You are currently viewing 4 moments forts de mon voyage en Alaska grâce à Aéroplan

Patrick est blogueur-invité chez Flytrippers. Suivez-le sur Instagram et voyez sa bio au bas de cet article.


 

Pourquoi pas l’Alaska? Sans hésitation, je dirais que c’est un endroit incontournable pour tout amateur de nature, de tranquilité et d’air pur. J’ai appliqué quelques notions de récompenses-voyage et ça m’a permis de vivre ces 4 moments forts mémorables.

Je vous invite à prendre des notes, si l’Alaska vous intéresse…

 

Logistique de mon voyage en Alaska

Dans les 2 dernières années, Flytrippers a repéré un certain nombre d’aubaines de vols vers l’Alaska, dans les 400$ aller-retour. Mais avant ça, quand j’ai acheté mon billet pour l’Alaska, je n’avais jamais rien vu d’économique pour cette destination.

Ça fait que grâce à Aéroplan, ça a donné quelque chose de très bien. Dans l’ancien programme, seulement 25 000 points Aéroplan étaient requis pour un aller-retour en Alaska.

Alors que certaines destinations ont baissé à ce prix-là dans le nouveau programme (comme par exemple le Costa Rica), l’Alaska a malheureusement augmenté avec les nouvelles règles basées sur la distance.

Mais en contrepartie, les vols vers Kuujjuaq ou Iqaluit, qui coûtent souvent des milliers de dollars en argent, nécessitent maintenant seulement 20 000 points Aéroplan aller-retour!!! Possiblement une belle alternative à l’Alaska.

Cette somme de points est facile à obtenir rapidement, surtout jusqu’au 3 août alors que c’est possible d’en avoir 65 000 ou même 151 000 grâce aux primes de bienvenue record disponibles.

LIRE AUSSI: 18 bons usages de 65 000 points Aéroplan

Bref, c’est un peu pour ça que j’ai choisi l’Alaska comme destination: C’était l’endroit le plus éloigné accessible avec ce bas tarif de l’ancien programme.

Il faut défrayer une somme pour les taxes mais j’ai tout de même obtenu mon billet pour moins de 25% du plein prix. C’était donc une bonne idée d’explorer cette fonction, car, comme vous le verrez un peu plus loin, les coûts peuvent vite exploser en Alaska.

LIRE AUSSI: Pourquoi les taxes *à elles seules* ne sont pas pertinentes

 

4 moments forts du voyage

Donc, qu’en est-il de l’Alaska?

C’est un état peuplé par moins d’un million d’habitants et la plus grosse ville est Anchorage (environ 300 000 habitants).

Voici donc quelques-uns des moments forts de ce voyage.

 

1. Monter le Mont Flattop, à Anchorage

 

Le Mont Flattop (flat top, comme dans “sommet plat”) est une montagne pas très loin de Anchorage qui est visitée par de nombreux touristes. Il s’agit d’une montée suivie d’une escalade assez exigeante et même un peu dangereuse par moments.

Certains semblent y voir moins de danger que moi car j’y ai croisé des gens qui montaient avec leurs chiens et même une jeune maman qui montait avec son enfant d’environ 3 ans accroché dans son dos. Je ne recommanderais à personne d’y aller avec de jeunes enfants pour ma part.

 

Toutefois, le paysage est superbe et ça peut constituer un bon premier contact avec l’Alaska, peu après son arrivée. À noter que, si vous faites la montée en été, vous aurez très chaud.

 

2. Visiter le glacier Byron, près de Portage (1h ou 1h30 au sud de Anchorage)

 

Un des endroits les plus majestueux que j’ai visité dans ma vie! Pourtant, si vous faites une recherche sur Internet, vous ne devriez pas voir cet endroit ressortir comme étant un incontournable d’Alaska. Pour moi, ça a été un des moments forts de toute ma vie en terme de paysage.

L’entrée est gratuite, l’endroit n’est pas trop loin d’Anchorage et le sentier pour s’y rendre est très facile. Vous n’avez aucune raison de ne pas arrêter à cet endroit. Vous pourrez notamment y visiter des cavernes dans la glace et vous tremper les pieds dans l’eau la plus glacée disponible sur le marché.

 

S’il fait chaud lors de votre visite, vous pourrez vous rafraîchir extrêmement vite en mettant vos pieds nus dans les ruisseaux au pied du glacier. Mon record: 10 secondes.

 

3. Visiter le parc Denali

 

Le parc Denali est situé autour du Mont Denali (anciennement appelé Mont McKinley, le plus haut sommet d’Amérique du Nord à 6190 m d’altitude). C’est un très grand parc dans lequel vous n’avez accès qu’à une toute petite portion, soit une dizaine de sentiers accessibles gratuitement.

Si vous voulez une plus grosse escapade guidée en autobus, vous devrez défrayer une somme plus importante et être disponible une journée entière. N’ayant pas effectué ces tours, je ne peux vous en parler.

Toutefois, j’ai effectué deux randonnées dans le parc et j’ai été très impressionné par les paysages, notamment par celui de la “Savage River Trail”, laquelle ressemblait à un mélange d’Écosse et d’Irlande.

Tous ces sentiers sont aménagés dans des endroits où on a de bonnes chansons de voir des castors (voir ci-haut un barrage de castors), des orignaux, des ours ou d’autres animaux vivants dans le parc.

 

4. Vivre l’expérience du soleil de minuit

Même à Anchorage qui est une des villes les plus au sud de l’Alaska, si vous êtes sur place à la fin juin, vous pourrez voir le soleil de minuit, ou, à tout le moins, le coucher de soleil de minuit.

J’ai également visité Fairbanks (deuxième plus grosse ville du pays), à 500 km plus au nord et la luminosité autour de minuit était encore plus grande.

LIRE AUSSI: Vidéo du célèbre bus du film “Into the Wild” déplacé par hélicoptère en Alaska

Fait étrange, si on se déplace dans un parc vers 23h, on pourra voir des enfants de 5-6 ans se balancer et se baigner avec leurs parents.

On humera même l’odeur des BBQ tenus dans le parc au même moment. La photo ci-dessous fut prise autour de 22h30, dans un parc où des gens se baignaient.

 

2 bémols pour les voyageurs

Premièrement, le seul irritant majeur que vous pourriez rencontrer est une importante fumée causée par les feux de forêt qui sont assez fréquents dans cette région. Pour ma part, la vue sur les montagnes entourant Anchorage a été voilée pendant plusieurs jours à cause de ces feux de forêt.

Mais c’est le seul bémol “naturel” que j’ai à mentionner. En contrepartie de 10 journées de soleil presque sans arrêt et d’une température moyenne autour de 25 degrés Celsius, je ne peux vraiment pas me plaindre.

Par contre, le plus important bémol pour le potentiel voyageur c’est que l’Alaska est un endroit fort coûteux.

Un billet d’avion au plein prix pendant l’été peut vous coûter près de 1000$ en provenance de Montréal.

Une nuitée d’hôtel standard (3 étoiles) peut vous coûter de 250 à 300$ par nuit.

La location d’une voiture vous coûtera au bas mot 100$ par jour (tous ces prix sont en dollars canadiens).

Si vous désirez faire des activités comme du rafting ou une quelconque expédition, attendez vous à payer très cher (200 à 500$ US par personne pour une activité qui ne dure même pas une journée complète).

Il y a donc lieu de bien explorer ce que les cartes de crédit peuvent vous offrir comme primes (hébergement et transport) afin de réduire substantiellement la facture qui pourrait atténuer un peu votre émerveillement, une fois rendu sur place. Je suis disponible sans problème pour vous partager la méthode que j’ai appliquée pour réduire le coût total du voyage d’environ 50%.

 

2 choses que j’aurais aimé faire

Pour terminer, voici 2 expériences que j’aurais aimé vivre si j’avais eu plus de temps.

 

1. Me rendre à l’océan Arctique

 

La route aurait été bien longue jusque là, et moins praticable (d’importantes sections ne sont pas pavées). De plus, on quitte la civilisation pendant 800 km pour se rendre à l’océan Arctique.

Après Fairbanks (laquelle est située presque en plein centre de l’état), on ne traverse que 3 ou 4 villages de moins de 75 habitants. Ça limite donc énormément les options de ravitaillement et d’hébergement.

Mais ça doit être un sacré feeling de se retrouver face à l’océan Arctique et de s’y baigner le temps de taquiner l’hypothermie.

 

2. Me rendre à proximité de la Russie, à l’extrême-ouest de l’Alaska

L’Alaska est un immense état, mais les options d’itinéraire par route sont fort limitées. À part se rendre droit au nord, vers l’océan arctique, ou ne peut pas se rendre beaucoup plus à l’ouest.

En d’autres mots, en auto, on restera toujours au moins à 1000 km de la Russie. Si on désire se rendre à un village côtier de l’ouest de l’Alaska, il faudra prendre un avion et le coût prohibitif du billet limitera les ardeurs de plusieurs.

Mais, si vous en avez le goût et l’occasion, je vous invite à le faire et je vous envierai sans aucun doute!

 

Sommaire

Ce voyage en Alaska, grâce à Aéroplan entre autres, m’a permis de vivre ces 4 moments forts mémorables.

Qu’aimerais-tu savoir sur l’Alaska? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

 

Vous pouvez lire mes autres articles sur mes voyages:

 

Tu veux recevoir plus de contenu pour découvrir des destinations géniales?

Inscris-toi à notre infolettre gratuite

 

Explore des destinations géniales: inspiration de voyage

Apprends des trucs de pro: astuces de voyage

Découvre les voyages gratuits: récompenses-voyage

 

Photo de couverture: l’Alaska à partir de l’avion (crédit photo: Patrick, blogueur-invité)

Divulgation publicitaire: Par souci de transparence, Flytrippers peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article, à coût nul pour toi. Merci de les utiliser pour nous encourager gratuitement, nous l’apprécions! Tu nous permets de continuer à trouver gratuitement d’excellents deals et à offrir gratuitement du contenu intéressant. Puisque nous avons à coeur notre mission d’aider les voyageurs et que notre réputation et notre crédibilité priment sur tout, nous ne recommanderons JAMAIS un produit ou service dans lequel nous n’avons pas confiance ou que nous n’utilisons pas nous-mêmes et nous ne donnerons jamais à aucun tiers parti le moindre contrôle sur notre contenu. Pour plus de détails sur notre politique publicitaire, clique ici.

Partage cet article pour nous aider à aider le plus de gens à voyager plus pour moins:

 

Patrick

Voyageur en milieu de vie aux ambitions élevées en terme de quantité de voyage à effectuer à court terme. Amateur de montagnes et de paysages grandioses. Capable de se débrouiller en Chine avec 3 mots et en Amérique latine avec 30 mots.

Leave a Reply