le départ, on se tape environ 3 heures de route, ponctuées d’un arrêt déjeuner (fourni gracieusement par l’agence retenue). Et puis, on repart et, après encore une bonne heure de route, on arrive finalement à une zone de débarquement où plusieurs bus laissent leurs passagers pour le sentier menant aux Rainbow Mountains.

 

3. L’altitude

Il faut savoir qu’on est en très haute altitude. Tout d’abord, Cusco est à environ 3500 mètres d’altitude. Ensuite, la route nous menant aux montagnes nous mène à plus de 4500 mètres d’altitude. Enfin, le sommet du parcours culmine à plus de 5000 mètres d’altitude (plus haut que le Mont Blanc, le plus haut sommet d’Europe).

Ça fait très haut pour quelqu’un qui est habitué de vivre au niveau de la mer. On ne comprend l’impact que ça peut avoir qu’en visitant ce genre d’endroit: on se sent plus fatigué, plus essoufflé et moins fort physiquement. 

Mais après quelques jours en hauteur, notre corps s’accoutume et on finit par se dire qu’on peut attaquer la montagne comme n’importe quelle montagne du Québec, si la température est de notre côté. D’ailleurs, la journée où j’y étais, la vue était superbe. Le ciel était dégagé.

Avant de partir, notre guide nous a donné des bonbons au coca, nous a aspergé “d’agua florida” (ou quelque chose du genre), mélange liquide de plein de trucs qui sentent fort, que je qualifierais de Vicks exposant 10. Le tout était sensé diminuer le mal des hauteurs et nous permettre de vivre une belle expérience pas trop nauséeuse.

 

4. La visite

Bien que la vue soit très belle, la marche est assez difficile. La pente est constante, pas très accentuée, mais l’effort est soutenu et le manque d’oxygène rend l’exercice nettement plus difficile qu’il ne le semble. Plusieurs touristes s’accordent pour le dire.

Au retour, en payant un léger supplément, on peut accéder à la “Red Valley”, une scène voisine (à environ 20 ou 30 minutes de marche des Rainbow Mountains) avec un paysage à couper le souffle. Certains m’ont dit que cet endroit était encore plus spectaculaire que les Rainbow Mountains. Je n’ai donc pas eu d’autre choix que de m’y rendre.

Eh bien oui, c’était possiblement encore plus beau que les Rainbow Mountains. Plus tranquille en tout cas.

La Red Valley
La Red Valley

 

Au retour, il fallut se dépêcher car la navette nous attendait. Nous avons donc pressé le pas. Et c’est là que je ressentis une immense fatigue, comme si je n’avais pas dormi depuis 2 jours. Je ne le savais pas à ce moment là, mais c’était le mal des hauteurs qui était en train de prendre le dessus. 

Après avoir regagné le bus et m’y être assis, je fus assailli par un malaise assez important. Je me précipitai dehors et mon repas du matin retrouva sa liberté. Je me sentis tout croche pendant quelques heures mais, au moins, cela arriva à la toute fin du périple.

La Red Valley

 

Sommaire

Visiter les Rainbow Mountains est une expérience géniale. Mais voyageurs en altitude, soyez donc avertis! Ce n’est pas un mythe, ce mal des hauteurs. 

Flytrippers a 8 autres articles sur le Pérou pour davantage d’astuces. 

Vous pouvez également lire mes autres récits de voyage:

 

Avez-vous déjà visité le Pérou? Dites-nous le dans les commentaires.

Vous voulez voir nos rabais sur les billets d’avion?
Cliquez ici pour voir nos aubaines de vols à très bas prix
Vous voulez d’autres astuces et inspirations voyage?
Cliquez ici pour aller à la page principale du blog
Vous voulez voir toutes les astuces?
Cliquez ici pour aller à la page de la catégorie des astuces
Vous aimerez sûrement cet article:
Comment trouver l’hébergement à bas prix

Aidez-nous à faire connaître nos aubaines et nos conseils sur les voyages à bas prix en partageant cet article et surtout ajoutez Flytrippers à vos favoris pour nous permettre de vous aider à naviguer dans le monde des voyages à bas prix!

Photo de couverture: Rainbow Mountains (crédit photo: McKayla Crump)

Divulgation publicitaire: Flytrippers reçoit des commissions sur les liens inclus dans cet article. Nous apprécions que vous utilisiez ceux-ci, surtout que cela ne vous coûte jamais plus cher, et nous vous remercions de nous encourager et nous permettre de continuer à trouver pour vous d’excellents deals et du contenu intéressant. Par souci de transparence, sachez que nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-même, puisque notre réputation et notre crédibilité vaut beaucoup plus que les commissions. Ce principe est une partie essentielle et non-négociable de tous nos partenariats: nous ne donnerons jamais à aucun tierce parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, cliquez ici.

Patrick

Voyageur en milieu de vie aux ambitions élevées en terme de quantité de voyage à effectuer à court terme. Amateur de montagnes et de paysages grandioses. Capable de se débrouiller en Chine avec 3 mots et en Amérique latine avec 30 mots.

Leave a Reply